Google

Canada/Francophonie: Les carottes sont cuites pour Michaëlle Jean.

Written on:mai 29, 2018
Comments
Add One

mika1Dans le monde diplomatique, rien n’est fait au hasard. Surtout en France. Ceux qui soupèsent les moindres gestes ont remarqué que la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean, était assise au second rang au moment où, sous le dôme de l’Académie française, Emmanuel Macron expliquait sa vision de la Francophonie le 20 mars dernier. Au surplus, le président n’a évoqué que du bout des lèvres la contribution de l’OIF.

Ce n’était pas le premier camouflet à celle que la presse française a déjà décrite comme la « petite reine du Canada ». Plus tôt cette année, à Ouagadougou, M. Macron a ignoré totalement la contribution de l’OIF et de sa secrétaire générale. À une autre occasion, il s’est contenté d’évoquer « la directrice » de l’organisation internationale.

L’annonce cette semaine que la France allait formellement appuyer une candidate du Rwanda pour succéder à Mme Jean lors du prochain Sommet de la Francophonie, en octobre en Arménie, n’était pas une surprise. Déjà fin 2017, la presse africaine rapportait que M. Macron souhaitait appuyer l’ancien président béninois, Lionel Zinzou. Lesté par trop de casseroles, ce dernier a déclaré forfait. L’appui à Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires internationales du Rwanda, signifie avant tout que l’Élysée souhaite un renouvellement à la tête de l’OIF.

Mme Jean se savait en eaux troubles ; le 12 mai, elle a envoyé deux émissaires à Kigali pour tenter de dissuader le Rwanda d’être candidat.

Bien sûr, la France a un « agenda » rwandais : elle tente de faire oublier son rôle, sa passivité, au moment du génocide de 1994. Bien sûr, le Rwanda est aujourd’hui avant tout anglophone, mais Boutros Boutros-Ghali, qui a donné son impulsion à l’OIF, venait d’Égypte, un pays arabophone. Quoi qu’il en soit, sans que les dirigeants se soient officiellement engagés, la presse africaine rapporte que le Maroc, la Côte d’Ivoire et surtout le Sénégal appuieront la ministre rwandaise. Les carottes sont cuites, quand on connaît l’ascendant de la France sur l’organisation.

Climat délétère

Pour l’heure, le climat est délétère au siège social de Paris. Les fuites nombreuses sur les dérives administratives et les dépenses extravagantes nourrissent un climat de suspicion. Mais ce ne sont pas les 500 000 $ en rénovations pour un appartement de fonction à Paris ni le piano à 20 000 $ qui ont causé le plus de tort. Les radios privées peuvent s’amuser de sa déclaration sur son problème d’eau chaude à son appartement parisien, du chauffeur privé pour son conjoint Jean-Daniel Lafond. La décision de consacrer 1 million au financement de l’aventure de la frégate Hermione-Lafayette a fait davantage grincer les dents : les pays sont sensibles à l’utilisation des fonds destinés aux programmes – une cinquantaine de millions pour l’ensemble des 84 États membres.

C’est davantage l’attitude quasi monarchique de la « petite reine » qui n’écoute personne qui est en cause – déjà, au moment de sa prise de contact avec Emmanuel Macron, fraîchement élu, les initiés ont compris que cela s’était mal passé.

Il faut dire que le choix de Michaëlle Jean au sommet de Dakar, en 2014, n’avait pas soulevé l’enthousiasme. Dans l’immense salle de la plénière, à la conférence de presse de clôture, les délégués et journalistes africains dans les gradins maugréaient ouvertement devant le choix de la Canadienne, résultat, à leur avis, du manque de fermeté du président François Hollande.

Il faut dire que les Africains étaient arrivés dans le désordre à Dakar, incapables de se rassembler autour d’une candidature unique. Adversaire avoué de Mme Jean, Jean Claude de L’Estrac, ancien ministre des Affaires étrangères de la république de Maurice, avait critiqué le choix des pays francophones. « Il y a un sentiment dans le groupe africain, depuis le sommet de Hanoi (1998), que le siège de l’OIF est à Paris, que les programmes sont gérés par les pays du Nord. Le secrétaire général doit être un candidat du Sud », avait-il laissé tomber. Dans un ouvrage récent, il a expliqué que le président Hollande avait déclaré la plénière terminée avant que le leader mauricien n’ait pu demander le vote en l’absence de consensus. Un geste important n’avait pas retenu l’attention ; quelques semaines avant Dakar, le secrétaire général sortant, Abdou Diouf, s’était finalement prononcé pour une candidature africaine.

Dans les coulisses, on chuchote que Mme Jean avait proposé un compromis : M. de L’Estrac pourrait devenir son « administrateur », le numéro deux. Le Mauricien avait répliqué que s’il devenait patron de l’OIF, il n’engagerait pas Mme Jean, tant il la trouvait incompétente. Écrivain et journaliste, Henri Lopes, ex-ambassadeur du Congo-Brazzaville, était aussi sur les rangs. Les noms d’autres Africains étaient évoqués, dont celui de l’ancien président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, éjecté du pouvoir juste avant le sommet de Dakar.

Il n’y a jamais eu d’élection au poste de secrétaire de l’OIF. Un candidat africain s’était retiré à la veille du sommet de Hanoi en 1998 – Boutros Boutros-Ghali avait été choisi par consensus. Un seul scrutin a divisé la Francophonie, à l’époque de l’Agence de coopération culturelle et technique : le Canadien Jean-Louis Roy l’a emporté sur le Belge Roger Dehaybe. Et les délégués seraient bien embarrassés au prochain sommet, car leurs règles internes restent bien imprécises quant à l’encadrement d’un scrutin.

Les yeux sur le Conseil de sécurité

De passage à Paris, ce printemps, Justin Trudeau a déclaré que le Canada continuait d’appuyer Mme Jean – il connaissait déjà l’opposition d’Emmanuel Macron à Mme Jean, indique-t-on. On observe dans les coulisses qu’après 1998, l’OIF a toujours été confiée à un ancien chef d’État – Mme Jean l’avait été comme gouverneure générale, tandis que ses adversaires étaient ministres ou ambassadeurs.

Si elle veut conserver son poste, Mme Jean devra toutefois soumettre à nouveau sa candidature.

Le Canada doit aussi tenir compte de son souhait de revenir au Conseil de sécurité de l’ONU. Un vote, un autre, aura lieu en 2020 à ce sujet. Il ne peut se permettre de froisser les pays d’Afrique.

L’appui spontané d’Ottawa n’a guère trouvé écho à Québec. En février, à l’Élysée, Philippe Couillard avait rappelé que les gouvernements s’attendaient à plus de rigueur et de transparence au sein de la direction de l’OIF. Mme Jean a manifesté son mécontentement, confie-t-on. Cette semaine, Philippe Couillard a dit souhaiter voir d’abord si elle serait candidate. Un appui pour le moins mitigé, corrigé diplomatiquement le lendemain.

Michaëlle Jean jettera-t-elle l’éponge ? Ce n’est pas le genre de la maison, disent ceux qui la connaissent bien. Mais elle n’est pas attachée par des considérations pécuniaires – sa pension annuelle comme ex-gouverneure générale du Canada atteint 130 000 $, exempts d’impôts. Quand on est reine !

Crédit: Denis Lessard/LaPresse

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*