Google

Haïti/Média & Opinion: Que nous reste t-il du terme éthique journalistique?

Written on:mars 26, 2017
Comments
Add One
Emmanuel Louis-Charles

Emmanuel Louis-Charles

Autrefois, un journaliste haïtien était considéré comme un vrai directeur d’opinion qui véhiculait des idées positives, partageait des informations utiles avec la communauté et veillait en toute occasion à ce que ses actions ne portent atteinte aux bonnes mœurs, à la morale ainsi qu’à sa propre image.

Aussi n’y avait-il aucune crainte pour un parent de permettre à ses enfants d’entendre n’importe quelle émission de radio allant des variétés musicales aux informations en passant par les jeux éducatifs, car les risques de pollution mentale étaient quasi nuls. En dépit de la pitance qu’il recevait comme salaire, le journaliste se voulait être toujours un modèle pour sa communauté qui ne lui marchandait pas en retour toute son admiration à chaque fois que l’occasion se présentait. L’argent n’était point son obsession, il était plutôt animé du désir de servir et de se faire apprécier.

Malheureusement, toutes ces bonnes pratiques coïncidaient avec l’existence d’un régime dictatorial qui prohibait les libertés individuelles, et de surcroit, empêchait à quiconque d’exprimer ses réels talents.

Et quand venait le temps de la libération en 1986, venait aussi le temps du libertinage, de la débauche, de l’éclatement de la parole, avec tout ce que cela implique en terme d’effets indésirables. Les stations de radio se multipliaient comme des champignons et avec elles, les émissions de libre échange. Comme conséquence, on a assisté à un recul du professionnalisme dans le métier de journaliste qui sera supplanté par un sensationnalisme de mauvais gout. On se permet de dire les choses les plus absurdes et les plus ridicules dans la mesure ou elles résonneront très fortement dans le tympan de la majorité naïve, donc manipulable. Dieu merci, qu’on a eu quelques survivants à cette rafale qui continuent de souffler sur le quatrième pouvoir, mais ils ne représentent malheureusement que la goutte d’eau douce jetée dans un océan.

De nos jours, l’éthique journalistique devient un vain mot en voie de disparition dans le vocabulaire de notre presse, parce qu’il est synonyme de vœu de pauvreté. Les pots de vin sont donc les bienvenus en échange du silence ou de la propagande. Et le plus inquiétant dans tout cela réside dans le fait que ceux qui se livrent à cette pratique n’ont pas peur d’être dénoncés, à l’instar de ce journaliste qui déclarait à haute et intelligible voix être disposé à aller chercher l’argent la où il se trouve sans considération aucune, on n’a qu’à lui adresser une invitation en ce sens. De plus, Il a ouvertement admis être bénéficiaire d’un chèque qui lui est alloué mensuellement dans l’une des institutions de l’Etat pour des services, jusque-là nébuleux, rendus.

Quand on est arrivé à ce point de notre vie de peuple, on doit réellement réfléchir sur la nécessité de la mise en place d’une association de journalistes sérieuse dotée d’une capacité de répondre au besoin de ses membres. La presse doit rester un thermomètre qui nous révèle les signes annonciateurs d’un problème certain, mais quand elle fait elle-même partie du problème, c’est carrément donner carte blanche à la corruption.

Adieu éthique!

 

Crédit: Emmanuel Louis-Charles

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


Warning: fopen(call.txt): failed to open stream: No such file or directory in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 115

Warning: fgets() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 117