Google

Haiti/Musique: Hommage à Rodrigue Milien !

Written on:mai 2, 2016
Comments
Add One

roro3Rodrigue Milien. Ce nom veut dire beaucoup de choses pour la génération des mélomanes des années 70-80. En tant que troubadour, ses musiques étaient fortement aimées. Qui de notre génération n’a jamais écouté même une fois dans sa vie les musiques comme « Rejete  ; Nécessité, Mwen ta renmen konnnen, Koutba  Residans, Nostalgie, Mizè nan Miami ». D’autres comme « Confession, Salut,  Porte-bonheur,  Rouze jadin ; Ma solitude, Haïti, Sa fè 3 ans ». Également, ses musiques titrées « Passion d’amour ,  Effort, Mariaj gate, Léogane ; Kombit kreyol, avaient fait son succès populaire. C’est un de nos patrimoines musicaux encore vivants. Et il convient de rappeler ses talents et ce qu’il a fait pour la musique haïtienne d’aujourd’hui.

 Le chanteur Rodrigue Milien était de ceux-là qui chantaient la femme haïtienne, l’amour et la vie. Des thèmes comme la patrie, la nature, et la quotidienneté des gens revenaient souvent dans ses textes. Les différents problèmes sociétaux qui gangrènent la société haïtienne n’étaient pas en reste. Les injustices, les inégalités, la répression. Ces textes tournaient autour de tout cela qui forme au fond la grande philosophie de la musique troubadour. Le chanteur savait dénoncer avec parfois de l’ironie et surtout avec une pointe d’humour. C’est le cas de la musique « rejete » dont le vidéoclip prouve la véritable essence de l’auteur.

Clivages sociaux dévoilés

Dans la musique « rejete », le chanteur et guitariste Rodrigue Milien livrait au public sa sensibilité d’homme et son éminente créativité artistique. C’est une comédie musicale qui dévoile les clivages qui existaient et existent encore au sein de la société haïtienne. En témoignent les paroles suivante : nan lelit la  yo monte avyon, nan lamas la nou vole lougawou nou,  se yon mwayen pou nou ka pran vol, pou n pa monte rès avyon gran nèg/nan lelit la yo souse chiklèt, nan lamas nou pran ti po griyo nou, se yon mwayen pou n ka moulen djòl nou, pou n pa souse rès chiklèt gran nèg manman. C’est une façon de dire les inégalités entre les gens de la société, mais également une manière d’inviter les gens de la masse à vivre selon ses moyens et tuer en eux tout germe de convoitise.

 Un artiste d’âge mûr

Les chansons du Samba Rodrigue Milien ont traversé les générations. Elles créent sans nul doute la nostalgie des vieux qui s’en raffolaient du temps de leur jeunesse. Cet artiste qui avait pour complice, Toto Nécessité (Jules Similien), avec qui il avait débuté sa carrière musicale, chantait la vie avec tout ce qu’elle comporte de bonté et de cruauté. Mais l’âge ainsi que la maladie ont tué la joliesse de son visage et de sa voix ayant tellement chanté et souri sur des scènes d’ici et d’ailleurs.

L’éternité de Rodrigue Milien se trouve au niveau de ses œuvres musicales qui continueront à traverser le temps. Il a consacré sa vie avec la musique pour le délice des mélomanes. Il a livré de très belles chansons qui rappelleront une période de l’histoire de notre musique. Il convient d’entendre ses musiques avec honneur et respect. Ce barbe national, appartenant au panthéon des troubadours haïtiens, mérite tous les hommages du monde pendant qu’il est encore en vie. Rodrigue Milien s’apprête à passer l’arme à gauche, mais le temps ne pourra pas effacer sa mémoire. Il était une fois Rodrigue Milien sur la scène de la musique haïtienne.

Credit: Carl-Henry PIERRE

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*