Google

Haïti/Diasporama: L’étonnant voyage de Fabidoune – 6 …mes premiers pas dans la société néo-calédonienne.

Written on:août 10, 2012
Comments
Add One

(Avant de continuer mon histoire, je veux m’excuser pour la qualité médiocre de certaines photos… Elles datent des années 73-74 ont beaucoup « vieillies » !!!)

Fabidoune

Bon, dans l’épisode précédent, se présentait un dilemme : je repartais à New-York vu que mon visa de tourisme de 3 mois expirait, ou si je voulais rester en Nouvelle-Calédonie, il fallait que je me marie avec un français… ; évidemment si je suis devant mon ordinateur c’est facile de savoir la réponse !!!

Mais je vais continuer un peu à vous raconter ma vie en « brousse », la suite de la rencontre avec la famille de Gaby, le mode de vie des calédoniens, en espérant vous étonner ou vous faire sourire …

Après la famille de son frère qui habitait dans sa grande propriété, j’ai fait la connaissance de son second frère qui était Maire de PONERIHOUEN. Lui et sa famille habitaient au village, dans une maison plutôt agréable. C’était l’aîné des frères (Gaby est le plus jeune des enfants) et Gaby  l’admirait beaucoup. Dans ce petit village perdu dans le nord de l’île, en 1973, j’avais l’impression d’être dans un autre monde, nous n’étions pas sur la même longueur d’onde avec certains habitants. Je me disais que cela ressemblait à ces villages en France d’après- guerre !!!!

Une des belles-sœurs de Gaby a voulu m’emmener pour suivre une course de vélo…..Je n’en avais jamais vu…. Je n’ai pas du tout aimé !!! Tous ces gens  assemblés au bord de la route qui applaudissaient « la caravane du tour de Calédonie »…..Je ne m’étais jamais intéressé au course de vélo , sport très apprécié des français, vu l’engouement des calédoniens, et les voir tous hurler  et trépigner sur place : « Allez untel, vas-y untel… », Je trouvais cela démesuré et ridicule !!!! Ces mecs avec leurs shorts trop courts (les tenues modernes et autres casques « profilés » n’existaient pas encore), et leurs gros mollets m’ennuyaient et je bouffais de la poussière au bord de la route !!! (Là je me relis et je suis écroulée de rire !!!).  Quand j’ai dit à ma belle-sœur ce que j’en pensais et que je retournais attendre dans la voiture, elle me dit d’un air ‘suffisant’ : « Dans la vie il faut s’intéresser à tout. Qu’est -ce qu’on ta appris en Amérique ??!!! » Non… !!!  Mais elle se fichait de moi !!! Je lui ai répondu « avec pitié », LOL !!!, que les courses de  vélo ne m’apporterais rien dans la vie et que je préférais lire, peindre, écrire, aller au cinéma que de regarder des soi-disant sportifs bouffer du ’coaltar’ !!! Je m’excuse auprès des amoureux de « la petite reine », comme ils disent en France, mais je ne considérais pas le vélo comme un sport en ce temps-là, n’ayant jamais suivi de courses !!!! Si maintenant j’ai changé d’avis sur le fait que c’est un sport, je n’aime toujours pas ça et je trouve leur tenue actuelle encore plus laide….Désolée !!!!

J’aimais beaucoup la sœur de Gaby, H., qui tenait une petite épicerie au village. On trouvait un peu de tout, des produits de bases et de premières nécessités, des conserves, boissons, bonbons, gâteaux, claquettes (tongs), tissus (manou et paréo pour « les coutumes » kanaks), bonbonnes de gaz, dépôt de pain ….. Elle avait 5 garçons plus turbulents les uns que les autres…. !!!! Mais elle était d’une patience et d’une gentillesse !!! Son plus jeune, qui avait 2 ou 3   ans, était gardé non pas dans un parc pour enfant, mais dans une énorme caisse en bois…LOL !!!!

Il était marrant, mais comme il avait tendance à se sauver pour aller je ne sais où pour jouer, H. était obligé de le garder dans cette caisse, pendant qu’elle était au magasin ; et des fois elle lui m’était une cordelette autour de la taille pour le retenir, car il commençait à grimper par-dessus la caisse !!! LOL !!! H. et son mari « faisait aussi le taxi » (comme ils disent ici) pour ramener surtout les kanaks dans la tribu après qu’ils soient venus faire leurs courses au village, ou pour des papiers administratifs à lamairie….Ils avaient une camionnette Peugeot 404 avec une benne à l’arrière,  encore une de ses voitures françaises que je trouvais très …. ???? … « Typique et folklorique » …..  D’ailleurs presque tous « les broussards » en avaient une ….

