Google

Haiti/Média/Solidarité: Mon cancer, mon calvaire !

Written on:mars 23, 2013
Comments
Add One
N.D.L.R.- Faisons une chaine de solidarité avec le journaliste de Radio Ibo, Duly Lambert. Aidons-le à vaincre le  cancer. Pour partager, aider, agir, réagir et en savoir plus sur le malheur de notre jeune confrère (30 ans !), contactez-le sur Facebook ou la Directrice de la Salle des Nouvelles de Radio Ibo, Marie-Raphaelle Pierre au Tel: (509) 36 42 73 08.

Duly Lambert (Crédit: Le Nouvelliste)

Duly Lambert. C’est un nom, une voix. Avec Marie Raphaëlle Pierre, ce journaliste présente le journal « Alawonn badè » sur Radio Ibo, le 98.5 fm. Depuis quelques jours, il n’est plus à l’antenne. A 30 ans, il vient de recevoir le ciel sur la tête. Une biopsie a révélé qu’il souffre d’un « lymphome malin à grande cellule » communément appelé cancer du système lymphatique.« Je me suis effondré quand j’ai reçu les résultats de cet examen », explique Duly Lambert, mardi en milieu d’après-midi, chez sa belle-mère, à la rue Capois. « Un cancer reste un cancer », ajoute-t-il, concédant que le plus dur était de trouver les mots pour le dire à sa femme qui attend une petite fille en juin. « C’était dur », lâche Duly Lambert, une petite serviette blanche posée sur le pied droit pour protéger ses plaies.

 Communicateur social formé à la  Faculté des sciences humaines (FASCH), détenteur d’une maitrise en journalisme dans le cadre du projet Université Quisqueya et CFPJ, Duly Lambert présentait, en 2007, ce que ses médecins appelaient « une allergie ». L’allergie est devenue une « maladie de la peau ». Sans plus. Mais les prescriptions de savon, de crème, de lotion n’ont pas manqué. Ses médecins sont restés très superficiels, sans diagnostic réel jusqu’à l’extraction en février 2013 d’une masse qu’il avait au cou, explique le journaliste dont la peau ressemble à celle d’un brûlé au napalm.

 Philosophe, Duly Lambert rit aujourd’hui des errements de ses premiers médecins et  jette toutes ses forces dans la bataille pour sa survie. Bataille à arme inégale car ce journaliste de condition économique humble, comme la majorité de ses pairs, n’a pas d’assurance-santé alors qu’il doit casquer 25 000 gourdes par séance tous les quinze jours pendant les trois prochains mois. « La facture de 35 000 gourdes a été revue à la baisse après l’intervention de M. Hérold Jean François auprès du médecin », explique Duly Lambert qui a reçu l’aide de son frère. « Mon état s’est considérablement amélioré après cette première séance », confie-t-il, optimiste quant à ses chances de survivre à ce mal. « Dans 60 % des cas, si l’on suit sa thérapie, ce cancer se soigne, m’a dit le médecin», indique Duly Lambert dont le moral est bon. « Je me déplace difficilement à cause des plaies à la plante de mon pied droit. J’utilise le pied gauche avec plus de facilité. Je deviens comme Messi », plaisante Lambert, regard puissant et une envie de vivre à chaque souffle, malgré son cancer, malgré son calvaire

Crédit: Roberson Alphonse/Le Nouvelliste

roberson_alphonse@yahoo.com

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*