Google

Haiti/France: Tézin, le poisson amoureux, renaît à la librairie « La Pléiade ».

Written on:avril 5, 2016
Comments
Add One
rose3 La librairie « La Pléiade » à Bois-Patate a accueilli ce samedi 2 avril 2016 la conteuse franco-haïtienne Rose-Esther Guignard qui a signé son livre « Tézin, le poisson amoureux ». Après la séance de dédicace, la comédienne a offert un spectacle assez magnifique pour le bonheur des uns et des autres.

Guignard a réussi le pari de capter, le temps que dure sa prestation, l’attention même des parents venus uniquement accompagnés leurs progénitures. Les quelques lecteurs déchiffrant ou feuilletant quelques livres et les acheteurs de passage ou à la recherche d’un titre particulier n’ont pas été du tout indifférents devant sa prestation. La légende « Tézin, le poisson amoureux » est connue dans tout le pays. Même s’il existe plusieurs versions du conte, l’intrigue n’a pas pour autant changé.

C’est l’histoire de la petite Mélina qui vivait dans un village perdu d’Haïti avec ses parents. Tous les jours, elle va à la rivière la plus proche chercher de l’eau dans une calebasse. Un jour, elle fait la rencontre de Tézin, un poisson aux écailles dorées qui tombe amoureux d’elle.Ainsi chaque matin, elle se rend au bord de la rivière chantant de sa belle voix douce et, dans un petit tourbillon, le poisson sort de l’eau pour voir sa bien-aimée. Son frère, jaloux de la voir toujours apporter de l’eau propre à la maison, l’a suivie jusqu’à la rivière et découvre son secret. Imitant la voix de sa sœur, il se met à chanter et Tézin, tout innocent, sort de l’eau et tombe dans le piège. Capturé et tué, Mélina ne se remettra plus de la disparition de son ami.

C’est cette belle et triste légende adaptée à la réalité haïtienne que la conteuse a pu faire vivre les petits enfants de tout âge rassemblés à ses pieds à la librairie. Elle était accompagnée du tambourineur Mirat Jean-Baptiste de la troupe Zhoovie. Dans un silence éloquent, ils écoutaient, les yeux grands ouverts, pleins de surprise, lèvres suspendues, et suivaient ses moindres mouvements. Avec des gestes, des chants, un panier accroché à son bras et une calebasse sur sa tête, Rose-Esther, dans la posture de la petite Mélina, avait tout l’air d’une petite paysanne. Et les enfants ont adoré. Au point que, des fois, ils se sont laissés entraîner par les paroles de la chanson, et bougeaient au rythme du tambour.

De passage en Haïti dans le cadre de la septième édition du festival de contes sous les tonnelles (Kont anba Tonèl) de la troupe Foudizè, elle a profité pour offrir au public haïtien quelques pièces de son répertoire.


 Crédit: Dieulermesson PETIT FRERE

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*