Google

Haïti/Diasporama/Culture: « Définition du moïku »

Written on:septembre 23, 2019
Comments
Add One

On a tous entendu parler du « haïku » qui est un poème très concis de trois vers libres dont le premier et le troisième comptent cinq pieds, le deuxième sept pieds. Le haïku a été inventé au dix-neuvième siècle par un poète japonais et est pratiqué avec succès un peu partout dans le monde.

Le « gogyohka » d’un poète japonais également s’inscrit dans la gamme de la poésie brève ou micro-poésie et se compose de cinq vers libres.

Le « moïku » pour sa part, d’origine haïtienne : réflexion, aphorisme, maxime, satire ou apophtegme sous forme de quatrain monorime se veut l’heureux mariage des sciences humaines et de la poésie. Il s’agit, lui aussi, d’un poème concis qui se compose de quatre vers libres dont les rimes sont identiques.

L’objectif du moïku est de porter le lecteur à méditer afin de tirer ses propres conclusions sur la forme et le fond. La meilleure éducation consiste à pousser les gens à penser par eux-mêmes, selon Noam Khomsky.

Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel disait Paul Éluard.

Heureuse trouvaille de votre humble serviteur qui compte déjà plusieurs adeptes auprès des amis-lecteurs sur la toile et qui a déjà fait l’objet de deux publications : Moïku et Moïku tome II.

Quatre éléments concourent à la composition d’un joli moïku :

Le fond, c’est à dire, le sujet abordé.

La forme, une phraséologie claire et simple et les quatre rimes qui sont identiques. Le simple est beau nous enseignent les sages!

La configuration du texte qui peut représenter un carré, un rectangle, un trapèze ou encore un triangle debout ou inversé. Un joli moïku sera donc agréable à l’œil, au cœur et à l’esprit.

Profondeur, harmonie et concision caractérisent un moïku qui peut se définir comme étant une parole mémorable sous la forme d’une capsule poético-philosophique.

Ce quatrain aux rimes identiques

Qui se veut une envolée poétique

Parle de l’amour et de la politique

Et d’autres thèmes philosophiques

Et si à la fin de chaque vers, en plus de la même consonance, c’est le même vocable qui fait la rime, alors c’est du moïku à son meilleur.

Il y en a qui ne rêvent pas

Et qui ne savent même pas

Que l’humanité: à petits pas

Progresse et ne reculera pas

Sélectionné comme poème du mois de décembre deux mille dix-sept par le parlement canadien, si la tendance se maintient au point de faire boule de neige, le moïku aura, autant que faire se peut, contribué à enrichir la poésie moderne.

———–

Crédit: Serge H. Moise av.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*