Google

Haiti/Education: Projet de mise en place des Réseaux d’Ecoles Vertes de Gressier.

Written on:mai 8, 2016
Comments
Add One

I.  Contexte et justification

dae2Haïti connait une vulnérabilité alarmante de son environnement depuis les années 1933, pour porter une solution  à cette situation déplorable, plusieurs initiatives ont été tentées : i) le président Sténio Vincent par un arrêté en date du  3 mai 1933 instaura le jour de l’arbre; sous la présidence de Jean Claude  Duvalier un décret en date du 6 mars 1981 institua la saison de l’arbre qui s’étendra du 15 avril au 31 mai de chaque année, ii) le Président provisoire Boniface Alexandre en Octobre 2005, par un arrêté définit la politique nationale en matière de gestion de l’environnement et de la régulation de la conduite  des citoyens et citoyennes  pour un développement durable. L’article 75 dudit décret  stipule : « L’éducation environnementale est  déclarée matière obligatoire à tous les niveaux d’enseignement du système national d’éducation ». Le Président Martelly, pour sa part, a fait de l’environnement  l’un des « » prioritaires de son gouvernement.

Le MENFP à travers la Direction d’Appui à l’Enseignement Privé et du Partenariat (DAEPP) et plusieurs ONG locales, nationales et internationales œuvrant dans l’éducation, ont organisé une caravane de Gestion de Proximité (2015) dans les départements de l’Artibonite, du Centre, de la Grand ‘Anse et du Sud. Lors de cette caravane, nous avons découvert des modèles de forêts scolaires initiés par le Réseau d’écoles vertes (REV) à Gros-Morne, dans le département de l’Artibonite.

Compte tenu des retombées positives de cette expérience, la DAEPP cherche à dupliquer ce modèle d’actions environnementales à travers le pays. Ainsi, elle s’est jointe à la Direction départementale de l’Education de l’Ouest, le Conseil des Directeurs d’Ecoles (CODEG), la Fondation Noula (FN) et d’autres partenaires pour la mise en œuvre des réseaux d’écoles vertes (REV) dans l’Ouest avec Gressier comme commune pilote.

La réalisation de ce projet vient à un moment où le pays semble sombrer dans le désespoir environnemental sans citer la facette économique lamentable dont les retombés sociaux ne sont à nier. Ainsi, la Fondation NOULA, après le lancement du REV à Gressier prend très au sérieux cette question. Elle se propose de travailler en collaboration avec le MENFP/ DAEPP afin d’assurer la pérennité dudit projet.

I. Localisation

Ce projet sera exécuté dans la commune de Gressier qui est une des communes d’Haïti située dans le département de l’ouest et dans l’arrondissement de Port-au-Prince. Peuplée de 33 152 habitants1(recensement par estimation de 2009), appelés Gressiérois et Gressiéroises, la commune de Gressier est aujourd’hui un faubourg de la capitale Port-au-Prince.

II. Problématique

Depuis 1933, les problèmes de l’environnement du pays demeurent toujours une préoccupation pour les autorités étatiques. Entre autres, le Président Stenio Vincent par un arrêté en date du  3 mai 1933 instaura le jour de l’arbre, le président de Jean Claude  Duvalier a décrété en date du 6 mars 1981 la saison de l’arbre, le Président provisoire  Boniface Alexandre en Octobre  2005, par un arrêté définit la politique nationale en matière de gestion de l’environnement…. Tout ceci était des cris d’alarme pour conscientiser la population haïtienne sur le danger qui met en péril notre cher pays. Le déboisement et la déforestation devenus monnaie courante se font sentir partout à travers le pays et constituent un état de fait au sous-développement du pays. D’où la reforestation et la gestion environnementale se présentent comme une urgence pour Haïti, notamment pour la commune de Gressier qui n’échappe pas à cette triste réalité.

En effet, après le séisme du 12 janvier 2010, Gressier accueille de nombreux résidents venant de partout qui déboisent systématiquement pour construire.

