Google

Haïti/RD/MINUSTAH: Les élites politiques dominicaines, collaboratrices de l’Occupation en Haïti.

Written on:mai 16, 2015
Comments
Add One
Sandra Honore et Danilo Medina (Credit Photo Google)

Sandra Honore et Danilo Medina (Credit Photo Google)

L’île caribéenne, incluant Haïti et la République Dominicaine, connaît depuis 2004, une moitié de souveraineté avec l’établissement de troupes étrangères sur le territoire haïtien, violation flagrante de la Constitution du pays. (art 263-1)

 Pourtant, force est de constater que les élites politiques dominicaines ne sont nullement dérangées par cet état de fait qui dure depuis plus d’une dizaine d’années. Elles sont toujours prêtes a ouvrir les portes de la chancellerie dominicaine tout comme celles de la Casa Rosada (le Palais National) aux chefs de l’Occupation. Il en a été ainsi pour :

 -le premier chef de l’Occupation, le chilien Juan Gabriel Valdez (Sto Dgo, 2005)

- le guatémaltèque Edmond Mullet (Sto Dgo, 2006)

-le tunisien Hedi Annabi ( Sto Dgo, 2008)

-le chilien Mariano Fernandez (Sto Dgo, 2012)

-le canadien Nigel Fisher (Sto Dgo, juin 2013)

-la trinidadienne Sandra Honoré (Sto Dgo, decembre 2013)

 Accolades, sourires, collaboration sans faille avec les chefs d’occupation d’un pays frontalier, n’ont hélas d’autres significations que lâcheté et traîtrise envers le peuple de cet Etat voisin.

 Certes, l’Etat dominicain ne dispose pas de contingents militaires dans les rangs de la MINUSTAH en Haïti. Mais est-ce là un signe de solidarité ? Point d’interrogation. Car, l’Etat dominicain a donné son accord pour l’installation d’infrastructures de la force d’occupation onusienne, au cœur de sa capitale. En ce sens, la presse  indique : « Même si elle fonctionne en Haïti, le siège de la MINUSTAH se trouve en République Dominicaine. (Listin Diario, 7/11/12). Deux adresses : Av.Cesar Nicolas Pension #102B, SD et Parque Cibernatico, East Port Building Autopista Las Americas km27 la Caleta, Boca Chica).

 En realité, la collaboration est étroite entre les forces publiques dominicaines et onusienne. Ainsi, le commissaire de Police de la Mission a déclaré au chef de la Police à Santo Domingo : «La Police dominicaine demeure un acteur indispensable pour préserver la sécurité en Haïti». (El Dia, 13/2/10). Il faut aussi mentionner l’annonce faite par la MINUSTAH d’accompagner et sécuriser des camionneurs dominicains jusqu’en territoire haïtien, précisément, à Cité Soleil, banlieue populaire de Port-au-Prince. (3Diariosde3.com 16/3/12).

 Si les troupes de la République Dominicaine sont absentes physiquement dans les contingents de l’occupation en Haïti, par contre, l’Executif demeure en étroite collaboration avec l’Etat major onusien de ladite occupation. De son côté, la MISSION en poste à la frontiere et à Santo Domingo, observe un silence absolu sur les multiples atrocités commises à l’encontre de la communauté haïtienne et d’ascendance haïtienne en territoire dominicain. (Pendaison, fusillades, décapitation, rapatriements nocturnes, etc…).

 Une question s’impose : est-ce que les élites dirigeantes dominicaines agissent par ignorance ? Par méconnaissance du statut de la MINUSTAH en Haiti ? Difficile à croire, car c’est bien un ex-représentant de l’OEA, le brésilien Ricardo Seitenfus, qui a affirmé publiquement que « La présence de la MINUSTAH en Haïti, est ILLEGALE ».

 Est-ce que l’Ambassadeur Ruben Silie, accredité à Port-au-Prince, aurait caché à son gouvernement que le Sénat haïtien a adopté une résolution contre la présence inconstitutionnelle des troupes étrangères sur le territoire et réclamé leur depart depuis le 20 septembre 2011 ?

 Est-ce que des termites auraient détruit le texte de la Commission Mixte Bilaterale dans les tiroirs de la Chancellerie dominicaine ? Car le préambule précise que chaque Etat doit défendre la souveraineté de l’autre par-devant les instances internationales. Sinon, l’ex-président Leonel Fernandez, en tournée en France en 2009 -au Parlement francais-  n’aurait pas recommandé le maintien des troupes d’occupation en Haïti pour 10 ans, et une nouvelle constitution haïtienne.  Stupéfiante solidarité insulaire !

 En 2015, son successeur, le président Medina, sans aucune gêne, introduit cette force illégale qu’est la MINUSTAH dans les consulats dominicains en Haïti pour supposément en assurer la sécurité ! Le grand Intellectuel-Ambassadeur Ruben Silie, juge sans doute, d’une exceptionnelle expression diplomatique, la présence d’une troupe étrangère ILLEGALE cheminant côte à côte avec le personnel consulaire LÉGAL issu de la Patrie de Duarte !?

 A l’évidence, l’Establishment dominicain a des trous de mémoire. Il a oublié que les troupes d’occupation ont déjà provoqué la mort de dix mille Haïtiens-Haïtiennes, avec le choléra qu’elles ont introduit. Et jamais la Casa Rosada  n’ a insisté pour demander réparation pour Haïti ! Formidable solidarité insulaire !

 En bonne alliée, la MISSION a déjà avalisé les expulsions massives annoncées de milliers de familles dominicaines d’origine haïtienne. L’apartheid caribéen dominicain devient donc la nouvelle valeur de dignité humaine pour l’ONU au 21e siecle !?!

 Face à l’Histoire, comment se présente désormais le profil des élites politiques dominicaines qui accueillent avec tant d’enthousiasme et d’indécence les plus hauts cadres de l’occupation en Haiti ?

 Aveuglées par le racisme, elles paraissent de plus en plus misérables dans leur solidarité insulaire réduite.  Elles se montrent de plus en plus amnésiques de Jacques Viau, défenseur haïtien de la République Dominicaine contre l’Occupation américaine de 1965 ; tout à fait amnésiques de Nissage Saget, président haïtien sauveteur de la Nation dominicaine vendue par des fils apatrides pour moins de 2 millions de dollars au président américain Grant, vers la fin du 19e siècle.

 Les ÉLITES dirigeantes dominicaines sont donc

-bien debout aux côtés des chefs de l’Occupation en Haïti !

- gigantesques dans leur arbitraire et leur apartheid contre leurs concitoyens-ennes au teint foncé !

- mais hélas, déjà à genoux au TRIBUNAL DE L’HISTOIRE…..

 

 

*Militante DH

Port-au-Prince, Haïti

17/5/15

 

 

 

Crédit: Lis Bell*/CANAL+HAITI

canalplushaiti@yahoo.fr

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*