Google

Haiti/Afrique/Ebola: Apres le Chikungunya, la fièvre hémorragique « EBOLA » nous arrive à pas de géant.

Written on:juillet 4, 2014
Comments
Add One
Ce n'est pas l'image d'un film d'horreur, mais c'est celle d'une des multiples effets du virus de l'Ebola sur l'humain

Ce n’est pas l’image d’un film d’horreur, mais c’est celle d’1 des multiples effets causés par le virus de l’Ebola sur l’humain

La fièvre hémorragique Ebola continue d’emporter des vies en Afrique de l’Ouest. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 337 personnes ont péri. C’est en Guinée que le virus frappe le plus. L’OMS et les autorités du pays ont mis en place une nouvelle stratégie de sensibilisation.

 Principaux points

 La maladie à virus Ebola (autrefois appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle chez l’homme.

  1. On enregistre au cours des flambées un taux de létalité (Le taux de morts d’une population humaine ou animale pour un temps donné par rapport au nombre demalades)pouvant atteindre 90%.
  2. Les flambées épidémiques surviennent principalement dans les villages isolés d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, à proximité des forêts ombrophiles tropicales.
  3. Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine.
  4. On pense que des chauves-souris frugivores, de la famille des ptéropidés, sont les hôtes naturels du virus Ebola.
  5. Les personnes gravement malades ont besoin de soins intensifs de soutien. Il n’existe pas de vaccin ou de traitement spécifique homologué, que ce soit pour l’homme ou pour l’animal.

De nombreuses familles cachent les malades et ceux qui ont été en contact avec les porteurs du virus. Résultat : la maladie, initiallement transmise par des chauve-souris, se transmet entre humains. Selon l’OMS, il faut communiquer par le biais des chefs communautaires et religieux, des associations, mais aussi des guérisseurs traditionnels.

« Il y a eu quelques fausses informations que nous tentons de combattre, explique le docteur Mamadou Djingarey, responsable de l’OMS à Conakry. Notamment, certains guérisseurs traditionnels qui disent qu’ils peuvent soigner toutes sortes de maladies. Nous les avons sensibilisés. Il y a actuellement en cours un programme de formation pour tous les guérisseurs traditionnels. »

Pour votre gouverne, sachez que, le virus Ebola est apparu pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées à Nzara (Soudan) et à Yambuku (République démocratique du Congo). Yambuku étant situé près de la rivière Ebola , c’est de là qu’est venu le nom de la maladie.

Au moment ou nous publions cet article, le gouvernement haitien, par le biais de son « Ministere de la Sante Publique et de la Population«  garde un silence inquiétant concernant ce grave problème de santé publique, qui pourrait atteindre Haïti a n importe quel moment. Vont-ils continuer d agir en « Pompier mal équipé« et …se reposer sur ses « lauriers… Enfin , bref…y avait-il des lauriers…

Crédit: CANAL+HAITI avec RFI & OMS

3 Comments add one

  1. Prenons beaucoup attention a cette maladie.

  2. claude dorsainvil says:

    merci pour les information j`aimerais avoir plus

  3. vital Nodel says:

    C’est la fin des temps. L’homme a trop fait. Dieu parle. Taisons nous et mettons nous dans la priere.

Répondre à Garry Jean DOR Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*