Google

Haiti/Politique:Lettre ouverte de Jean-Max Bellerive à l’opinion publique…

Written on:avril 27, 2012
Comments
Add One

« Une campagne de presse, de tout évidence commanditée, menée tambour battant, autour de contrats de travaux publics ou de services engageant ma signature avec des firmes dominicaines et haïtiennes est en cours. Pour les tenants de cette opération de lynchage médiatique, ces contrats auraient été conclus dans des conditions irrégulières par le seul fait qu’ils seraient intervenus dans les jours qui ont précédé la cérémonie de passation des pouvoirs au Président Martelly ou dans les semaines qui ont suivi sa prise de fonction, ou encore par le fait que des procédures liées à la passation des marchés publics n’ont pas été totalement et scrupuleusement respectées. Pourtant l’on semble oublier que l’alinéa 2 de l’article 3 de la Loi sur les marchés publics stipule clairement « Sont exempts des dispositions de la présente Loi. les marchés publics découlant de l’application de la Loi d’Urgence » !


De là, à insinuer et même accréditer, tout bonnement, l’existence de pots de vins ou de dessous de table, est un pas qui semble avoir été vite franchi. Dans l’intérêt de la vérité, je me vois dans l’obligation de sortir de la position de réserve dans laquelle je m’étais cantonné en ma qualité d’ancien Premier Ministre, pour ne pas interférer dans les affaires gouvernementales, et rétablir les faits.


Je ne crois pas qu’il soit tellement nécessaire d’insister sur l’environnement dans lequel ces contrats ont été passés. Le séisme du 12 janvier 2010 et ses conséquences dévastatrices sont encore présents dans tous les esprits. Pour faire face à cette catastrophe d’une ampleur inégalée à l’échelle du pays, une loi d’urgence a été adoptée par le Parlement permettant au gouvernement de recourir à des procédures exceptionnelles, incluant la passation de marchés publics.


L’assistance internationale dans ces moments post-tragédie a été d’un grand secours. Mais elle s’est surtout adressée à la situation humanitaire. En outre, le déblocage des fonds externes obéit à des conditionnalités extrêmement lourdes, avec des délais de décaissement relativement longs. Un exemple : s’il avait fallu attendre un financement étranger, la route Gonaïves-St-Marc serait encore un cauchemar. Ce tronçon a pu être réalisé grâce aux ressources du Fonds PetroCaribe. Et aujourd’hui,Gonaïves se trouve à 2 heures de route de Port-au-Prince.


En dépit de ses faibles ressources, le gouvernement ne pouvait rester les bras croisés. Il se devait de relever le défi, de démontrer que nous, Haïtiens, pouvions prendre en mains notre destin et amorcer la reconstruction. Ce faisant, le gouvernement se trouvait en phase avec l’un des choix fondamentaux du Président Préval de doter le pays d’un ensemble d’infrastructures pour combler les carences du pays dans ce domaine et asseoir définitivement les bases de son décollage économique.


La campagne d’intoxication en cours a tenté d’incriminer la période de signature de ces contrats. A l’entendement des auteurs de cette campagne, ces contrats auraient été conclus à la va-vite et, circonstance aggravante, dans le dos de la nouvelle équipe au pouvoir. Rien n’est plus faux. Et je le dis haut et fort.


D’abord, les protagonistes de cette campagne font l’impasse sur le délai pour arriver à la signature d’un contrat. Un contrat, ça se négocie. Et la négociation réclame du temps. Il y avait donc un certain nombre de projets de contrats en cours de négociation. Et leur aboutissement a coïncidé, pour certains d’entre eux, avec l’avènement d’un nouveau Président de la République à la tête de l’Etat. La question était dès lors : que faire ? Je n’allais tout de même pas engager la nouvelle administration en gestation sans avoir son aval formel.


Dès l’élection du Président Martelly, le Président Préval et moi-même, l’avons rencontré à plusieurs reprises. Parmi les dossiers d’Etat qui lui ont été présenté, la question de ces contrats a été mise sur le tapis : les chantiers retenus, leur objet, le cout des travaux, les délais d’exécution, tout a été passé en revue.


Je rappelle que j’étais dans une période couverte par la loi d’urgence et j’étais toujours investi des pouvoirs qui m’autorisaient à engager l’Etat en recourant à des procédures célères de passation de marchés publics, telles le gré à gré ou les appels d’offres restreints.


