Google

Haïti/Justice et société : Wilson Jeudy, « …Chef de gang » ?!

Written on:novembre 6, 2012
Comments
Add One
L' Agent Executif Interimaire, Wilson Jeudy

L' Agent Exécutif Intérimaire, Wilson Jeudy

Le mercredi 31 octobre, madame Surprise Placide Vilmay, effectuait, comme à l’accoutumée, des travaux de nettoyage sur son terrain sis à Fragneau-Ville (Delmas-75) quand  elle a été agressé par des bandits armés jusqu’aux dents,  ayant à leur tête l’  « Agent Exécutif Intérimaire » (ex-maire) de la commune de Delmas, Wilson Jeudy.

 D’après les affirmations de madame Vilmay, M. Jeudy tient  mordicus à s’accaparer du terrain, dont elle est copropriétaire avec ses cousins, les frères Limontas, manu militari, depuis l’année 2009. Depuis lors, ces deux familles montent le Golgotha avec Wilson Jeudy qui , entre nous soit dit, s’est fait une spécialité en spoliant de force plusieurs familles de sa commune, de leur terre ; il a déjà menacé de mort le journaliste André Limontas avec qui il a eu maille à partir pour ce même dossier, d’ailleurs, cette affaire est pendante au Parquet de la capitale, M. Jeudy  prenait régulièrement la poudre d’escampette à chaque convocation et mandat de comparution envoyé par le Parquet.

 Intervenant sur la Radio Scoop FM 107.7 FM, à l’émission « Haïti-Débats »de ce lundi 5 novembre, Madame Surprise Vilmay Placide a expliqué la façon dont elle a été passé à tabac par l’ex-maire Jeudy et ses sbires : « …j’ai reçu au moins deux gifles et quelques bastonnades des mains de celui qui  devrait me donner de la protection au cas ou des tiers s’accapareraient de mon terrain…(…)… en Haïti on utilise le pouvoir pour faire des abus d’autorités…(…)… définitivement, l’état de droit n’existe pas…celui qui a pour mission de protéger les vies et les biens fait tout à fait le contraire, en agissant comme un hors-la-loi…. (…) …M. Jeudy m’a saccagé tout en braquant son arme à feu sur moi, il a pris ma camera et mon I-Phone, en me jetant par terre… (…) …devant ces actes arbitraires, je lance un SOS aux dirigeants de ce pays, le président de la république, M. Michel  Joseph Martelly; le Premier-Ministre, M. Laurent Salvador Lamothe; la Première Dame de la République, madame Sophia St-Rémy Martelly; le Ministre de la Justice, Me. Jean-Renel Sanon; le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, M. Ronsard Saint Cyr;  la Ministre à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme, madame Yanick Mézile; le Secrétaire d’ État à la Sécurité Publique, M. Réginald Delva; la Ministre du Tourisme, madame Stéphanie Balmir Villedrouin; la Protectrice du Citoyen, madame Florence Élie; le Chef du Parquet de Port-au-Prince, Me Lucmane Delille…ma vie et celles de ma famille sont en danger de mort… et se trouvent entre les mains de M. Jeudy… (…)…

…M. Wilson Jeudy commence à mettre ses menaces à exécution …je réclame justice, protection, restitution et réparation…je travaille très dur  à Montréal, en vue d’apporter ma contribution au relèvement de mon pays…le président Martelly m’avait donné la garantie en disant à tous que le pays était safe et ouvert aux affaires…je ne vois pas dans quelles conditions nous autres de la diaspora, allons pouvoir investir  en Haïti, si des gens qui sont habilités à protéger des vies et des biens, se trouvent à la tête des groupes de bandits qui volent , pillent, sèment le deuil et la désolation dans les familles haïtiennes…je réclame la restitution de mes biens, sans autre forme de procès…  », a déclaré substantiellement, madame Vilmay, en pleure…

 Intervenant à cette même émission, le député de la commune ‘Les Anglais’ (Département du Sud, arrondissement des Chardonnières), Jean Romélus Lisma, a révélé à l’auditoire que l’actuel  Agent Exécutif Intérimaire, Wilson Jeudy, s’est accaparé des terrains de plus d’une quinzaine de familles dans la commune de Delmas et les menace régulièrement de mettre fin à leur jour, si elles s’obstineraient à vouloir récupérer leurs biens. Aux dires du député Romélus, la plupart de ces cas ont été résolu par la Justice, mais Wilson Jeudy persiste et signe, ne voulant pas obtempérer au mot du droit, « … Wilson Jeudy se trouve à la tête d’un gang de spoliateurs, il s’amuse à prendre les terres des honnêtes gens dès le début de son mandat à la mairie de Delmas (banlieue Centre-nord de Port-au-Prince), à les rouer de coups et à les menacer de mort… », a affirmé le député Romélus, au micro de l’une des Radios de la rue Villatte (Scoop-FM) à Pétion-Ville.

