Google

Haïti/Politique: Jovenel Moise, agit-il par ignorance ou par méchanceté?

Written on:janvier 21, 2019
Comments
Add One
« AU NOM DES NOIRS ET DES HOMMES DE COULEUR, L’INDÉPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE (HAÏTI) EST PROCLAMÉE. RENDUS À NOTRE DIGNITÉ PRIMITIVE, NOUS AVONS ASSURÉ NOS DROITS; NOUS JURONS DE NE JAMAIS CÉDER À AUCUNE PUISSANCE DE LA TERRE » (TOUSSAINT LOUVERTURE)

Dimanche 20 janvier 2019 ((rezonodwes.com– J’ai suivi avec grand intérêt la course électorale de 2015-2016. Jovenel Moise n’était sans nul doute pas le meilleur candidat, mais il a eu une machine infernale derrière lui. Une bonne partie de la classe économique l’avait supporté.

Quand Jovenel Moise est venu avec l’histoire de plantation de banane, j’étais l’un des premiers blogueurs à le démentir et ceci pour deux raisons. Un agronome qui travaille depuis plus de 10 ans dans le Nord-Est m’avait dit que là où Jovenel a établi sa plantation de banane, il ne peut pas avoir de bonnes récoltes, car la terre est inappropriée pour ce genre de culture. Deuxièmement, des habitants de Trou-du-Nord ont affirmé que le projet était un projet « bridsoukou » .

L’affaire banane était une farce. J’ai entendu le docteur Reginald Boulos dire qu’il a passé 14 années à fréquenter Jovenel avant qu’il soit président et il sait qu’il a de la volonté. Si Jovenel avait de la volonté et était sincère, est-ce qu’il suivrait les recommandations d’Antonio Sola pour faire une telle arnaque ? Je crois que le docteur Boulos nous doit une réponse. Jovenel Moise n’est pas un idiot, mais il n’est ni savant ni intellectuel. Il a le gros bon sens et connait ce qui est droit et juste, et ce qui est mauvais. Si Jovenel a accepté de se porter candidat à la présidence, c’est qu’il savait ce qui l’attendait.

 

Le Pasteur Jean Fils-Aime, dans un texte s’est posé la question : Jovenel Moise, est-il le nègre de Michel Martelly ? D’entrée de jeu, nous pouvons dire que l’actuel président est l’homme de paille de Michel Martelly. Est-ce que Jovenel Moise avait un programme bien ficelé au-delà des slogans ? Est-ce que Jovenel Moise est entouré de gens compétents capables de proposer une alternative viable ? La performance de Jovenel Moise durant ces 23 mois est médiocre. Le président est toujours en mode campagne. Il ment à tout bout de champ. La manne de Petrocaribe qui avait permis à Michel Martelly de mener une politique d’apaisement n’existe plus. Aujourd’hui, Jovenel Moise n’a pas les moyens de sa politique.

Est-ce que Jovenel Moise peut clamer qu’il a les mains liées quand il sait que ceux qui l’ont financé allaient demander des privilèges énormes en retour ? Quand on n’est pas compétent et qu’on est animé de bonne volonté, on s’entoure de gens capables et honnêtes. Comme nègre de Martelly, est-ce que Jovenel Moise pouvait et peut prendre des mesures d’austérité pour sauver son mandat ? Comme je l’ai dit en Décembre dernier, Jovenel Moise finira par partir parce que les cartes qu’il détient ne sont pas des As.

L’environnement politique actuel est tumultueux. Le président n’inspire pas confiance. Il sait qu’il a un déficit de légitimité, mais ne fait rien pour rassurer ceux qui ne l’ont pas voté. L’année 2019 est une année électorale. Peut-on avoir des élections dans un climat de méfiance totale ? Est-ce qu’on peut avoir des élections crédibles dans une situation d’insécurité généralisée ? Est-ce qu’on peut organiser des élections quand les responsables d’Etat n’arrivent pas à répondre à la question : kot kòb Petrocaribe a et ne donnent aucune indication que le procès Petrocaribe est possible ? Les mains de Jovenel Moise sont liées.