III. Origine de la demande

Ce projet demeure une nécessite vu le niveau de dégradation environnementale auquel Haïti est en train de faire face. L’éducation a été toujours une activité livresque et les apprenants ne se souciaient pas de bien de choses indispensables à leur environnement immédiat. Dans un élan de rénovation et d’adaptation pour faire des apprenants haïtiens de futures citoyens écoresponsables, il est utile de souligner l’implication conjointe du MENFP, de la Fondation NOULA, de la Mairie de Gressier, du CODEG, des écoles de la commune, du Bureau Agricole Communale, de la société civile et d’autres partenaires faisant de l’environnement une priorité. Ces institutions, par un souci de changement, mettront tous leurs poids dans la balance pour promouvoir un idéal environnemental.

IV. Objectif général

1)      Promouvoir la gestion de proximité en milieu éducatif (deuxième face de l’éducation)

2)      Reconstituer l’écosystème et la biodiversité de Gressier

3)      Augmenter la couverture forestière de la zone de Gressier par la création des forets d’écoles et reboiser les zones montagneuses très dénudées afin de reconstituer les écosystèmes, la biodiversité qui existaient.

I. Objectifs spécifiques

1)      Former les techniciens formateurs, les conseils d’Ecoles (CE) et les élèves sur les modes de reproduction des arbres Transplanter 45,000 plantules d’espèces forestiers et fruitiers ;

2)      Sensibiliser et impliquer les communautés scolaires sur l’importance d’un environnement durable ;

3)      Créer des CE dans les écoles

4)      Promouvoir un environnement sain et la gestion des déchets

5)      Lancer un concours interscolaire pour les meilleurs projets de forets d’écoles

II. Stratégie de mise en œuvre

Le projet de jardins scolaires et mise en place des réseaux verts sera exécuté conjointement entre le MENFP, le MARNDR et le MDE avec l’appui des partenaires de différents Ministères et d’autres organisations. La cellule de pilotage de ce projet sera formée des représentants de ces Ministères.

 Pour la mise en ouvre, une équipe technique composée d’’agronome et d’autres techniciens possédant certaines expertises en la matière sera disponible pour la mise en exécution du projet.

 L’équipe technique travaillera en étroite collaboration avec les directions départementales de ces différents ministères, et les facilitateurs, les coordonnateurs, les superviseurs et les leaders communautaires, la municipalité ou la mairie des différentes zones d’intervention du projet et les BAC (bureau agricole communal). Il a aussi pour mission de consolider et de travailler avec le Comité des Directeurs d’Ecoles (CODE) afin d’identifier et de sélectionner des parcelles ou espaces publics appropriés pour la mise en place des mini-forets d’écoles. Un endroit stratégique sera sélectionné par Département ou Commune pour la mise sur place une pépinière scolaire pour approvisionner le programme en plantules.

a. Responsabilités de l’équipe technique

    L’équipe technique a pour mission:

ü    Travailler avec le Conseil des Directeurs d’Ecoles de Gressier (CODEG) dans le cadre du projet

ü    Travailler avec la mairie ou la municipalité de la commune et le BAC dans l’aspect d’identification et de sélection des espaces à reboiser

ü    La mise en place d’un concours interscolaires pour encourager les meilleurs projets de forets d’écoles

ü    Identifier des espaces pour la production intensive agricole pour l’alimentation des élèvesNew Picture (4)

Pour la réalisation des travaux, la structure sera ainsi agencée :

   a.     Espaces à reboiser

Plusieurs cas de figures sont à considérer suivant les expertises de la Fondation NOULA, Les élèves vont pouvoir  reboiser :

ü   la cour de l’école.

ü   le voisinage de l’école

ü  la cour de leur maison

ü  Les cours dans leur quartier

ü  Dans la cour des églises avoisinantes.

ü  Dans les terrains proposés par des parents ou des propriétaires à partir de contrats entre l’équipe technique l’école et les collectivités de la zone.

ü  En ruban dans les lisières de terrain non délimités.

ü  Dans les terrains proposés par les collectivités territoriales.

b. Processus pour l’acquisition de terrain à reboiser.

Des contrats seront signés entre les propriétaires terriens, CODEG, Fondation NOULA, la mairie de Gressier et le MENFP pour l’acquisition des terrains.

