Google

Cité du Vatican/Réflexions: Benoit XVI… Quo vadis, Domine ?

Written on:février 22, 2013
Comments
Add One

Dieudonne Saincy

Nous sommes le 2 Avril 2005. Le pape Jean-Paul II est mort. Quelques jours plus tard, la presse demanda à un dirigeant de l’Opus Dei (équivalent de la CIA dans l’eglise catholique) si l’organisation connaissait déjà le nouveau pape avant l’élection? La réponse a été surprenante: « l’Opus Dei ne connaît pas le nouveau pape mais celui-ci connaîtra l’Opus Dei. »

Après huit ans de pontificat, le pape, représentant de Dieu sur terre, la tête de l’Eglise infaillible, a surpris aussi plus d’un en annonçant son incapacité physique à tenir la barque. Et Dieu seul sait qu’elle est fragile cette barque. Face à cette fragilité qui ne dit pas son nom, le pontife, en toute âme et conscience, a pris cette décision après s’être adressé au Seigneur.

Qu’a-t-il dit à la Trinité bien heureuse qui sait déjà tout? On ne le saura pas. Que peut bien lui répondre Jésus si réponse y en avait ? On ne le saura encore moins. Secret d’Etat. Secret du Ciel. Ce n’est pas la première fois qu’un successeur de Pierre jette l’éponge. Certes.

L’apôtre Pierre, celui à qui le Maître a confié la clef de l’Eglise, combien de fois n’a-t-il pas tenté de renier, renoncer ou fuir. Il y a à parier que le pape Benoit XVI risque de poser plutôt à Jésus la question qui tue: « Quo vadis, Domine ? »

En effet, on rapporte pour la petite histoire, le disciple Pierre, fuyant les persécutions contre les chrétiens à Rome, croisa Jésus sur son chemin prenant la direction inverse. Pierre demanda à Jésus: Quo vadis, Domine / Où vas-tu, Maitre ? Et Jésus de lui répondre: « Je vais à Rome pour me faire crucifier une seconde fois. » Attristé et repentant, l’apôtre rebroussa chemin pour aller subir les châtiments infligés aux premiers chrétiens. – Il faut dire en ces temps-là, les gains et les honneurs n’avaient pas encore leur place dans l’église. On risquait bien sa peau quand on était chrétien..

D’ailleurs, dans l’Evangile de Jean, Jésus avait prophétisé sur la mort du disciple le plus zélé (Jn 21: 18-19). Benoit XVI est-il atteint du syndrome de Pierre ? D’abord, que pourrait fuir le Saint Père ? Il est normal que le pape ou tout autre chrétien se sente persécuter dans ce monde. Ça va de soi. C’est écrit dans nos Livres. Spirituellement ou physiquement, l’Eglise est ou sera constamment persécutée. Jusqu’ici le chef de l’église catholique ne l’a pas dit. Cependant l’argument sur son état de santé ne semble pas tenir la route.

Benoit XVI

Comment le dossier des cardinaux aspirant à devenir pape échapperait au contrôle du Vatican ? Le fait d’avoir vécu les derniers moments de maladie du sympathique et regretté Jean-Paul II, lui auraient profondément marqué ne tient pas non plus. Justement, pour ce proche collaborateur, la machine à penser de son prédécesseur cela a été plutôt une pédagogie avant son élection. Que l’histoire se souvienne: voyant l’état de santé inquiétant et inquiété de Jean-Paul II, on reprochait à l’Eglise catholique de l’avoir laissé mener la barque malgré tout. Sa démission n’était ni envisageable ni envisagée par le Vatican à ce moment là. Que lui avait-il donc conseillé le cardinal Ratzinger à l’époque ? « Appuyez-vous sur les principes, ils finiront par céder », aurait dit Oscar Wilde.

Persécutions ? Rome antique n’est plus. Les lions et les autres supplices sont toujours là. Sans aucun doute. Mais Les chrétiens sont les « maîtres » du monde. L’Occident, balayé par des vents extrêmes, il est vrai demeure avant tout chrétien et ne saurait donc persécuter l’Eglise ou le pape. Bref, que pourrait fuir Benoit XVI finalement: la régression du catholicisme dans le monde; la montée de l’islam; le retour en force des évangélistes; le célibat des prêtres qui ne tient pas ou presque plus; l’homosexualité légalisée; la pédophilie démasquée; les scandales financiers; « Opus Dei » et la franc-maçonnerie; crise vocationnelle; éclatement des familles, etc. ? Des réalités, non des mots. Le temps qui détruit tout. Démission, vous dites ? Dans ce cas, la vérité est ailleurs.

Shalom.

 

 

 

Crédit: Dieudonne Saincy. DS/CANAL+HAÏTI

© Copyright 2013 CANAL+HAITI. All Rights Reserved/Tous droits réservés Février 2013

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*