Google

Haiti/Culture: Anthony Kavanagh, pour la première fois en Haïti !

Written on:avril 7, 2016
Comments
Add One
kava

Anthony Kavanagh

Depuis environ cinq ans, les pourparlers ont débuté entre Dream Promo et lui. Mais à chaque fois, il y avait un inconvénient. En tournée actuellement aux Antilles, Kavanagh sera enfin en Haïti ce samedi 9 avril 2016. « J’ai insisté pour ajouter Haïti à ma tournée. C’était important pour moi », confie l’artiste.

 Fils de parents haïtiens ayant immigré au Québec dans les années 1960, Anthony Kavanagh naît en 1969 à Longueuil au Canada. Il n’a que 14 ans quand il fait ses premiers pas dans un spectacle humoristique à son école. Le virus de la scène ne le quittera plus. Mais sa carrière observe un tournant plus sérieux quand, en 1989, il remporte les « Auditions nationales Juste pour rire ». Ce prix très convoité au Québec le positionne comme un des deux meilleurs nouveaux humoristes de l’année et lui ouvre les portes du showbiz québécois.

 A partir de 1992, l’artiste qui est à l’aise aussi bien en français qu’en anglais assure pendant deux ans la première partie de la tournée de Céline Dion, mais aussi celle de Julio Iglesias et de Nathalie Cole. Un avenir brillant semble s’ouvrir à lui. Animant son propre talkshow télévisé « … et Anthony », il devient à 23 ans le plus jeune animateur au Québec. C’est une icône qui est en train d’émerger. On l’entend à la radio dans Midis Fous de CKOI. Il apparaît à la télévision dans des séries telles que « Super sans plomb » et « Voodootaxi » (en anglais). Mais parallèlement, il enchaîne des prestations dans les plus grandes salles du monde dont la mythique « Appolo » à New York. Le succès fait route avec lui. « Kavanagh ! », le one-man-show qu’il entame à l’automne 1995, restera à l’affiche pendant deux ans.

 L’Europe n’est pas insensible à son talent. Révélation du Festival d’Humour de Montreux, en Suisse, à partir de 1998, il se produit en France en pleine Coupe du monde. Un peu plus tard, il foulera les planches de l’Olympia où d’ailleurs il fêtera son trentième anniversaire.

 Au fur et à mesure, Kavanagh poursuit son ascension vers les sommets de son art. Cet homme qui a plus d’un tour dans son sac est aussi maître de cérémonie. Pendant six ans, il a animé la cérémonie de la prestigieuse soirée télévisée des NRJ Music Awards. Sur son plateau, il a reçu plusieurs des grandes stars internationales : de Madonna aux Black Eyed Peas en passant par Robbie Williams, U2, Phil Collins, Tom Jones et bien d’autres. Perfectionniste et exigeant, Anthony Kavanagh s’essaie aussi au chant. Toujours en 2001, il occupe le Bataclan à Paris durant 2 mois, avec son premier one-man-show et obtient une K7 de diamant pour 200 000 copies vendues. Puis en septembre, il prend d’assaut le Zénith de Paris pour célébrer la 300e de son spectacle.

 2003, Kavanagh incarne Billy Flynn, l’avocat manipulateur et charmeur, dans « Chicago », la comédie musicale à succès créée par Bob Fosse. Sans s’arrêter sur les différents spectacles et séries télévisées auxquels Kavanagh a pris part, il est bon de signaler qu’il a fait le doublage de voix dans plusieurs productions cinématographiques. Il est même paru à l’écran en tenant le premier rôle masculin dans « Agathe Cléry », un film produit par Charles Gassot qui est sorti en décembre 2008. L’an d’après, il tenait le rôle principal dans « Les Amants de l’Ombre » de Philippe Niang.

 Dynamique, le comédien ne s’endort pas sur ses lauriers. Ses créations se poursuivent, et ses tournées aussi. Il est revenu à la télé et est devenu en 2014 parrain du Campus Comedy Tour. « SHOW MAN », dont la préparation a débuté toujours en 2014, est le tout nouveau one-man-show que l’artiste nous présentera ce samedi.

 Pourtant, cet illustre homme qui s’en vient chez nous n’est pas moins anxieux à l’idée de jouer ce samedi au Karibe. « Cette visite revêt une charge émotionnelle très intense pour moi. Mes parents auraient sûrement adoré être là pour me voir », confie-t-il. Son fils Mathis né en 2008 l’accompagnera d’ailleurs au spectacle ce samedi 9 avril. « Cela faisait longtemps que mon fils me demandait quand est-ce qu’on irait en Haïti. Samedi, il sera là. » Enceinte, sa femme ne sera malheureusement pas de la partie. Mais ce n’est point l’envie qui manque de ce côté. L’homme de scène souhaiterait vivement que le public sorte satisfait de ce show dans lequel il a fait des ajustements pour qu’il puisse seoir au public haïtien.

 Par ailleurs, cette visite sur sa terre d’origine cache aussi un objectif majeur. « J’aimerais avoir la nationalité haïtienne. Mes parents l’ont perdue quand ils ont laissé le pays pendant les années de dictature. J’aimerais la retrouver pour moi, pour eux, pour d’autres enfants de la diaspora qui sont considérés comme des Haïtiens d’origine. » En attendant, les démarches sont en cours pour ce processus de naturalisation dont l’idée est vieille de près de cinq ans. Samedi sera l’occasion ultime de voir sur scène ce comédien, humoriste, chanteur à succès au niveau international mais qui semble vouloir renouer avec ses racines.

Credit: Winnie H. Gabriel Duvil/LN

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*