Google

Haïti/Education/Réflexions: Maux amers et Mots divers – 10…Dégradation !

Written on:septembre 14, 2015
Comments
Add One
Marie-Marthe Balin Paul (Mme. Franck Paul)

Marie-Marthe Balin Paul (Mme. Franck Paul)

Il y a seulement quelques décennies, le quartier du Canapé-Vert était un paradis: un écrin de verdure  où on entendait le soir, entre les collines, le doux sifflement de la brise fraiche dans les  arbres. Le jour, le silence n’y était troublé que par le pépiement des oiseaux. Dans l’esprit de plus d’un, une si belle nature  était appelée à devenir l’une des plus élégantes zones rédentielles de notre capitale. Mais hélas! dès les années 70, la force des armes et  l’ignorance ont remplacé les champs de bayahonde par des maisonnettes lamentables qui se sont étendues au fil du temps pour remplacer les grands chênes et les splendides parasols des flamboyants en fleurs par de sordides bidonvilles.

La dégradation s’est accélérée lorsque, sans aucune planification préalable, les autorités étatiques ont décidé de percer la voie  Port-au-Prince – Canapé-Vert:  traffic automobile intense et petits commerces ont envahi les rues étroites au point que les responsables ont jugé nécessaire de gagner un peu d’espace en emprisonnant dans des drains énormes la ravine qui serpentait  au bas des collines. Puis il a fallu aérer le quartier en y construisant une petite place bordée par les deux  embranchements de la  nouvelle route. Jusque là tout serait acceptable – y compris le marché public au-dessus des drains – si un ministre n’avait eu l’idée désastreuse d’offrir aux jeunes des animations musicales nocturnes sous prétexte de championat de basket.  Riverains et malades de l’hopital proche ont perdu la paix ; chaque soir dès dix heures, parfois plus tôt, des appareils puissants d’accroissement du son déversent des décibels assourdissants sur l’environnement au mépris de toute norme de bienséance et de respect d’autrui. C’est en vain qu’on s’est adressé à toutes les autorités concernées pour faire cesser cette nuisance sonore grave.

Ce tapage nocturne est donc devenu le problème personnel de chaque citoyen qui en pâti et qui doit trouver sa solution individuelle. Mais il y a pire; Le fait le plus pénible se produit vers 1heure parfois après 2 heures du matin: l’animateur s’arme de son micro et émet à l’adresse de la foule  des sons bizarres, une espèce de jappement répétitif accompagné de l’horrible vrombissement des” basses”. On se figure les spectateurs chauffés à blanc, sautant, gesticulant quand brusquement, le bruit s’arrête. Le silence est alors si lourd qu’il en devient insupportable.   Pour combler ce vide insoutenable, on entend avec douleur monter dans la nuit hostile les hurlements de bêtes bléssées des filles et les voix avinées des jeunes hommes. Ils croient crier bruyamment leur fausse joie tandis que leur bouche n’émet que le désespoir. On s’imagine ces jeunes, après quatre ou cinq heures d’excitation inutile, s’en aller, sans boussole, sans nulle fierté, sans satisfaction aucune, vers leur misère, vers leur indigence, peut-être vers leur déchéance.

   Pourtant dans cette ville, il existe une Mairie, un Bureau du Bien-être Social, un Ministère de la Jeunesse, Un Office de Protection du Citoyen, Un corps de Police.

Haïti, Danger! Voici les  loisirs offerts à tes jeunes démunis!

 

 

Crédit: Marie-Marthe Balin Paul/CANAL+HAITI

N.D.L.R.- La chronique hebdomadaire « Maux amers et Mots divers » présentée, par Marie-Marthe Balin Paul en partenariat avec CANAL+HAITI, est sponsorisée par :

Collège Canapé-Vert
Editions Canapé-Vert
Ecole Normale Pour La Vie
Radio CANAL+HAITI
Hommage a la Femme Haïtienne

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*