 

Cette pratique qui consiste à monnayer des leaders de l’opposition pour calmer leur ardeur ne marchera pas. Jean Henry Ceant ne peut pas mener de bonnes négociations parce qu’il est lui-même sur la sellette dans le dossier Petrocaribe et n’est pas libre de ses actions. En choisissant Jean Henry Ceant pour succéder au clairinier Jack Guy Lafontant, Jovenel Moise a primé la politique sur l’économique. Jovenel Moise ne tient qu’à son mandat. Nous nous demandons : mandat pour faire quoi ?

Jovenel Moise n’arrive toujours pas à comprendre ce que cela veut dire d’être président d’Haïti, un pays qui a marqué l’histoire de l’humanité et qui subit l’assaut répété des grandes puissances de l’Occident. A l’instar de Toussaint Louverture, est-ce que Jovenel Moise peut jurer de ne jamais céder à aucune puissance de la terre ? Le vote de la honte contre Nicolas Maduro nous montre bien que Jovenel Moise reçoit et accepte les dictées du Département d’Etat Américain.

Nous savons que la contrebande est un poison pour le pays. Jovenel Moise a prouvé à maintes reprises qu’il cautionne l’alliance perfide d’une partie du secteur privé et des hommes politiques corrompus. Il a lui-même déclaré que la corruption était l’ennemi numéro un du pays. Pourquoi ne prend-t-il pas des mesures concrètes pour combattre la corruption. En voulant protéger les bandits légaux et les dilapidateurs de Petrocaribe, Jovenel Moise se met dans une position vulnérable. D’ailleurs n’est-il pas impliqué dans la surfacturation. Imagine que 20 millions de dollars sont collectés sur la frontière pour une importation de 1.8 milliard de dollars. Jovenel Moise sait que les directeurs de douane des ports maritimes de province doivent remettre une  certaine somme d’argent aux patrons qui les a placés, celui de Port-au-Prince a plusieurs patrons,  mais il ne fait rien.

 

La corruption de la douane pour un pays qui importe tout est un manque à gagner pour le peuple et le destructeur de la production nationale. Nous ne sommes pas placés pour tirer à boulets rouges sur le président ni lui donner l’absolution, mais le slogan : se travay nou konn travay, se travay n ap travay est une provocation. J’aimerais bien demander au président de la république s’il est convaincu qu’il est en train de travailler pour le bien du peuple.

Nous ne sommes pas placés pour tirer à boulets rouges sur le président ni lui donner l’absolution, mais le slogan : se travay nou konn travay, se travay n ap travay est une provocation. J’aimerais bien demandé au président de la république s’il est convaincu qu’il est en train de travailler pour le bien du peuple.

Jovenel Moise, comme la majeure partie des présidents haïtiens qui l’ont précédé durant ces trente dernières années connait le poids de la diaspora dans la balance. Et, il est très bien conscient que sans la diaspora, Haïti serait déjà effondré. Quelle disposition va-t-il prendre pour que le parlement puisse débattre sérieusement sur les 30 propositions de la Commission Tardieu et trouver un consensus gagnant-gagnant pour les acteurs politiques, les acteurs économiques et la diaspora ? Malgré que nous avons démontré que Jovenel Moise n’a pas la volonté ou encore n’a pas le courage pour prendre certaines mesures, mais nous ne pouvons pas dire encore qu’il est méchant. Nous l’attendons au pied du mur cette année sur l’amendement de la constitution et sur sa volonté d’organiser de bonnes élections. Aussi, sa capacité de recoudre le tissu social.

