Google

Haïti/Martelly: Des haitiens réclament la démission du Président.

Written on:mars 31, 2014
Comments
Add One

1231Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans la capitale haïtienne, samedi, réclamant la démission du président Michel Martelly.

Les manifestants, proches des partis de l’opposition, estiment que M. Martelly n’a pas fait assez d’efforts pour améliorer les conditions de vie des Haïtiens depuis son arrivée au pouvoir, en mai 2011.

Il s’agissait de la plus importante manifestation antigouvernementale en Haïti depuis le début de l’année. Les manifestants ont également dénoncé le retard de plus de deux ans dans l’organisation des élections législatives et locales.

Face à la pression des Nations unies, des États-Unis et d’autres acteurs internationaux, le président Martelly a indiqué son intention d’organiser les élections cette année, mais aucune date n’a encore été fixée.

Les élections visent à renouveler 20 des 30 sièges du Sénat, l’ensemble des 99 sièges de la Chambre des députés et 140 postes au niveau local.

Le retard dans les élections a été évoqué vendredi lors d’une rencontre entre M. Martelly et une délégation d’élus américains.

 

 

 

 

One Comment add one

  1. CONACAFH says:

    Note de Presse
    Consommateurs en Action contre les Abus et les Fraudes en Haïti (CONACAFH) prend actes du remaniement ministériel orchestré par l’Administration Martelly / Lamothe, suite à l’accord baptisé « Accord d’El Rancho » où, on a relevé une quarantaine de postes de nomination dont vingt-quatre (24) postes ministérielles (premier ministre inclus) et vingt (20) Secrétaires d’Etat. La lourde machine des résultats et du changement de l’administration Martelly / Lamothe, pour une énième fois, démarre avec de nouvelles têtes et des figures réapparaissant à leur place, pour « apporter un soulagement à la misère du peuple haïtien ».
    Triste est de constater que celui-ci, ne cesse de rêver, de façon chimérique, des belles promesses de la dite administration, et patauge encore dans les eaux béante de la misère crue. Cette pratique de remaniement des membres du pouvoir exécutif apportera-t-elle une solution aux plaies du peuple haïtien ? Les services que va fournir cette administration seront-ils, pour cette fois, efficaces, au point de toucher les plus vulnérables ? Le peuple peut-il commencer à espérer d’avoir accès aux services sociaux de base ? Si aucun changement réel dans les services offerts par l’administration Martelly / Lamothe n’a jamais atteint le peuple haïtien pendant les trois années et demi passées, faut-il en espérer un pour les environs dix-huit mois restant de cette administration ?
    Lorsqu’on sait qu’un pays comme la France a eu un remaniement de son cabinet ministériel au même moment que le gouvernement haïtien, le mercredi 2 avril dernier. Pourtant, la France, loin d’être comparé à Haïti, vient de réduire plus de la moitié les membres de son cabinet ministériel pour des raisons économiques, en passant de trente-sept (37) ministres à dix-sept (17).
    Que peut-on espérer quand on sait que le changement ministériel suit la logique de création d’emploi pour ses amis et ses proches au lieu de chercher à résoudre effectivement les besoins fondamentaux du peuple haïtien.
    Peut-il y avoir développement quand le budget de la République passe dans le paiement des fonctionnaires et qu’il y a très peu d’argent pour le budget d’investissement ? Est-ce que les mamelles « Petro-Caribe » vont continuer à nourrir la folie de ceux qui sont au pouvoir ? A quel prix ? Ces nouveaux Ministres et Secrétaires d’Etat, accepteront–ils de circuler dans leur véhicule privé ou vont-ils exiger à l’Etat un véhicule de services ou continueront-ils à circuler dans celui de leur prédécesseur ? Pourquoi tous ces doublement de poste (la vague des Secrétaires d’Etat)? Pour quel résultat escompté ? Dans quel secteur y-a-t-il investissement pour supporter cette lourde machine gouvernementale ?
    Puisque l’Etat vit de taxes et d’impôts, celui-ci va devoir augmenter la pression fiscale ou/et multiplier les taxes. Ce qui conduira coute que coute à une augmentation de prix des produits. Comme d’habitude, les consommateurs seront les principaux à payer les conséquences de ce désordre.
    Aussi, CONACAFH lance un appel à tous les haïtiens et toutes les haïtiennes du pays et de l’étranger à se rendre compte de cette épée de Damoclès suspendue sur la tête de chacun de nous. Car, si nous continuons dans cette folie, nos enfants, nos petits-enfants et nos arrière-petits-enfants risqueront de s’enliser et de finir dans une misère atroce. Le pays sera-t-il à jamais catalogué sur la liste des pays insolvables ou Jusqu’à quand devrions-nous travailler pour payer la folie de certaines gens comme nos parents avaient payé la dette (sans emprunt) de l’Indépendance ?
    Pour le conseil :
    Beckenson JOSEPH, President
    James DUFRESNE, Vice-President
    Alex JEAN, Secretaire executif
    Franckenson DESIR, Porte-Parole
    Yves CAJUSTE, Chargé des Relations Publiques
    CONACAFH 2, Rue A, Village Zao, Tabarre/ Haïti –
    Tels: (509) / 4867-2590 / 3756-8729/ 4604-1395 / 3717-7361
    Email: conafahhaiti@yahoo.fr/ conacafh@yahoo.fr

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*