Google

Cuba/Politique/Santé: L’absence de Fidel Castro alimente les rumeurs sur sa santé

Written on:octobre 14, 2012
Comments
Add One
Fidel Castro en 2012

Fidel Castro en 2012

Des blogueurs installés à Miami assurent que Fidel Castro est mort ou, à tout le moins, serait dans un état critique. Le régime rétorque qu’il n’en est rien. Au-delà de la rumeur, El Comandante n’a jamais été aussi longtemps absent de la scène publique.

«Fidel Castro est mort», assurent plusieurs blogueurs de Miami. «El Comandante va bien», réplique l’un de ses fils, le photographe Alex Castro Soto del Valle. «Il mène ses activités quotidiennes, lit et fait de l’exercice», a ajouté son fils, à Guantanamo, lors d’une exposition photographique dédié au leader historique de la Révolution cubaine. Le blogueur américano-cubain Alberto Muller, de qui est parti la rumeur vendredi, a assuré que Fidel Castro, qui a eu 86 ans en août dernier, ne pouvait plus se déplacer par ses propres moyens et avait été placé sous respirateur artificiel. D’autres opposants le donnent déjà pour mort. Alberto Muller jure que ses sources émanent de proches de la famille Castro. «Tous les deux ou trois mois, Twitter tue Fidel Castro», conteste le blogueur officiel Yohandry Fontana, qui souligne qu’à chaque fois, les rumeurs partent de Miami.

 Il n’en reste pas moins que jamais le Lider maximo n’a été aussi absent de la scène. Sa dernière apparition publique remonte à une rencontre fin mars avec le pape Benoît XVI. Sa dernière «réflexion» dans le quotidien du Parti communiste cubain, le Granma, date du 19 juin dernier. Plus troublant, Fidel Castro n’a pas envoyé de message de félicitations à Hugo Chavez lors de sa victoire à l’élection présidentielle vénézuélienne dimanche dernier, alors que d’ordinaire l’ancien numéro un cubain félicite chaleureusement son poulain dans la presse officielle. «Chavez lui-même a confirmé que Fidel lui a envoyé un message de félicitations», rétorque Yohandry Fontana.

Secret d’État

La maladie et l’état de santé de Fidel Castro ont toujours été un secret d’État. Tout Cubain qui se risquerait à en parler s’exposerait à de graves représailles. Chose certaine, si personne ne dispose d’informations fiables à ce sujet, le régime ne pourrait pas cacher longtemps la mort de Fidel. Si celle-ci était déjà intervenue, ce que rien n’indique, le silence de La Havane ne pourrait s’expliquer que par des remaniements dans les hautes sphères du pouvoir. L’autorité de Raul Castro, elle, ne devrait pas être contestée.

En revanche, «le gouvernement n’a pas une vision claire de ce que sera Cuba politiquement dans cinq ans ou dans dix ans. Il n’y a pas vraiment de plan pour le futur», confie un diplomate de haut rang en poste à La Havane. «Il n’y a aucun signe d’ouverture vers les autres partis politiques et il est peu probable que cela se fasse», ajoute-t-il avant de préciser que «l’armée, qui contrôle l’essentiel de l’économie cubaine, est un acteur majeur». Il n’en reste pas moins que pour les Cubains, Fidel a déjà disparu depuis longtemps. Depuis quelques années déjà, ils en parlent au passé.

Credit: Hector Lemieux

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*