Est-ce que Jovenel Moise, dans un élan de patriotisme peut se démarquer de l’oligarchie prédatrice et de Michel Martelly, un caïd pour servir le peuple ? A la fin de cette année, nous aurons la réponse. Chaque jour, dans certaines émissions de bonne facture comme Le Point de Radio Métropole, sur Signal FM avec Michel Soukar, à Télé Caraibes avec un jeune journaliste du nom de Saint Fort, à Radio Ibo, Tropic FM avec Guy Jean, Dim ma diw de Marvel Dandin et la liste continue, plusieurs intellectuels de belle eau donnent des consultations gratuites au pouvoir en place, mais pourquoi le président fait la sourde oreille.

Jovenel Moise me donne l’impression que ce qui l’intéresse, c’est de faire de l’argent pour pouvoir mener la belle vie après son mandat. Quelques semaines après son investiture, le président a lancé la caravane du changement. Après plus de 18 mois, il n’y a pas un audit sur ce programme et il n’y aucun moyen de prouver que c’est une réussite. Et pourtant des sommes faramineuses qui auraient pu être dépensées à bon escient sont utilisées pour faire de la propagande pour ce programme. Est-ce sérieux ?

Ce qui déconcerte est que vous trouvez des hommes qui vocifèrent à longueur de journée dans les médias en prônant que le président de la république est sur la bonne pendant que ce dernier n’arrive pas à se situer. Jovenel Moise est l’un des présidents les plus chanceux qu’Haïti ait connu durant ces trois dernières décennies. Il est en présence d’une opposition qui ne porte que le nom. S’il avait de la volonté et s’il travaillait pour le bien de la population, il aurait pu « rantre kou fo kòb tout blofè k ap fè politik nan peyi a». Malheureusement, il n’est pas maitre de sa pensée. Jovenel Moise est entouré de flatteurs qui vivent à son depens. Quand il réalisera qu’il est le dindon de la farce, il sera trop tard pour rebondir.

Aucun Haïtien patriote et même nationaliste ne penserait jamais à faire du mal à son pays. Pendant que j’écris ses lignes, des compatriotes vivent sous le froid glacial en Amérique du Nord et en Europe. N’auraient-ils pas aimé retourner dans leur pays natal ? Certainement. Mais dans quelles conditions ?

Jovenel Moise n’arrive pas à comprendre qu’avec la diaspora seulement, l’Etat haïtien pourrait revitaliser le secteur du tourisme. Le président est comme une marionnette qu’on fait danser. Avec la gangstérisation du pays, est-ce que des gens qui sont plus ou moins hors de danger peuvent rentrer en Haïti à la merci des bandits ? Pour revenir à la caravane du changement, Jovenel Moise ferait un bien meilleur investissement dans l’assainissement du pays. Ce n’est pas possible de continuer à pratiquer la politique du fatras. Je pose la question à tout un chacun : Est-ce que Jovenel Moise agit par ignorance ou par méchanceté ?

J’attends la fin de l’année, après le vote sur l’amendement constitutionnel et la tenue des élections pour répondre à cette question. Pour finir. J’aimerais dire à Jovenel Moise que la présidence est une fonction prestigieuse. Que l’on soit président d’un pays développé, que l’on soit président d’un pays sous-développé, on doit être respecté et on doit inspirer confiance. Jovenel Moise n’est ni respecté et il n’inspire pas confiance. Tout le monde sait qu’il est un fiéffé menteur. Ma question au président : Est-ce qu’il se considère être un chef d’Etat.

Jovenel Moise est au pied du mur. Il est temps de mettre de la nourriture dans l’assiette de chaque Haïtien. On ne dirige pas un pays avec des slogans, mais avec des idées et des actions probantes. Voilà pourquoi, j’invite le chef de l’Etat à prendre trois heures de temps de son agenda pour prendre part à la rencontre du GRAHN qui se tiendra au Ciné Triomphe le Mercredi 23 Janvier de 10h30 à 2hpm. C’est navrant qu’aucun parlementaire ne soit inscrit pour participer à une telle rencontre qui sème l’espoir. Se moun ki konnen ki fè peyi, se pa ni inyoran, ni san karaktè, ni flatè. Que vive Hayti !

Crédit : Kerlens Tilus

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*