Google

Haïti/Carnaval/Drame : Faut- il parler de responsabilité dans la catastrophe du Champ-de-Mars ?

Written on:février 17, 2015
Comments
Add One
Pradel Henriquez

Pradel Henriquez

Pour répondre à une question qui m’est posée, ici, suite à la catastrophe du Champ-de-Mars, au carnaval de février 2015. J’ai eu l’expérience de gestion du carnaval pendant plusieurs années consécutives. Puis j’étais présent cette année pour apprécier le défilé à mon sens, un défilé qui promettait pourtant, et qui a eu des failles certes , mais promettait. De fait, politiquement, c’est le tout premier carnaval du pouvoir actuel , du pouvoir en place, dans la capitale Port-au-Prince, après le carnaval des Cayes, dans le Sud, en 2012, le Cap , dans le Nord, en 2013, et Gonaïves en 2014. Je tente une réflexion qui devra être utile, j’espère, à mon milieu, à mes amis, amies de facebook, à mon pays, a toute ma société attristée par ce qui est arrive tragiquement.

 QUI EST RESPONSABLE.

 Je sais que tout de suite, chez, nous, on politise tout et on politise a outrance, sans prendre le temps de penser, de raisonner. On est fou trop souvent avec nos suspicions.

On va jusqu’a oublier les familles des victimes et on oublie aussi les victimes elles mêmes dont il y en a, encore vivantes, et qui souffrent amèrement de tout cela pour faire des extrapolations inutiles ou méchantes

.
On oublie enfin toute la société traumatisée, car cette catastrophe du mardi 17 février 2015, au carnaval national, champ de mars, Haïti, est carrément collective au même titre que le séisme du 12 janvier 2010. Il faut le traiter comme tel.

Toutefois, la question se pose. QUI EST RESPONSABLE DE CE QUI S’EST PRODUIT ?

primBien entendu, OUI, il y a un responsable de ce qui s’est passé au Champ de Mars, au carnaval 2015, 2e jour gras, en Haïti, lundi 17 février 2105. Ici des dizaines de morts, et des dizaines de blessés, c’est un vrai massacre et c’est malheureusement, une vraie chaine de responsabilité logistique et étatique. C’est sans parler, dans tout cela, de la Mairie de Port au prince qui a le job de gérer la ville. dans tous ses états…

 D’abord, c’est l’Etat, le premier responsable, Puisqu’ en 2015, il n’est pas normal, il n’est pas possible d’avoir encore dans une capitale un système électrique avec des hautes tensions sur la tête des gens partout dans les rues. On parle de modernisation de l’EDH, Électricité d’Haïti, depuis 20 ans dans ce pays. Ou est donc passée cette modernisation. Se fera- t- elle avec tous ces câbles hautes tensions sur nos têtes.

 Bien sur, dans ce genre de situation de massacre, car c’est un massacre, il ne faut avoir peur du mot. il faut classiquement une enquête policière et judiciaire, pour déterminer de manière scientifique et systématique, ce qui s’est produit, Voir s’il y a des coupables. Je parle en fait comme si j’étais dans un pays sérieux. La première démarche consiste donc, dis-je, a mener une enquête technique dans ce genre de cas avant tout bla bla bla et suspicions inutiles ou injustes.

Mais l’Etat, pour le moment, en attendant enquête, toujours et encore l’Etat au sens systémique, historique, du terme, est responsable de n’avoir jamais mis sur pied un comité permanent du carnaval national, (à l’instar du CEP , organisme permanent chargé des élections, c’est la même chose pour le Carnaval, en Haïti, il faut un comité permanent), et qui aurait eu le temps de réfléchir sur ce genre de question logistique complexe.

 Car le comite avec sa stature éphémère, sa stature de pompier, ne saurait être responsable, tout de suite, d’un problème pareil qui est plutôt ( a moins d’un crime a la base, car dans une enquête, toutes les pistes doivent être ouvertes,) d’ordre infrastructurel comme faille de la société, faille de l’Etat, faille du système.

