Google

Haiti/Crise Politique: Des organisations de femmes se démarquent des agissements d’une conseillère électorale.

Written on:décembre 20, 2015
Comments
Add One

ayiDes organisations de femmes se démarquent des agissements d’une conseillère électorale

Les organisations signataires tiennent à rappeler qu’elles s’étaient retirées du processus de consultation, entrepris au sein du mouvement des femmes en janvier 2015, en vue de la désignation d’une femme pour siéger au Conseil Électoral Provisoire (CEP).

Ayant constaté les manœuvres orchestrées pour obtenir à tout prix la désignation de Mme Yolette Mengual au Conseil électoral, les organisations signataires avaient publiquement dénoncé ces pratiques et questionné la motivation profonde de la concernée pour intégrer le CEP. Plus précisément, les signataires avaient indexé la conduite d’un processus caractérisé par un chaos planifié, le non-respect des principes et des décisions arrêtées, l’indiscipline, la manipulation, les tentatives d’intimidation et l’acclamation en lieu et place d’un choix fondé sur des critères préalablement établis et validés.

Les agissements de la conseillère Mengual n’engagent qu’elle-même. Ils concernent les groupes et individus qui avaient choisi de torpiller le processus de désignation pour la hisser au CEP. Les allégations de corruption à l’endroit de la conseillère tendent à conforter les signataires dans leur décision de se retirer d’un processus dénaturé.

Les organisations signataires déplorent, encore une fois, la stigmatisation et l’amalgame que s’empressent de faire certaines personnes et certains médias, comme si les actes d’une femme pouvaient être attribués à l’ensemble du mouvement des femmes qui est pluriel, comme tant d’autres mouvements sociaux. Une confusion est délibérément entretenue entre un mécanisme de désignation à un poste et la représentation d’un secteur au sein d’une instance. Cette lecture erronée et réductrice contribue à évacuer l’analyse globale qu’appelle l’institution électorale qui souffre d’un incontestable déficit d’éthique, de crédibilité et d’efficacité.

Les signataires dénoncent la surdité, le mépris et l’arrogance des conseillères et conseillers électoraux face aux légitimes protestations des citoyennes et citoyens qui exigent des sanctions à l’encontre des partis politiques et du personnel électoral impliqués dans les violences et les fraudes qui ont marqué les scrutins du 9 août et du 25 octobre 2015.

Non à l’impunité électorale!

Oui à un système électoral garantissant la participation politique effective des femmes !

Port-au-Prince, le 18 décembre 2015

Organisations signataires

SOFA, Kay Fanm, Konbit Fanm Saj, Fanm Deside, AFASDA, GADÈS, COFEL, Réseau Pluriel des Femmes de Parti Politique, Asosiyasyon Fanm Madlin, Enfo Fanm, Plateforme pour le Développement de l’arrondissement de Vallieres

Pour authentification

 

 

 

Marie-Frantz Joachim

Coordonnatrice générale de la SOFA

Yolette Jeanty

Coordonnatrice de Kay Fanm

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*