Haiti/Québec/Société: Impunité et assassinat de Michel Stéphane Bruno et de Whilems Édouard

Written on:juillet 16, 2016
Comments
Add One
Robert Berrouët-Oriol

Robert Berrouët-Oriol

MISE À MORT DE LA FÉCONDITÉ DES CONNAISSANCES EN HAÏTI

C’est à titre de poète et d’enseignant que j’ai reçu de plein fouet et avec une immense tristesse, depuis Port-au-Prince, la nouvelle du décès par balles assassines de deux de mes anciens étudiants : Michel Stéphane Bruno tué le 15 juin 2016 à Puits Blain (Pétion-Ville) et Whilems Édouard trucidé le 8 juillet 2016 à Pétion-Ville.

Michel Stéphane Bruno a été mon étudiant en linguistique et communication à l’Université Quisqueya, tandis qu’en 4e année j’ai enseigné la terminologie à Whilems Édouard à la Faculté de linguistique appliquée. Je garde d’eux le souvenir attachant de deux jeunes universitaires curieux, l’esprit alerte, apprenants méthodiques et exigeants, ouverts aux rapports humains enrichissants et respectueux de l’Autre.

Ces décès par balles assassines sont choquants et révoltants. Deux morts de plus, deux morts de trop dans un pays dont la criminalisation des structures et des moeurs remonte au terrorisme d’État duvaliériste, aux assassinats ciblés et à grande échelle de la dictature des Duvalier père et fils… Assassiner la vie en assassinant l’esprit est en effet l’une des principales chapes de plomb épandues sur le pays haïtien depuis la mortifère nuit duvaliériste…

Michel Stéphane Bruno

Michel Stéphane Bruno

Deux jeunes sont fauchés au cœur même de la fécondité des connaissances, dans le cours productif de leurs prestations professionnelles novatrices et reconnues. Michel Stéphane Bruno aura œuvré avec succès à l’inscription des droits citoyens dans le champ des nouvelles technologies et d’Internet, notamment au sein du Groupe Croissance. Whilems Édouard, pour sa part, aura travaillé avec un savoir-faire académique rare à l’effectivité des droits d’auteur dans le vaste domaine des droits fondamentaux, en particulier au Bureau haïtien du droit d’auteur. Ce savoir-faire juridique ainsi que sa formation académique à la Faculté de linguistique appliquée auront également sensibilisé Whilems Édouard à l’épineuse question des « droits linguistiques[1] » en Haïti. Deux jeunes porteurs de connaissances utiles au pays et assassinés à quelques semaines d’intervalle. Voici donc un élan brisé net par des balles mercenaires bien haïtiennes dans un pays garrotté sinon embaumé selon l’évangile caméléon du Core Group, un pays cimeterre le jour et cimetière la nuit, et qui peine à instaurer un État de droit sur un territoire livré aux chimères et appétits prédateurs des clans économiques et politiques.

Au pays de Jacques Stéphen Alexis, de Jacques Roche et de Magloire Saint-Aude, on égorge ainsi les connaissances, les savoirs et la compétence en anéantissant corps et esprits. Cette violence aux multiples mains gantées de sang, qui s’exprime au quotidien de la vie haïtienne à travers la criminalisation des mentalités, des structures de la société et de l’État n’est pas symbolique : elle est bien réelle et tend, sous couvert d’impunité, à néantiser dans le corps social les lumières de l’esprit, la fécondité des connaissances ainsi que la solidarité et la dignité citoyennes. Elle est dans l’absolu la négation absolue des droits citoyens.

Pareille criminalisation des mentalités, des structures de la société et de l’État s’est renforcée ces trente dernières années à l’aune des populismes de droite comme de gauche, avec son cortège de milliers de morts annuelles, sans voix, sans noms connus, sans réalité statistique, sans justice et sans réparation. Le populisme de droite (celui des duvaliéristes, des ex-Forces armées d’Haïti (FAdH), des mercenaires fomenteurs de coups d’État, des militaires zenglendos devenus chefs d’État, etc.) et le populisme de gauche (dans ses différentes composantes mercantiles aristidiennes et kleptocrates lavalasiennes) portent une inégale mais lourde responsabilité dans le renforcement de la criminalisation de la société haïtienne. On en voit les effets, entre autres, dans les gesticulations, les pitreries clownesques et le carnaval tèt kale en cours aujourd’hui au Parlement haïtien où ont trouvé refuge nombre de présumés narcotrafiquants et autres « bandits légaux » connus, liés ou pas à la petite confrérie rentière néo-duvaliériste dénommée Parti haïtien tèt kale (PHTK). Et sous couvert d’une impunité/insécurité tolérée par différents « régimes » politiques depuis 1986, le renforcement de la criminalisation de la société haïtienne encore duvaliérisée va de pair avec le bouclage d’un système judiciaire de tradition servile. Il y a lieu ici de rappeler que le Parlement haïtien n’a voté, depuis 1986, aucune loi légitimant la démacoutisation et la déduvaliérisation d’un pays où le trafic d’armes de toutes sortes fleurit à grande échelle et dans lequel les nantis de la bourgeoisie de rente, les narcotrafiquants et les clans politiques ont lourdement armé leurs « gangs criminalisés[2] » et leurs quasi « milices privées[3] ».