Gaby et ses frères possédaient des camions militaires américains qui dataient de la seconde guerre mondiale. Alors ça c’était « de la machine » !!!! Des «  weapons  » et des « GMC ». Gaby avait aussi une « jeep » américaine, une vraie, de la même époque et  j’adorais aller rouler dedans sur les routes cahoteuses de brousse, quand il m’emmenait visiter les environs, les « fonds » de vallées, faire « un coup d’chasse ». !!!!   La chasse !!!! Activité très importante dans la vie du calédonien et du broussard en particulier….Il y avait du gibier en abondance : des cochons sauvages, des nautous ( des très gros pigeons  spécifique à la Calédonie), des cerfs,  importés de France a la fin du 19 siècle (vers 18870)  par la femme d’un Gouverneur de l’époque, et qui s’étaient multipliés à vitesse « GRAND V », et bien sur la roussette !!!! (Vous vous souvenez de ces sympathiques chauves-souris, mets délicieux pour les calédoniens !!!!BEURK … !!!). Un de mes premiers  « coup d’chasse » a été au cochon sauvage. Nous sommes partis avec un de ses neveux, dans la « jeep », de l’autre côté du village, à l’embouchure de LA  TCHAMBA. C’était la nuit évidemment, nous avons laissé la jeep dans les broussailles au bord de la route, passés sous des barbelés, traversé une vaste étendue pleine d’herbe et d’arbustes, j’ai dit que je n’allais pas plus loin et que je les attendais là… Bon je n’en menais pas large mais j’en  avais marre de me faire griffer par toute cette brousse !!! Je ne  risquais rien à part me faire charger par un « sanglier » …. Au bout d’un long moment j’ai entendu les coups de feux (je me suis dit : »ça y est ils l’ont eu »), et je les vois revenir tous les 2 sans rien !!! Que s’est-il passé ???? En fait le cochon était tellement gros qu’ils ne pouvaient  le soulever.  Ils étaient revenus chercher une corde et une bâche pour le tirer !!!! J’ai profité pour retourner à la jeep et les attendre. Cela a pris un certain temps et quand j’ai entendu du bruit, j’ai vu attaché au bout de la corde et trainé sur la bâche,  un ENOOOOORME  cochon sauvage  avec des défenses impressionnantes. Je ne vous raconte pas le boulot pour le hisser dans la jeep !!!!

Cela leur a pris plus d’une demi-heure !!!!! Mais comble de malchance, quand nous sommes arrivés chez sa mère au village, et quand on l’a ouvert pour le vider, nous avons vu que le cochon avait une énorme tumeur causée par une précédente balle d’un chasseur qui l’avait perdu. Tout ça pour rien !!!

On a été obligé d’aller le jeter au dépotoir et de le brûler !!!

J’ai eu 1 ou 2 épisodes de chasse au cerf, mais je n’ai pas du tout aimé, car si l’animal était seulement blessé, il bramait à la mort, c’était un cri  horrible pour moi (les autres étaient habitués et ne faisaient pas de sentiments). Mais la fois où j’ai vu une biche abattue et ses grands yeux ouverts, morte, j’étais dégoutée à jamais de la chasse et n’y suis  plus jamais  retournée !!!!

Nous allions aussi en jeep voir ses 2 « tontons », dans le fond de la vallée de Nimbayes, qui « restaient » avec deux femmes mélanésiennes, sur une immense propriété, ou ils élevaient du bétail. J’adorais aller les visiter, leurs compagnes cuisinaient des plats succulents, ils étaient tous les 4 adorables, les tontons n’avaient pas d’enfants, (sauf la femme de tonton Paul qui avait  une fillette d’un autre lit et qu’il considérait comme sa fille),  habitaient chacun dans une maison à quelques mètres l’un de l’autre, pas d’électricité, l’eau courante était capté d’une source dans la montagne, pas de toilettes, mais « mon cauchemar », des latrines !!!!LOl !!! Mais pour « une étrangère » comme moi, ils avaient un pot de chambre ou un seau hygiénique …. LE LUXE QUOI !!!! Ah c’était toute une aventure, la découverte d’une autre vie, mais que j’ai appris à aimer !!!

