Google

Haïti-12 Janvier/In-memoriam: 12 janvier 2010, un géant nous a quitté !

Written on:janvier 12, 2013
Comments
Add One

Andy Lucas

Les cloches de la Cathédrale se sont tues. Que triste était le ciel ce jour là, une fleur dont le parfum s’est envolé a laissé dans le cœur de tous les fils de Bel-Air un goût amer. La mort est une menace ou l’homme est sûr de sa venue, mais incertain du moment où il partira. Cette citation de Jean Paul Sartre illustre l’absurdité de la condition humaine.

Un matin du 7 avril 1971 est né dans la commune de Léogane, un homme exceptionnel. Frantz Gué dit Fanfan ou Dread Bazilo. Fanfan a grandit au Bel-Air et y a passé toute sa vie. Il a fait ses études au Petit Séminaire Collège Saint Martial et au Collège Blaise Pascal. Il a étudié les sciences politiques à L’INAGUEI, la gestion a la faculté des Hautes études Commerciales. Grand militant politique, Frantz

Frantz Gué a.k.a. "Fanfan" ou "Dread Bazilo"

Gué aura marqué son passage sur terre par sa conviction politique et sa sensibilité. C’est sur les bancs de l’école qu’il a prit son baptême de feu dans la politique. Très tôt, il s’est initié au marxisme-léninisme et à la poésie . Ses modèles furent Lénine, Ernesto Guevara, Fidel Castro, Bob Marley, Thomas Sankara, Patrice Lumumba et Mao-Tse Toung. Il a travaillé pendant plus de 5 ans pour le journal Haïti Progrès où il a mis tout son savoir en ce qui concerne les luttes de classes, l’hégémonie Américaine au service des milliers de lecteurs tant en Haïti qu’a l’étranger. Il a prit une part très active dans le retour du président Jean Bertrand Aristide. Sous la mitraille des sbires du Putsch de 1991, au péril de sa vie, il a participé à des pratiques de résistances visant au retour de l’idole des masses haïtiennes. Fidèle à sa conviction anti-impérialiste ,après le retour du président Aristide(1994), il a été appelé pour un job au gouvernement, il a refusé, selon lui le pays était sous la domination des États-Unis. Certains de ses camarades politiques ont accepté de travailler alors que sa vie n’était pas à l’abri du besoin. Fanfan a toujours dit qu’il ne fait pas de la politique pour une émancipation personnelle, mais pour un mieux-être de tous. Marxiste dans les gestes et dans l’âme, Fanfan n’a jamais accordé trop d’importance à l’argent, Cet homme modeste était toujours là pour venir en aide à ceux qui en avait besoin.

Sur cette photo Bazilo,ses deux sœurs et moi (Andy Lucas) en mai 2008

12 janvier a enlevé cet homme extraordinaire à notre affection, les jeunes de Bel-Air n’ont pas le droit d’oublier cette légende qui a consacré sa vie à faire de la politique non pas à des fins personnels, mais pour le bien-être de toute une communauté de gens qui souffrent et qui ne veulent que vivre. Fanfan va en paix, tu as accomplis ta mission, une place t’attend à l’autre rive, différent de ce monde d’incertitude dans lequel tu vivais. La sagesse indienne nous offre cette pensée qui traduirait ton passage sur terre. Tout homme avant de mourir doit planter même un arbre pour marquer son passage car l’arbre qu’il a planté donnera du fruit ou du moins de l’ombre à ceux qui naitront demain affamés et nus !!!!!!!!!!

Savourons ces vers de Musset que Fanfan aimait dire souvent
J’ai perdu ma force et ma vie
Et mes amis et ma gaité
J’ai perdu jusqu’à la fierté
qui faisait croire à mon génie …… !!!!!

OCHAN POU OU FANFAN !!!!!

 

Crédit: Andy Lucas/Jean-Abner Dessources/CANAL+HAITI@Copyright All Rights Reserved, Tous droits réservés Janvier 2013

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*