Dallas Cowboys Authentic Jersey  Haïti/Education/Réflexions: Maux amers et Mots divers – 8… Identité ! | CANAL+HAITI
Google

Haïti/Education/Réflexions: Maux amers et Mots divers – 8… Identité !

Written on:août 21, 2015
Comments
Add One
Marie-Marthe Balin Paul (Mme. Franck Paul)

Marie-Marthe Balin Paul (Mme. Franck Paul)

Notre langage quotidien est émaillé  d’expressions dévalorisantes, devenues banales  ou injurieuses,  qui attestent d’un cumul néfaste d’éléments négatifs dans notre subconscient collectif. Quelques exemples: soulier pays, Tèt poiv, congo, zoulou, grimo chodé, mounn mòn, auxquelles on peut ajouter aujourd’hui  école bolette, pays le plus pauvre…

C’est que pendant plus d’un siècle, les outils de nos écoliers provenaient presqu’exclusivement de l’ancienne métropole. Nos jeunes ont pendant longtemps mémorisé sans grande explication, des contre vérités inouïes (Origine: Nos ancêtres les gaulois avaient les yeux bleus et les cheveux blonds) ou des concepts nettement faussés (Bonté: Par compassion pour les indiens , Las Casas conseilla de remplacer ces derniers par des noirs venant d’Afrique).

Autre exemple: Dans un livre courant  de lecture expliquée, il y avait un texte titré ”La conversion des Têtes Plates”. Il s’agissait d’une tribu d’Indiens Caraïbes qui avait “la chance” d’intégrer la chrétienté pour échapper à l’enfer. L’illustration les montrait comme des primitifs à demi nus, un crâne à forme bizarre baissé devant la grande croix que leur tendait un prêtre.

Quant aux africains, on en parlait pas ou si peu que les élèves étaient frappés surtout par les rares images qu’on en donnait: des sauvages enchainés comme des animaux à face humaine.

Ainsi s’est construite en Haïti, au fil des décades , une situation identitaire hybride, nourrie d’idées pernicieuses en dépit des efforts remarquables de parents soucieux, d’intellectuels conscients ou de quelques responsables patriotes.

            Aujourd’hui, les résultats sont là: Impossible de dresser le portrait type du citoyen haitien moyen comme celui de  M. Dupont en France ou de Mr Smith aux Etats-Unis.  Notre société est compartimentée en strates étanches sans aucun intérêt commun. La fierté nationale, l’amour de la Patrie, le respect du drapeau, la solidarité nationale, l’appropriation des biens culturels, la protection de la Nature, l’accès pour tous à l’Education de qualité ne sont chez nous que des slogans mille fois répétés pour les besoins de causes personnelles ou de groupe. Elles sont utilisées souvent pour berner les plus vulnérables et ne servent plus qu’à créer un climat de méfiance générale.

Haïti, Attention!  En cette époque de mondialisation, les petits états ne survivront que si leurs spécificités nationales sont bien préservées, si leurs citoyens sont solidaires et décidés à défendre ensemble les intérêts nationaux. Haiti, tu es en danger! Ne néglige pas ta jeune population désespérée; prends-la vite en main pour une véritable campagne nationale de conscientisation citoyenne. Ton peuple de lutteurs a encore la volonté de garder sa souveraineté.

Crédit: Marie-Marthe Balin Paul/CANAL+HAITI

N.D.L.R.- La chronique hebdomadaire « Maux amers et Mots divers » présentée, par Marie-Marthe Balin Paul en partenariat avec CANAL+HAITI, est sponsorisée par :

2 Comments add one

  1. Serge H. Moïse av. says:

    Mme Paul nous dit avec élégance et finesse ce que le signataire de la présente ne cesse de claironner depuis des années mais en appelant les choses par leurs noms, de manière crue à l’occasion, pour être sûr d’être bien compris,
    Oui, comme tous les ex-colonisés, nous charrions cette acculturation qui est l’une des principales causes de notre mal développement. Il faut donc repenser le substrat idéologique de l’éducation en Haïti, autrement point de salut pour le pays.
    Merci Mme Paul

  2. Mercie Madame Paul. Pour ce grand editorial qui nous a mis en face de Notre avenir de peuple libre encore a la recherche de cette identite .avoir la jeunesse de Norte pays qui Se cherche toujours et encore en imitant presque toutes les autres. Cultures ,c’est un cri d’alarme .Mon fils de 24 ans me dit l’autre papa si vous n’irez pas en Haiti avec moi cette ,je prendrai l’avion moi seul et je retrouverai ma famille ,les enfants et les jeunes haitiano américains connaissent mieux la culture haïtienne que ceux du terroir.nous devons faire quelque chose et bien vite

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Kenny Britt Jersey