Google

Haïti/Culture/Nécrologie: Manno Charlemagne, le chanteur de «n’a bezwen mwen», s’est éteint…

Written on:janvier 11, 2018
Comments
Add One
Manno Charlemagne & Yves Mardice

Manno Charlemagne & Yves Mardice

La nouvelle était rependue bien des semaines au préalable que la santé de L’auteur-compositeur chanteur, parolier et activiste politique se dégradait au fil des jours mais comme pour beaucoup on pensait qu’un rétablissement était possible, malheureusement la maladie a eu raison et l’emporte vers l’au-delà le 10 décembre 2017.

Le chanteur à la guitare, son timbre de voix, et ses mots sans détour  s’est fait apprécier pour sa prise d’opposition face à la dictature féroce de l’époque n’a pas eu cette chance de vivre plus longtemps avec sa maladie, rongé par un cancer. Pas facile de l’admettre : « Une fois vivre il faut penser à mourir »  Mais souvent quand cela arrive c’est comme une injustice faite à la race humaine, sauf que mourir fait partie de cette vie.

 Son parcours et geôle Haïtienne

Joseph Emmanuel Charlemagne, dit Manno Charlemagne né à Carrefour (sortie sud de Port-au-Prince) la capitale Haïtienne en 1948, est mort le 10 décembre 2017 ; il a ressenti pendant toute sa fougueuse jeunesse un sentiment d’injustice faite à la population  par la dictature en place ; il décide d’aller à l’encontre des pratiques de ce pouvoir. Invité à performer un peu partout, il sera ovationné maintes fois et ses fans ne cesseront d’augmenter. Manno Charlemagne sortira son premier album qui sera très apprécié et connaitra un vif succès, ce qui lui attirera les foudres du régime en place.

Il connaîtra la geôle Haïtienne ce qui accentuera encore plus sa très grande célébrité.

Manno était un opposant farouche aux Tontons macoutes (Milice du régime duvaliériste).

 

IL Embrasse la Politique et vers une carrière musicale moribonde

Enième retour d’exil, il embrasse la politique et devient Maire de  Port-Au-Prince de 1994 à 1999 ; une expérience au goût  amer qui entrainera la perte de sa  notoriété ainsi que l’estime d’une couche de la population qu’il avait acquis à sa cause avant de faire la politique active.

Fini son règne en politique, il part et s’installe en dehors d’Haiti, il vit à Miami, et quelques  escapades dans les  Antilles Françaises.  La machine musicale qui entrainait le chanteur révolutionnaire semble s’éteindre,  une façon de dire et de comprendre que l’épisode de la gloire a atteint son but final. Un retour au bercail était prévu  sans doute pour revivre le bon vieux temps en Haiti ou pour fredonner une ou plusieurs de ses compositions tels : « Konviksyon », « Dwa De Lom » ou « Lamayot »…  mais son état de santé n’était pas propice pour un transfert.

D’après ses plus proches collaborateurs et amis de scènes notamment Yves Mardice qui était à son chevet quelques jours avant son décès, Manno Charlemagne était un homme de conviction qui  parlait avec une certaine assurance, malgré l’alitement il faisait preuve d’un homme d’une grande rigueur.

Joseph Emmanuel  Charlemagne laissera un grand vide dans la communauté Haïtienne, particulièrement dans la corporation musicale en cette fin d’année 2017, son vécu, sa détermination, son courage  avait  remarquablement fait bouger l’une des dictatures les plus féroces qu’a connue ce monde.

 

Crédit: Peterson Hercule

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


Warning: fopen(call.txt): failed to open stream: No such file or directory in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 115

Warning: fgets() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 117