Google

Haïti/Politique: Jovenel Moïse officiellement Président, après un an et demi de crise.

Written on:février 7, 2017
Comments
Add One

jojo1L’homme d’affaires de 48 ans signe ainsi le début de sa carrière politique en accédant aux plus hautes fonctions dans le pays le plus pauvre des Caraïbes.

               « Ce jour est un grand jour pour notre pays », a déclaré Youri Latortue, président de l’Assemblée nationale quelques minutes avant que Jovenel Moïse ne prête serment.

               « Le peuple haïtien a parlé: il a choisi de confier les rênes du pouvoir à un homme jeune, un homme dynamique, un homme qui semble avoir des idées pour sortir le pays de la misère et de l’instabilité politique qui freine depuis trop longtemps sa croissance et son développement », a-t-il ajouté.

               Jovenel Moïse a été propulsé sur la scène politique en 2015 par Michel Martelly, élu président en 2011. Ce dernier voulait faire de ce propriétaire de bananeraies, surnommé « l’homme-banane » lors de la campagne, son successeur.

               Le président sortant, une star de carnaval, contraste avec son successeur à la personnalité effacée et inconnue du grand public.

               Sa femme à ses côtés, Michel Martelly était l’unique ancien chef d’Etat à répondre présent à l’invitation lancée par Jovenel Moïse.joj1

               Celui qui est aujourd’hui le nouveau chef d’Etat était arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle en octobre 2015. Mais en raison de contestations et de fraudes massives, le vote avait été annulé.

               L’homme d’affaires, qui entend relancer, par l’agriculture, l’économie haïtienne a finalement été élu président en novembre 2016.

               A la fin du mandat de Michel Martelly le 7 février 2016, faute de successeur élu à temps, le Parlement avait choisi Jocelerme Privert, alors président du Sénat, pour assurer l’intérim.

               Avec un an de retard, la première République noire de l’histoire est donc retournée à l’ordre constitutionnel avec à sa tête un président élu au suffrage universel direct.

               Une issue saluée par Washington. « Le peuple haïtien mérite d’avoir des dirigeants démocratiquement élus », a écrit le porte-parole du département d’Etat, Mark Toner, dans un communiqué. Félicitant le nouveau président, il souligne que « les Etats-Unis réaffirment (leur) engagement envers le peuple et le gouvernement en Haïti ».joj2

               Le Canada a également réaffirmé « son lien d’amitié et sa solidarité envers Haïti », à travers son ministère du Développement international et de la Francophonie.

               Après la prestation de serment, les plus de 2.000 invités ont pris place sur la cour du palais présidentiel, détruit lors du terrible séisme de janvier 2010, pour assister à une cérémonie religieuse et au premier discours du 58e chef de l’Etat haïtien.

               La rigueur a été le mot d’ordre pour l’organisation des cérémonies, selon l’équipe du président élu, alors que Haïti est en pleine crise économique. Le pays a plus de deux milliards de dollars de dettes et une croissance qui ne devrait pas dépasser 1% en 2017.

               Jovenel Moïse avait annoncé avoir invité les 53 autres candidats au scrutin présidentiel comme signe de sa volonté d’apaiser le climat politique. Mais sa victoire au premier tour de scrutin reste contestée par ses principaux concurrents.

               S’il a été déclaré vainqueur du premier tour avec 55% des suffrages, cette élection est minorée par la très faible participation des citoyens: seuls 21% des électeurs ont voté le 20 novembre dernier.

               De plus, des accusations de blanchiment d’argent n’ont pas été éclaircies.

               A l’été 2016, l’Unité centrale de renseignements financiers avait transmis à la justice le rapport confidentiel de son enquête sur les comptes de M. Moïse, enquête initiée en 2013 suite au signalement d’une institution bancaire.

               Si le juge d’instruction a remis son rapport au commissaire du gouvernement (l’équivalent du procureur en Haïti), ce dernier n’avait pas lundi soir rendu publique sa décision quant à prononcer un non-lieu, demander une enquête complémentaire ou inculper le président élu.

               Cette décision de justice laissée en suspens mine la déjà fragile popularité de Jovenel Moïse.

Crédit : CANAL+HAÏTI avec DIASPORAMA-HAITI et AFP

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*