                        

Wilhems Édouard

Wilhems Édouard

Jean Claude Bajeux, éclaireur et veilleur émérite du domaine des droits humains en Haïti, en avait fait le diagnostic dans un texte d’une exemplaire pertinence daté du 30 septembre 2008, « Le blocage de la justice : une question d’impunité[4] » :

« Le bouclage de la justice s’est transformé en un système dont la pièce maitresse est l’existence d’une impunité réciproque garantie aux délinquants, ceux qui violent les droits des personnes, leur vie  et leur  corps, et ceux qui détournent l’argent  de l’État. On retrouve  ce système  à travers les deux cents années  de l’existence  de l’État haïtien. L‘étonnant  c’est le jeu de l’impunité où chacun trouve un autre chacun pour couvrir leurs violations et détournements et empêcher qu’ils soient sanctionnés. Il s’agit d’un maillage  serré par-delà les clivages politico-idéologiques, un système de sécurité réciproque. »

Je partage la peine et l’indignation de tous ceux qui ont connu Michel Stéphane Bruno et Whilems Édouard. Cette peine et cette indignation sont miennes au petit-jour guettant la lumière de la justice. Les exprimer publiquement, je le souhaite, contribuera à conforter la famille de Michel Stéphane Bruno et de Whilems Édouard à qui nous adressons nos condoléances émues et le sentiment de notre solidarité.

Enroués telle une clameur, notre colère et notre chagrin contre le mutisme de la pierre se dressent dans la langue du Droit face au meurtre intolérable de Michel Stéphane Bruno et de Whilems Édouard. Deux morts de plus, deux morts de trop, nos voix et leurs voix emmêlées ne peuvent ni être tuées ni être tues : elle doivent faire corps avec la voix des institutions de la société civile pour vaincre durablement l’impunité et contribuer à l’établissement d’un État de droit garant de justice et de réparation. Il nous appartient de définir les modalités nouvelles d’un commun cheminement pour que ne meure pas en Haïti la fécondité des connaissances, la soif des savoirs et la solidarité citoyenne.

Notes

[1] Robert Berrouët-Oriol (2014) : Plaidoyer pour une éthique et une culture des droits linguistiques en Haïti. Éditions du Cidihca, Montréal, et Centre œcuménique des droits humains, Port-au-Prince.

[2] Robert Berrouët-Oriol, 31 octobre 2015 : « Chimè et tontons macoutes dans le viseur de Saint Paul ».

[3] Idem, ibidem.

[4] Jean Claude Bajeux, 30 septembre 2008 : « Le blocage de la justice : une question d’impunité », consigné sur le site « Haïti lutte contre l’impunité » : http://blog.haitiluttecontre-impunite.org/enlumiere/articles-en-vedette/leblocagedelajusticeunequestiondimpunite

Crédit: Robert Berrouët-Oriol

 

Haiti/Diasporama: Minaret de complaisance ou synagogue du malaise en Haïti.

Written on:juillet 15, 2016
Dan Albertini

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ Entre (). Oh que BJC est en Haïti et la campagne électorale de sa lady ressemble en tout point à, comme on le dit en yankee, « a pain in the ». Bouffées scandaleuses pathogènes. Dévotion d’aéronef de Lynch en sus, Bill se croirait invisible sur le tarmac ? Résultat. FBI : « Extremely careless ». Oh ne pas payer ce bon gangan qui ne voit à crédit. Fermons les ()….

Read more...

Haïti/Insécurité: De quoi est- il mort Wilhems Édouard… ?

Written on:juillet 11, 2016
Wilhems Édouard

Il est assassiné, me dira- t- on. Cela va de soi. Il est sorti de la banque, la BPH (Banque Populaire Haïtienne). Sur Pétion Ville, dans le quartier de Noveltex, magasin célèbre pour ses produits de beauté etc, et, juste en face de Caribe Tour, vendredi 8 juillet, soleil chaud, pleine matinée, 9h, am, 10h, a,m, 11h am, des Individus circulant a moto l’ont interpellé, l’ont intercepté, puis l’ont agressé…

Read more...

