Google

Haïti/Canada/Coopération: Des miettes pour Haïti !

Written on:janvier 11, 2013
Comments
Add One

Fréderic Boisrond

NDLR.- L’auteur de cet article, Frédéric Boisrond, est Sociologue et détenteur d’un MBA. Il a développé une expertise en Stratégies d’affaires pour les organismes à but non-lucratif. Sa firme, Solutions Feedback Actif, aide les OBNL et les ONG à implanter des mécanismes de gestion et de bonne gouvernance.

En 2006, il a réussi la restructuration de l’Association de Montréal pour la déficience intellectuelle. En 2008, Frédéric Boisrond a complété l’implantation de l’ONG Action contre la faim Canada.

En 2011, il a mis en place un plan pour transformer Radio Centre-Ville d’un organisme communautaire à une entreprise d’économie sociale. Pendant plusieurs années, il a fait partie de l’équipe chargée de repositionner les Centres jeunesse de Montréal.

Frédéric Boisrond a passé 18 ans au YMCA de Montréal pendant lesquels il a été directeur général des centres communautaires Notre-Dame-De-Grace et Hochelaga-Maisonneuve. En 2000 il est retourné en Haïti, son pays d’origine pour y fonder le YMCA d’Haïti. Suite au tremblement de terre, il a fait partie d’un groupe d’experts qui a contribué à faire du YMCA la première organisation du pays à avoir reconstruit ses installations selon des normes parasismiques.

Aujourd’hui, le YMCA d’Haïti, fondé par Frédéric Boisrond, compte 5 points de service, offre des services à plus de 20 000 familles et a été classé par le Huffington Post au troisième rang de son top 10 des organisations nationales et internationales les plus efficaces depuis le tremblement de terre.

Depuis 2011, Frédéric Boisrond dirige le Comité d’adaptation de la main-d’œuvre pour personnes immigrantes (CAMO-PI). Cette organisation a reçu le mandat du Gouvernement du Québec pour mettre en œuvre des stratégies pour accroître l’intégration au marché du travail et pour assurer le maintien en emploi des personnes immigrantes.

Son parcours professionnel a amené Frédéric Boisrond à séjourner dans plusieurs pays dont la Chine, la République dominicaine, la Guinée, la France, l’Espagne et le Nicaragua ce qui a alimenté ses réflexions sur la diversité, le développement humain et la démocratie représentative. Il a publié plusieurs articles sur ses sujets dans La Presse et le Devoir et depuis janvier 2009, il enseigne sur ces thématiques dans le cadre du programme de Relations publiques à l’Université McGill.

Ce n’est pas à Port-au-Prince que le ministre Julian Fantino doit aller pour constater les progrès des programmes de l’ACDI. Pour cela, il doit savoir que l’aide humanitaire représente avant tout des occasions d’affaires pour les entreprises des pays donateurs. Elle est donc dépensée au Canada.

L’ACDI exige que les programmes qu’elle finance aient un contenu canadien. Pour l’ACDI, la participation d’entreprises, d’organisations et de citoyens canadiens à des projets dans des pays en développement aide à projeter une image positive du Canada. Cette approche permet de garder près de 90% de l’aide dans l’économie d’ici.

L’ACDI ne fait pas exception. Le Groupe de recherche sur l’intégration continentale (UQAM) rapportait que lorsque confronté à un Congrès majoritairement républicain, le gouvernement de Bill Clinton avait déclaré que 80% de l’aide ne quittait jamais le pays puisqu’il servait à l’achat de biens et de services américains.

Le Québec n’est pas en reste. Après le 12 janvier 2010, le ministère de l’Industrie et du Commerce avait identifié les occasions d’affaires pour les entreprises québécoises. Le MICC avait retenu comme secteurs d’intérêt la réfection des réseaux de transport, l’électrification et la construction de logements. Il avait identifié les organisations internationales qui pouvaient offrir des occasions d’affaires, dont la Banque mondiale, l’ONU et bien sûr, l’ACDI. Résultat: en 2010, les exportations de biens du Québec à destination d’Haïti s’élevaient à 25,1 millions, ce qui représentait une hausse de 106% par rapport à 2009.

Exemple concret: à la suite au tremblement de terre, la Croix-Rouge canadienne, en partenariat avec l’ACDI, avait donné un contrat de 28 millions à Maisons Laprise de Montmagny, pour la fabrication de 7500 unités d’habitations temporaires destinées aux sinistrés de Jacmel et de Léogane. C’est SNC-Lavalin qui a été mandaté comme conseiller en chaîne d’approvisionnement. C’est cette même firme québécoise qui a agi en tant qu’expert-conseil pour les aspects techniques du produit. Maisons Laprise a aménagé une usine consacrée exclusivement au projet et a embauché des dizaines de travailleurs spécialisés. Ce projet financé par des donateurs et des contribuables qui voulaient aider les Haïtiens aura servi à dynamiser l’économie de Montmagny et n’a eu aucune retombée économique en Haïti.

Julian Fantino

Le problème ne remonte pas au tremblement de terre et n’est pas exclusif à Haïti. En 2001, les politiques de l’ACDI ont été critiquées par Droits et Démocratie qui avait dénoncé l’emphase mise sur les intérêts commerciaux du Canada et affirmait que cette approche ne tenait pas compte de l’objectif premier qui devait être l’éradication de la pauvreté.

Il faut souhaiter que la nouvelle approche que recherche le ministre Fantino tiendra compte du fait que c’est l’État haïtien qui a la responsabilité d’articuler des programmes pour promouvoir le développement économique et social en Haïti.

L’ACDI devrait soutenir des projets qui permettent d’offrir des emplois aux Haïtiens et des occasions d’affaires aux entreprises haïtiennes. En attendant, le simple gel de l’aide à Haïti risque d’avoir plus d’impact sur l’économie canadienne que sur le niveau de vie des Haïtiens.

Crédit: Frédéric Boisrond

 

One Comment add one

  1. Merci Frédéric pour toutes ces précisions.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


Warning: fopen(call.txt): failed to open stream: No such file or directory in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 115

Warning: fgets() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 117