II. Résultats attendus

ü  60 techniciens formateurs et 10,000 élèves formés sur les modes de reproduction des arbres.

ü  45,000 plantules d’espèces forestières et fruitières transplantées

ü  Les communautés scolaires avoisinant les 200 écoles de Gressier sont sensibilisées  sur l’importance d’un environnement sain et durable

ü  5 forets scolaires sont créés/ un par section communale

ü  Le concours est réalisé, les écoles gagnantes sont connues et reçues leur prime

 III. Public cible :

Le public cible du projet regroupe les classes de 5e AF, 7e AF et Seconde qui suivent les cours de botanique et la reproduction des plantes. D’autres classes vont être ajoutées pour la réalisation des activités spécifiques.

chro

I.  Liste des ressources

XI.1. Ressources humaines

Formateurs – sensibilisateurs – gestionnaires des données – encadreurs  – Spot

 XI.2. Ressources matérielles.

1.      Matériels de Sensibilisation

             Bill Board – banderoles – posters – flyers – almanac – maillots

 2.      Matériel de jardin

Sachets – Plantules  outils de forage et autres – composte  – Chapeau – bottes – insecticides –pompes  à  asperger – arrosoirs – Tape – bouettes – Machettes – Gants – sécateurs

Responsabilit_de_chaque_partenaire_

Avant de mettre sur pied les réseaux d’écoles vertes dans une commune, un facilitateur (institution) et un ambassadeur (cadre du MENFP) doivent être choisis pour accompagner la DDE dans l’implémentation du projet qui suivra les étapes suivantes :

1)      Réhabilitation et/ou renforcement des CODE

  • La DDE, de concert avec l’ambassadeur et le facilitateur désignés, convoquera les directeurs d’écoles en assemblée générale pour choisir un comité provisoire (là où il n’y en a pas) qui servira d’un bras opérationnel considérable.
  • Pour être apte a remplir leur rôle convenablement, la DAEPP procédera à la formation des membres sur le role d’un CODE dans une commune et leur role dans la gestion de proximité en particulier dans la mise en place des reseaux d’écoles vertes.

 2)    Choix et formation des leaders communautaires,

  • Pour mieux encadrer les écoles des réseaux, des leaders communautaires vont être choisis par l’équipe du projet (DAEPP, DDE, Facilitateur, ambassadeur et CODE).
  • Pouvant être considérés comme leaders communautaires, les gens qui ont l’habitude d’offrir leur service à la communauté en tant que membre de la croix rouge, membre de la protection civile ou autres institutions œuvrant dans la commune.
  • L’équipe du projet procédera à la formation des leaders communautaires choisis avec l’appui des partenaires du projet.
  • Les leaders communautaires auront la tache d’accompagner les écoles depuis la sensibilisation passant par la mise en terre des plantules jusqu’au suivi d’impact du projet.

 3)      Mise en réseau des écoles,

  • Les réseaux seront constitués en fonction de l’effectif, du nombre d’écoles et de la distance qui existe entre les écoles de la commune. Il est souhaitable d’avoir des réseaux de 10 à 20 écoles.

 4)      Préparation des pépinières,

  •  Avec l’appui des agronomes du projet et des leaders communautaires, des pépinières seront constitués soit par école ou réseau d’écoles à l’espace désigné par le réseau.

 5)      Mise en terre de plantules,

  • Avec l’appui des agronomes du projet et des leaders communautaires, les élèves procéderont à la mise en terre des plantules à l’espace désignée par le réseau.

 6)      Création des mini-forets scolaires,

  • Un mini-foret sera constitué par réseau d’écoles à l’espace désignée par ce dernier.

 7)      Education environnementale

Les agronomes, les leaders communautaires seront utilisé dans une campagne d’éducation environnementale dans les écoles.

  • Des formations spécifiques seront organisées pour les enseignants afin d’intégrer dans leur cursus ces notions.

 8)      Décerner des Prix Vert,

  • Un prix dénommé « Prix Vert » sera accordé au réseau d’écoles qui a réalisé de meilleure activité de protection de l’environnement.
  • Le jury du concours sera constitué du MENFP, du MARNDR et du MDE.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*