Google

Haitel/Banqueroute/Enquête: La Haitel, en faillite, doit plus de 34 millions de dollars US au fisc haïtien !

Written on:avril 4, 2012
Comments
Add One

Après les multiples déboires juridico-financiers, de son fondateur sous le gouvernement Préval, la compagnie de téléphonie mobile et fournisseur d’accès internet, Haitel S.A., n’est pas au bout de ses peines.

Les abonnés sont privés de services (téléphone + Internet) depuis plus d’un (1)  mois; certains employés n’ont pas reçus leurs émoluments depuis près d’un an ; des difficultés techniques (entre autres, problèmes de carburant pour faire fonctionner les différents équipements) de toutes sortes, causant des interruptions du service régulièrement ; seulement cinq (5) relais sur  soixante sept (67) fonctionnent par intermittence… ;  et…pour couronner le tout, le scandale des scandales: la compagnie n’a versé un centime à la D.G.I. depuis 2008,…résultat… plus de trente quatre millions de dollars américains (US$ 34.000.000) de dette à l’état haïtien (D.G.I./fisc). Enfin, bref… la Haitel doit une somme coquette à ses créanciers (D.G.I., B.N.C., Voilà, Digicel, etc…), soit plus de quatre-vingt quatre millions de dollars américains (US$ 84.000.000).

Le résultat de cet échec total commence à se faire sentir de façon palpable, ces dernières vingt (24) heure. La Direction Générale des Impôts (DGI) vient d’assigner la Haitel pour une mise sous-séquestre. Cette affaire a été entendue  ce jeudi 29 mars 2012 par  le juge Raymond Jean-Michel, doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince. La Haitel  S.A. a  été défendue par Me Lebon Cilaire, les intérêts de l’État haïtien par Mes Jean Serge François et Romial Petit.

«… La mise sous séquestre n’entraîne pas la fermeture, mais la continuation de la gestion de l’entreprise en vue d’assurer la conservation des droits et intérêts de toutes les parties, notamment l’État pour le recouvrement de ses créances, les actionnaires pour leurs actions et dividendes, les employés pour leurs salaires… », dixit, Me. Jean Serge François.

L’explosion de cette affaire Haitel/D.G.I. est intervenue à un moment où nous venons d’assister à un « jumelage » (switch !) entre les deux (2) plus populaires compagnies de téléphonie mobile actuelle (Digicel et Voila). La compagnie de téléphonie mobile Digicel, du milliardaire irlandais Denis O’Brien, a fait l’acquisition de la compagnie haïtienne Voilà, le 30 mars 2012 pour la rondelette somme de quatre-vingt dix-sept millions de dollars américains (US$ 97.000.000). L’achat a été conclu entre le Groupe Digicel et la compagnie américaine Trilogy International Partners qui  était la propriétaire de Voilà en Haïti.

Signalons que les bureaux de la Haitel (service à la clientèle et techniques) de la rue Darguin (Pétion-ville) et Avenue Lamartinière (Bois-Verna, Port-au-Prince) sont fermés au public, depuis plus de deux (2) semaines, jusqu’à nouvel ordre. Cependant, le PDG et fondateur de cette boite, qui vit actuellement aux États-Unis d’Amérique, était de passage en Haïti durant le mois de mars écoulé, en vue d’empocher le montant d’une transaction immobilière, fraichement conclue entre lui et un particulier (Une autre compagnie!).

 Rappelons que la Haitel fut fondée en 1999, par Franck N. Ciné, ancien actionnaire majoritaire de la Socabank (dissoute par l’état haïtien) et ex-cadre du groupe américain MCI/Worldcom. La Haitel fut a cette époque le premier opérateur de téléphonie mobile à offrir ses services en Haïti avant l’arrivée de Comcel/Voilà, en septembre de la même année.

 

 

 

 

Credit : CANAL+HAITI

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*