Google

Haïti/12 Janvier/Diasporama: Haïti, mon cœur « automatique » se déchire !

Written on:janvier 12, 2014
Comments
Add One

Rose-Esther Guignard (Crédit Photo: Jean-Louis Régnier)

NDLR.- Née en Haïti le 18 janvier 1985, Rose-Esther Guignard, arrive en France en 1998. Elle a 13 ans, un nouveau monde s’offre à elle. Avec une énergie communicative, une force inépuisable et la joie de sa jeunesse, elle fait partager les contes, les chansons et les comptines de son pays. Son imagination, sa gaieté et sa manière enchanteresse de transmettre son plaisir l’amènent à vouloir devenir comédienne. Elle entre en classe littéraire au lycée Rotrou à Dreux à l’option cinéma audiovisuel. Elle développe sa passion pour le théâtre dans l’association du Cercle laïque de Dreux.

En mars 2007, elle crée son premier spectacle « Tézin, le Poisson amoureux » inspiré d’un conte traditionnel Haïtien. Dans le cadre des « Deuxièmes Pressions de la scène » à l’Atelier à spectacle à Vernouillet (28), sa prestation est couronnée par deux prix : le coup de pouce de l’Atelier à spectacle ainsi que le coup de cœur de la FNAC.
En avril elle est sélectionnée pour représenter la région Centre au 26ème Prix de la Jeunesse au 60ème Festival de Cannes.
En octobre 2007, elle entre au Conservatoire d’Art Dramatique Erik Satie à Paris.
En mars 2008 Tézin, le Poisson amoureux obtient le Prix de la Meilleure Œuvre Originale au concours des 12emes Rencontres du Jeune Théâtre à Savigny-sur-Orge…
Ce 12 janvier 2014, ayant Haïti dans la peau, la chair, l’Âme et surtout le cœur, Rose-Esther s’en souvient…

 

Quelques minutes après  16h35, le 12 janvier 2010, je suis à Paris, j’ai été téléportée à Port-au-Prince, ma ville détruite par le séisme et…

…Je ne bouge plus je ne vois rien je ne vis plus mon corps.

Je m’agite dans mon sommeil sans cesse, un sommeil « infinissable ». Je sens ma poitrine qui gonfle, qui gonfle. Ma tête grandit, grandit, mon front prends feu, il va éclater, mon ventre me brûle, je sens mes triples qui s’agitent, les voilà qu’elles se déchirent entre elles. Je ne me sens plus, je ne sens plus rien.

Ma gorge se resserre, ma salive coule jusqu’à n’en plus finir. Je ne peux pas crier, je ne peux rien faire. Ma vie défile devant moi, je n’ai plus de tête, plus d’âme. Tout ça c’est du vent. Je ne sens plus mon cœur.

Oui !  Je ne sens plus battre mon cœur. Oh ! Mon amour, m’amour, pourquoi est-tu parti si loin de moi, mon cœur se déchire, se rétrécit, mon cœur s’envole vers l’enfer. Reviens, j’ai besoin de la chaleur, du réconfort.

Je ne peux plus bouger, mes pieds, où sont passés mes pieds ? Mes membres se déchirent, il ne reste plus rien. Mes yeux sont deux grands trous infinis. Je ne respire plus. Je n’ai plus de nez. Je ne sens rien, je n’ai le goût de rien. Je n’entends pas. Je suis sourde à en mourir. Mes bras sont le long de je ne sais pas quoi.

Cauchemar, je crie. J’ai l’impression de crier. Rien ne marche, c’est la fin. Le monde est fini. Tout ça n’existe pas. Vide, c’est du vide rien que du vide. Mort, je suis morte, je l’ignore. Je vois du sang, du rouge qui coule.

Ah ! Mon Dieu, viens à moi. M’entends- tu ? Ma vie est un déchet.

 

 

 

 

 

Crédit (Texte): Rose-Esther Guignard 
Crédit (Dessins): C.G & Rose-Esther Guignard 
Tous droits réservés©CANAL+HAITI, Andy Limontas,Rose-Esther Guignard-Janvier2014

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*