Google

Haïti/Cholera/Minustah: Le choléra continue de faire des victimes.

Written on:février 6, 2015
Comments
Add One
Image d'archives (Courtoisie)

Image d’archives (Courtoisie)

L’épidémie de choléra continue de faire des victimes en Haïti où 132 personnes sont mortes et près de 15.000 ont été touchées par la maladie en 2014, a révélé un rapport de l’agence onusienne chargée de l’urgence humanitaire (OCHA). Depuis l’apparition de l’épidémie en Haïti en octobre 2010, « un nombre inacceptable de personnes ont été touchées avec près de 712.330 cas suspects, et une estimation de 8.655 décès », selon le rapport de l’OCHA citant le ministère haïtien de la Santé Publique et de la Population (MSPP).

Pour 2014, 14.869 cas suspects et 132 décès ont été enregistrés, indique le document, alors que Médecins sans frontières (MSF) se plaint du manque de lits disponibles pour recevoir les malades. « Plus de 2.000 personnes présentant les symptômes du choléra ont dû être hospitalisées d’urgence  à Port-au-Prince. Une majorité de la population haïtienne reste exposée au choléra faute d’accès à l’eau potable et aux latrines, la capacité de prise en charge des malades reste encore insuffisante », souligne MSF.

L’agence de l’ONU a par ailleurs observé une « augmentation très significative de l’incidence du choléra dans les régions métropolitaines de Port-au-Prince et ses environs depuis la fin septembre, dans un contexte de pluies fortes et retardées.
« Les patients arrivent chez nous dans un état critique car il n’existe pas de dispositif de prise en charge en urgence malgré le Plan national d’élimination du choléra, déplore Oliver Schulz, chef de mission pour MSF en Haïti.

Les organisations internationales oeuvrant dans le secteur du choléra souhaitent un « soutien supplémentaire afin de maintenir les efforts et répondre aux besoins urgents ». « Un désengagement prématuré pourrait compromettre les gains obtenus jusqu’à présent et conduire à une résurgence de cas suspects de choléra ». MSF estime que « cinq années après l’apparition du choléra, le système de santé haïtien fait toujours face à des pénuries en terme de financement, de ressources humaines et de médicaments ».

En juin 2011, une étude publiée par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) avait conclu que le choléra, qui avait disparu en Haïti depuis 150 ans, y avait été réintroduit par des Casques bleus népalais déployés dans le pays pour venir en aide à la population après le tremblement de terre dévastateur de janvier 2010. L’ONU n’a jamais reconnu sa responsabilité dans l’épidémie, affirmant qu’il était impossible de déterminer formellement l’origine de la maladie.

 

Credit: CANAL+HAITI avec AFP

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*