Je me souviens de la première fois où ils ont dépecé un bœuf dans leur abattoir devant mes yeux ébahis !!!! Eh oui tout se faisait sur la propriété et souvent nous repartions au village, Gaby, sa mère et moi avec une cuisse de veau ou de cerf ou de cochon sauvage. J’ai vomi tout mon saoul quand ils ont ouvert le ventre du bœuf et que toute la panse et les intestins se sont répandus  par terre sur le ciment de l’abattoir, et tout ce sang !!!!

Je revoie encore la tête penchée de l’animal et sa langue pendante hors de sa bouche !!! Si je n’aimais pas le goût sauvage du gibier comme le cerf, le cochon et la roussette, par contre la viande de veau ou de bœuf était excellente !!!!

Nous allions aussi ramasser par seaux entiers,  avec les neveux et nièces de Gaby, des  framboises,  sur la propriété et  après on s’empiffrait de délicieuses tartes et confitures de framboises faites par ma belle-mère !!! DIVIN !!! LOL !!!!

Cela n’a pas arrangé mon problème de poids, surtout  que 2 fois par semaine environ, quand  sa sœur H. nous livrait, dans notre maison du bord de mer, les courses que Gaby lui commandait,  systématiquement  je demandais 2 tablettes de chocolat !!!! En fait j’ai beaucoup grossi après mes grossesses….Ah zut …. Je vais un peu trop vite, j’en suis pas encore là, ça c’est pour plus tard…LOL !!! LOL !!!

Alain travaillait sur la mine de nickel de MONEO, pas trop loin en du bord de mer en voiture. Il y a du nickel partout en Calédonie, qui, si je me souviens bien, était à cette époque le 3° producteur mondial de nickel. C’est la terre et des montagnes « rouges » un peu partout, surtout dans le sud et le nord, les massifs miniers sont très beaux avec une flore unique.  J’ai visité une ou deux fois ces sites énormes avec ces camions, pelleteuses, bulldozers, tapis roulants pour le minerai, des hommes casqués partout, et les bateaux minéraliers japonais dans les ports aménagés, qui venaient se fournir en minerai de nickel !!!! C’était très impressionnant pour moi qui n’avait jamais vu pareil spectacle, Gaby yétait comme un poisson dans l’eau, travaillant sur mine depuis l’âge de 18 ans. Il était d’abord « rouleur » sur un gros camion, puis il avait grimpé les échelons et travaillait en 1973 comme chef de mine.  Mais il possédait un camion et payait un chauffeur qui le conduisait et faisait du « roulage » pour lui sur la mine de MONEO. Il possédait aussi un bulldozer et une pelleteuse.

Je suis monté plusieurs fois dans son camion, c’était génial, mais quand il a voulu me montrer comment on roulait sur mine, je peux vous dire que je n’en menais pas large…. Il roulait à toute allure sur les routes étroites, cahoteuses, sinueuses à souhaits, avec des précipices de chaque côté, soulevant des volutes de poussières rouges !!!! J’ai fait cette expérience une fois mais pas deux !!! LOL !!!

Mais se promener dans un camion en brousse c’est chouette. La cabine est super grande et je me souviens que j’enlevais mes souliers et que je mettais mes pieds sur le tableau de bord devant moi, à la place passager…. A L’AISE BLAISE !!!! Tout le monde me regardait sur les routes des tribus et devait se dire : « Ya qu’une américaine pour faire cela…. » J’en rigole encore !!!! On rencontrait des militaires dans des camions de l’armée et ils faisaient les yeux ronds en voyant une « européenne » dans un camion avec les « pattes » en l’air !!! LOL !!!LOL !!!

  Ah la la !!!! Que de souvenirs, que des bons je le précise, la vie en brousse en  ces années-là n’a rien de comparable avec la vie à Nouméa, où nous avons été obligé de venir habiter, faute de travail, les mines ayant fermé ….. Mais ça …

… C’est une toute autre histoire !!!…

…vous saurez la suite de « l’étonnant voyage de Fabidoune »…la prochaine fois…

FABIDOUNE

 

Crédits textes & photos: Fabienne Manuel-Thonon/CANAL+HAITI

Tous droits réservés@CANAL+HAITI Aout2012

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*