 Réagissant à ces deux interventions, Wilson Jeudy, tenant un profil bas, n’a pas été convainquant dans son intervention : « …c’était la veille des ‘gédés’ (prononcer: Guédé), je passais dans la zone par hasard, j’ai vu une dame habillée en ‘gédé’, tenant une machette à la main sur un terrain, je me suis dit pourquoi ne pas intervenir, c’est ainsi qu’il y a eu une altercation entre la dame et l’un de mes agents de sécurité…j’ai du intervenir pour mettre fin à la discussion…c’est seulement ça et rien que ça… (…) … j’ai l’habitude d’avoir affaire à la justice pour ces genres d’affaire…cela ne me fait ni chaud ni froid…la justice est mon affaire…» , déclara finalement, de façon arrogante, l’Agent Exécutif Intérimaire de Delmas, Wilson Jeudy,  qui se comporte en tout-puissant, se sentant très sûr de lui-même et au-dessus de la loi.

 Selon des témoignages concordants recueillis  auprès des habitants de Delmas, M. Wilson Jeudy, prend un malin plaisir à harceler les habitants de sa commune en leur donnant régulièrement toutes  les pressions physiques et mentales… imaginables et inimaginables pour qu’ils puissent abandonner leurs propriétés. Il emploie des agents chargés de repérer les terrains vides dans l’intention de faire main basse sur ces propriétés privées.

 Ce dossier nous laisse perplexe, l’honnête citoyen ou citoyenne a l’impression de vivre dans une jungle, un labyrinthe, un véritable cauchemar. La loi du plus fort prime sur tout. La plupart des dirigeants utilise le pouvoir à des fins personnelles sans aucune gêne, faisant fi des règles et éthiques. Ces genres d’abus sont légion à travers le territoire haïtien. L’ Haïtien ou l’ haïtienne qui possède un bien honnêtement, vit dans un état de stress permanent se demandant quand est-ce que son tour d’être dépossédé viendra. On rencontre des maires, comme Wilson Jeudy, des ministres, des députés, des sénateurs, de hauts fonctionnaires, des éducateurs, des policiers, des commerçants, des particuliers, etc… qui agissent sans foi ni loi et ne sont pas dignes de confiance, une vraie gangrène! Ils sont plongés jusqu’au coup dans des combines louches, telles que: Spoliations de terre, trafiques de drogues, kidnappings, Faux et usages de faux, détournements  de fonds, viol, vol…etc…une réelle malédiction!

 En l’an de grâce 2012, malheureusement c’est ce prototype de modèle d’ haïtiens que la jeunesse doit suivre. On comprend de plus en plus l’état de putréfaction dans lequel se trouve plonger Haïti, ces trois dernières décennies. Chaque fois qu’elles  se trouvent au timon des affaires, les élites ne font qu’utiliser les bas instincts de leur intelligence pour parvenir à des fins inavouables et inavouées. On ne saurait s’étonner de voir les jeunes d’aujourd’hui et de demain, produire autres choses. Des individus, comme Wilson Jeudy, sont une véritable plaie pour la société. Ils  font partie d’une époque qu’on croyait révolue, celle des « Boss Pent », « Ti-Bobo », etc… Ils font partie intégrantes des éléments négatifs qui détruisent Haïti. Ces tristes personnages poussent d’autres éléments, non moins catholiques dans d’autres pays, à qualifier cette nation digne et fière, d’état voyou. Ces énergumènes sont à la base des déboires de ce pays. La pathologie dont souffre M. Jeudy devrait être prise en considération par les médecin-psychiatres du gouvernement Martelly-Lamothe. Au train où vont les choses, les dirigeants non-complices devraient se magner pour résoudre le cas Jeudy, avant qu’il fasse d’autres catastrophes irréparables et atteigne d’autres citoyens.

Y en a marre !… Ya basta !

Il est grand temps que cela change, trop d’honnêtes gens faisant partie de la majorité saine et silencieuse ont peur, très peur, trop peur… ils sont aux abois, ils se cachent comme des pestiférés, c’est le monde à l’envers…Les hors-la-loi se pavanent avec arrogance, tandis que les personnes sérieuses se mettent à couvert.

Quel paradoxe !

Il est temps que ce nouveau paradigme qui se pointe à l’horizon cesse. Nous sommes convaincus qu’il reste encore des gens de valeurs dans l’appareil étatique et dans d’autres couches de la société civile, pour que des individus comme l’Agent Exécutif Intérimaire de Delmas, cesse d’avilir des fonctions modèles et prestigieuses, comme par exemple…Maire d’une ville…A cause de ces genres d’individus, Haïti reste la risée de la planète…

Après toutes ces  considérations, une importante partie de la population haïtienne se demande, est-ce que l’Agent Exécutif Intérimaire, Wilson Jeudy serait le Boss des spoliateurs de terre ou le principal Chef de Gang de la commune de Delmas? Ça va de mal en pis, pour la société haïtienne tombée en décrépitude, à cause de certains individus douteux et malhonnêtes qui le forment et le dirigent…que les responsables civiles, judiciaires et policières « responsables » prennent leur responsabilité dans le but de pallier à cet état de fait regrettable…

 

 

 

One Comment add one

  1. Pingback:Haïti/Justice et société : Wilson Jeudy, « …Chef de gang » ?! | CANAL+HAITI « Rapadoo Observateur

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


Warning: fopen(call.txt): failed to open stream: No such file or directory in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 115

Warning: fgets() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 117