Haiti/Diasporama: La diaspora dans l’effort du développement d’Haïti, au delà des slogans.

Written on:juillet 5, 2016
Claude Joseph

Haïti est l’un des pays au monde où la fuite des cerveaux est la plus prononcée. Les statistiques montrent qu’en 2000 Haïti figurait parmi les pays de la région envoyant vers les pays OCDE le nombre le plus élevé de travailleurs hautement qualifiés. Avec un taux d’émigration de 83.6% de travailleurs qualifiés, Haïti était en cinquième position après St. Vincent et Grenadine, la Jamaïque, la Grenade et la Guyane. [1] Par exemple,…

Read more...

Diplomatie internationale/Société: La Grande-Bretagne ou le duel saxon caché de l’Allemagne.

Written on:juin 29, 2016
Dan Albertini

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIETE   LA GRANDE-BRETAGNE OU LE DUEL SAXON CACHÉ DE L’ALLEMAGNE Entre (). Ottawa, Trudeau perd son temps à vouloir offrir une aide légale à mourir au lieu de faire revivre le Québec constitutionnellement dans la charte fondamentale. Ligne dangereuse pour une population qui a déjà souffert « les enfants de Duplessis ». Fermons les (). Non, absolument pas, je ne suis prophète de malheur si Mein…

Read more...

Haïti/Québec: Lettre de Montréal – 46, aux haïtiens qui pensent que seule la prière peut sauver Haïti.

Written on:juin 29, 2016
Nadine Magloire

Montréal, 28 juin 2016  · AUX HAÏTIENS QUI PENSENT QUE SEULE LA PRIÈRE PEUT SAUVER HAÏTI! Chacun tire sa force quelque part. Beaucoup comptent sur Dieu. Moi, depuis longtemps j’y ai renoncé. Je suis sereine. Et je sais qu’il est préférable de ne pas attendre de miracle. Sans solidarité, sans des efforts de la part des Haïtiens, le pays va s’enfoncer de plus en plus dans la misère, et la…

Read more...

Haïti/Québec/Diasporama: Lettre de Montréal – 45, Carmen Brouard !

Written on:juin 26, 2016
Nadine Magloire

 Webert Charles qui a réédité mon livre LE SEXE MYTHIQUE m’avait écrit qu’il souhaitait publier pour les jeunes une biographie de la pianiste et compositrice haïtienne, Carmen Brouard, ma mère. Je lui avais dit que je collaborerais à condition qu’on dise la vérité. Je lui ai envoyé les renseignements qui suivent. Je n’ai plus entendu parler de son projet.  Ma mère était une personne plutôt secrète. Elle ne nous a…

Read more...

Haïti/Politique & Société : La ligne rouge est franchie…

Written on:juin 25, 2016
pradelhenriquez-255x300

On est en Haïti, juin 2016, je pense, j’assume, je dis que la ligne rouge est déjà franchie. A tous les niveaux… Niveau politique, niveau social, niveau économique, niveau culturel, niveau relationnel au quotidien, niveau institutionnel, niveau familial, niveau éducationnel, et éducatif, niveau des droits humains, simple niveau de vie, niveau de l’actualité, niveau médiatique, niveau de la conjoncture politique, niveau des services, niveau des performances sectorielles, niveau passe, présent…

Read more...

Haïti/Québec/Diasporama: Lettre de Montréal – 44, Serge Gainsbourg n’était pas beau, de belles femmes l’ont aimé.

Written on:juin 17, 2016
Nadine Magloire

A l’émission de chansons françaises (en reprise) de Radio Canada, l’animatrice, Catherine Pépin, a présenté Serge Gainsbourg, sa vie et ses chansons. Elle a utilisé une interview que Lise Payette avait faite de Serge Gainsbourg. Il était 11h. Je me préparais à lire, le reste de la soirée, ayant passé beaucoup trop de temps à Facebook. Mais je n’allais pas rater ça.   Aux Francofolies, il y a eu à la…

Read more...

Haïti/Politique & Société : Les Haïtiens se prennent par la queue.

Written on:juin 15, 2016
Dr Chenet Torrilus

Le temps nous apprend à redouter les extrêmes. Ceci finit par s’installer comme une loi naturelle ralliant les scientifiques et les croyants. Le passé et le présent peuvent constituer des extrêmes. Dans le cas des haïtiens, le présent devrait être intelligemment construit sur le passé pour nous permettre de contempler des galaxies nouvelles où des étoiles se heurtent, se contredisent mais se rejoignent pour une symphonie lumineuse. Dans la chaîne…

Read more...