Dallas Cowboys Authentic Jersey  Haïti/Duvalier : Hector Riobé, Symbole de la défiance à François Duvalier. | CANAL+HAITI
Google

Haïti/Duvalier : Hector Riobé, Symbole de la défiance à François Duvalier.

Written on:avril 26, 2015
Comments
Add One

HECTOR RIOBÉ1Le 26 avril 1963, date de la tuerie de centaines de citoyens innocents, André Riobé fut enlevé et mis dans le coffre d’une voiture par des hommes de Duvalier. André Riobé un entrepreneur agricole fut assassiné et dépossédé de tous ses biens. Son sort fut décidé par le tortionnaire-militaire bien connu pour ses nombreux crimes, Franck Romain, qui convoitait sa Mercedes après avoir essuyé plusieurs refus de vendre par André Riobé.

Des témoins racontent que le fils unique d’André Riobé, Hector alors  âgé de 23 ans, arrêté à son tour,  dut  creuser un trou et y enterrer son père sur ordre de son bourreau. Fou de douleur, Hector planifia de se venger. Quatre camarades ont accepté de se joindre à lui : Jean Pierrre Hudicourt, Damas, Whillem Turnier et Jean-Claude Turnier. Ils transformèrent une camionnette Ford achetée par Hector en quasi tank et y disposèrent l’arsenal constitué de quelques armes et d’un lance-flamme. Dans la soirée du 14 juillet, date d’anniversaire d’André Riobé, le groupe quitta Turgeau et se dirigea vers la caserne de Pétion-Ville qu’il projetait d’incendier et de réduire en cendres… Selon les informations dont disposait Hector, Franck Romain était affecté à cette caserne.

Arrivés devant le poste de police de Pétion-Ville près du marché, le « tank » se mit à chauffer et tomba en panne. Un soldat de garde s’approcha et offrit de chercher de l’eau pour le radiateur surchauffé. Un autre soldat, intrigué par l’aspect du véhicule, se hissa pour jeter un coup d’œil à l’arrière. Pétrifié, il sauta immédiatement par terre. Quatre hommes armés se mirent à tirer dans toutes les directions semant la panique dans la zone : soldats et occupants du véhicule s’enfuirent. Le plan initial fut compromis. Jean-Claude Turnier se retrouva seul et rentra chez lui.

Le 18 juillet, Hector et les autres ont décidé d’attaquer le poste de police de Kenscoff. Les dégâts furent importants. 1 sergent, 2 soldats et 2 miliciens furent tués; les attaquants emportèrent armes et munitions. Très vite, le village, calme d’habitude, se trouva en effervescence : la milice, la police, les militaires venus de Port-au-Prince organisèrent une perquisition serrée dans toutes les maisons, à la recherche des agresseurs. C’est la panique dans le camp Duvalier qui crut à une attaque de « Camoquins-kamoken » qui étaient venus renverser le tyran. Par la suite, les autorités ont voulu faire croire à la population locale que les révoltés furent des bandits camoquins.

Après l’attaque, le groupe de Riobé se dispersa. Hector se refugia au sommet du morne Godet dans une grotte liquidant tout soldat ou tonton macoute qui s’aventurait près de son antre.

Hector Riobé avait minutieusement préparé son plan : la grotte d’où venaient les tirs occupait une position stratégique qui dominait toute la zone d’approche. Chaque groupe qui s’approchait fut accueilli par des tirs précis qui infligèrent de lourdes pertes aux troupes gouvernementales. Situation fort embarrassante pour le gouvernement, qui mobilisa le bataillon tactique des Casernes Dessalines avec mortiers et grenades, pensant que plusieurs franc-tireurs leur tenaient tête.

L’Armée fit venir Mme André Riobé, la mère d’Hector, sur un cheval pour se servir d’elle comme bouclier lors de l’assaut final contre la grotte et ses occupants.

Dans l’après-midi du 19 juillet… SILENCE … De la grotte plus un son. Le lendemain matin, lourdement armées, derrière Mme Riobé, les troupes gouvernementales arrivèrent à la grotte pour ne trouver que le corps d’un seul homme… Hector s’était donné la mort avec une balle à la tête plutôt que de se rendre.

Trois des camarades d’Hector furent tués. Jean Pierrre Hudicourt blessé, fut arrêté ensuite exécuté; Damas pris sur le chemin de retour vers sa maison à Carrefour a disparu. Les deux frères Turnier sont arrêtés l’un après l’autre. Wilhem fut interrogé puis exécuté à Fort-Dimanche; Jean-Claude emprisonné pendant trois mois à Fort-Dimanche puis relâché suite à l’intervention de ses deux sœurs vivant en Haïti.

La tentative désespérée de Riobé et de ses compagnons avait un caractère suicidaire, certes. Mais le fait de prendre les armes revêt également un caractère héroïque à une période de terreur généralisée qui s’était abattue sur Haïti.

La révolte de Riobé ne fut pas en vain.  Elle provoqua le respect et l’admiration des citoyens de Kenscoff,  de Gressier ainsi que d’une large partie de la jeunesse haïtienne. On en parla en Amérique latine jusqu’au Mexique. On se souvient encore du gamin qui défia Duvalier. Les jeunes d’aujourd’hui  découvrent  son  histoire avec admiration.

HONNEUR  RESPECT

Hector Riobé (23 ans)

Également à ses compagnons de luttte

Jean Pierre Hudicourt (26 ans), Damas (ainsi connu), Whillem Turnier (26 ans) et Jean-Claude Turnier (23 ans, seul survivant)

 

3 Comments add one

  1. Oui , c’est de l’heroisme et il ne faut jamais oublier que ces jeunes haitiens étaient des braves qui n’ont pas eu peur de perdre leur propre vie , mais qui se sont dit : » Is there not a cause »? Just like young DAVID qui a attaque Goliath !!!!!

    Honeur et respect .

  2. Jean E. Villedrouin says:

    Je me souviens tres bien de cet evenement. A nos yeux, ces jeunes etaient effectivement des heros. Que leur sacrifice et celui de tous les autres tombes sous Duvalier ne soit jamais oublie.

  3. Philippe says:

    Hector Riobe est une victime, Il a paye de sa vie et celle de son pere. Jamais Il y a eut de suite de ces assasinats qui furentle debut des actions pour detruire un secteur de la jeunesse Haitienne et installer la Dictature pour combattre les communistes. Hector Riobe. n’etait pas un tueur et c’est la fatalite.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Kenny Britt Jersey