 Toutefois, il est une tradition que le comité d’organisation du carnaval même provisoire, fasse bien avant le carnaval, chaque année, une évaluation de tout le parcours du défilé, des chars, et des foules, au niveau logistique, afin de détecter ce problème. Diriger c’est prévoir. Selon mes sources, le comite a bel et bien, effectué ce travail avec l’EDH pour redresser les hautes tensions, Ceci a été fait encore une fois cette année, le petit geste pompier de remonter le fil électrique, les câbles hautes tensions, de vérifier les égouts, les trous dangereux, de s’assurer que les chars sont bien confectionnés et ne feront pas de dégâts sur le parcours, les chauffeurs, le rôle de la police, les secours etc. Il faut noter a toutes fins utiles au tournant de cette réflexion de circonstance, que l’équipe logistique que j’ai vue la, au champ de mars, dans l’organisation, est bel et bien rodée, expérimentée, compétente…Mais, que s’est- il passé, Seigneur et qui a causé tant de dégâts et de tristesses.

 Un élément à signaler, un détail de taille avec mon regard pointu parfois sur les choses. De manière anormale, dans le cas de cet événement précis, l’artiste Fantom de Barikad Crew, qui performait sur son char, s’est visiblement placé sur un socle, un haut parleur peut être, plus haut que la normale, et était donc malheureusement, en hauteur, au niveau du courant, malgré que ce courant a été redressé vers le haut, je lai dit tantôt, pour ne pas présenter de danger direct. Alors, le comité doit être sévère et surveillé à cela. Le job du président du comité, le comité de la logistique. Le groupe musical aussi, doit surveiller tout cela. Il est une tradition qu’au sein des groupes musicaux, il y ait quelqu’un qui tient un bois isolant ( ce qui est ridicule , au 21e siècle, dans une organisation logistique sérieuse, mais cela sert tout de même de solution provisoire acceptable) pour soulever les hautes tensions au passage des chars. Je n’ose même pas parler des normes de construction des chars comme un vieux débat dont personne ne sortira gagnant dans ce pays où l’on vit sans norme, tout se vit sans règle et sans principe. C’est devenu une culture , chez nous, de vivre sans loi, sans code déontologique, sans éthique, sans valeur, sans respect de rien, ni des êtres, ni des choses.

 On connait bien définitivement, par ailleurs, les frasques des artistes, On sait qu’il faut les protéger contre eux mêmes parfois, sur scène, quand ils chantent, surtout dans ce genre de spectacle fou, LE CARNAVAL , un challenge, un feeling, ou les artistes veulent se donner entièrement à leurs publics. Ou était donc, sur le char de Barikad Crew, ce teneur traditionnel, de bois isolant au sein du groupe de BC, le groupe coqueluche des jeunes surtout. Après  KIng Posse, il était une fois.

 Vraiment pas de chance BC, Barikad Crew qui a déjà vécu dans le passé, une catastrophe pareille, aussi épouvantable et qui a causé à l’époque, des morts à n’en plus finir au sein même du groupe musical. La même détresse collective, ils roulaient nos artistes de BC, sur la route de l’Aéroport, dans l’une de ces nuits inconnues, à tombeau ouvert, Ce matin, mardi 17 février 2015, cette fois, il jouaient aussi à tombeau ouvert de sorte que le carnaval de 2015 compte des morts à gogo, des blessés, des souffrances, des pleurs, comme cela s’est produit en février 1998, avec le groupe RAM, à  un autre niveau d’accident, un autre contexte…

  QUI EST RESPONSABLE. ? on a essayé de voir la chaine de responsabilité parce que dans une société, il doit y avoir des responsables , des droits, des devoirs, des fonctions, des titres, des privilèges, mais aussi, des RESPONSABILITES. Triste enfin, grave, terrible, horrible, ce qui s’est produit, au Champ de Mars où cette année, des étrangers en grand nombre étaient présents, et ont tente de jouir de notre carnaval national, malgré le climat de terreur politique que nous vivons depuis des lustres. Encore un train raté. Bref, Le temps de méditer, de soigner nos victimes, de les encadrer,

Mais après…Et après… comme dirait Franketienne , le célèbre auteur de « Pèlin Tèt »… »Apres…anyen… »…

 

 

Crédit : Pradel Hentiquez

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*