Je ne veux pas tomber dans une espèce d’autosatisfaction ou de vantardise mal placée. Mais je constate que la grande majorité des inaugurations, présidées par la nouvelle administration, porte sur des chantiers initiés ou laissées par mon gouvernement. Je parie qu’il en sera de même pour au moins les prochains 12 à 14 mois. Et il est bon que la continuité de l’Etat le permette. Les gens se font bien des illusions sur le temps de maturation d’un projet, de sa conception à son démarrage, voire à sa finition.


Les contrats signés, j’ai attendu l’investiture du Président Martelly pour ordonner les avances de démarrage en m’assurant, une fois de plus, que le Chef de l’Etat et son équipe étaient d’accord avec le financement de ces travaux. De longues et ardues discussions ont même, dans certains cas, conduit à des aménagements importants des cahiers de charge.


Les vices de forme signalés dans ledit document sont ridicules. Par exemple, comment respecter scrupuleusement la nécessité qu’une compagnie justifie de cinq ans de pratique en Haïti alors qu’il était justement établi que nous avions besoin de nouvelles compagnies qui puissent répondre aux appels d’offre. Ce qui est sûr, c’est qu’à date, aucune compagnie haïtienne ou étrangère n’a pu démontrer que les tarifs accordés pour les différents contrats aient été surévalués. Quant aux fautes typographiques et incorrections grammaticales, il faut avouer qu’elles sont regrettables mais, dans les conditions de l’époque, compréhensibles et surtout ne lèsent en rien les intérêts de l’Etat haïtien. La capacité de résilier les contrats sans préavis par l’Etat haïtien est une clause qui, contrairement à ce qu’avancent les « amis » de Monsieur Conille, protège l’Etat ! De toutes façons, il a toujours moyen d’apporter les éventuelles corrections nécessaires de façon administrative et responsable sans pour autant vouloir crier au loup sur la place publique. Discréditer ainsi toutes les institutions responsables du contrôle ne peut en rien aider à l’ouverture prônée vers le secteur privé.


Une deuxième ligne d’attaque cible la nationalité des firmes engagées. Il n’y a pas eu une volonté de mon gouvernement de privilégier les firmes dominicaines au détriment de compagnies haïtiennes ou immatriculées ailleurs dans le monde. Je ne sais à quel mobile obéissent ceux qui cherchent à indexer des compagnies dominicaines et m’ont accusé d’être en collusion avec elles. Est-ce une forme de nationalisme étroit et, pour tout dire, dépassé ? Je n’ose pas le croire. En tout cas, certains n’hésitent pas à faire flèches de tout bois et, foulant aux pieds les nombreuses manifestations de solidarité haitiano-dominicaine, n’hésitent pas à ressusciter, pour les besoins d’une cause innommable, les relents d’un anti-dominicanisme primaire. Où est l’intérêt du pays dans cette campagne d’intoxication ?


Je ne crois pas avoir de leçon de patriotisme à recevoir de quiconque. Mon choix de rester Haïtien et mettre Haïti au-dessus de tout projet personnel ou de tout choix de carrière ne souffre pas de discussion. Je viens d’une famille qui a dû subir l’exil à la fin des années 50, connues comme le point de départ des années de plomb dans notre histoire politique, pour rentrer au pays une fois que les conditions le permettaient POUR NE PLUS LE QUITTER. Ma passion d’Haïti n’est pas un choix occasionnel, le temps d’une fonction politique. C’est un choix viscéral. C’est un choix profond qui fait corps avec moi-même.


Maintenant, venons-en au fait des compagnies bénéficiaires. Il est admis aujourd’hui que le quinquennat du Président René Préval a doté le pays d’un ensemble d’infrastructures de base. Ces travaux sont de tous types : agricoles, scolaires, sanitaires, économiques. Beaucoup de firmes haïtiennes ont été mises à contribution pour mener à bien ces projets. En raison de leur taille, elles ont bien vite atteint leur point de saturation et se sont trouvées débordées, avec des carnets de commande remplis. Et ceci, bien avant le séisme du 12 janvier 2010. Il faut parcourir le pays du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest pour constater que les firmes haïtiennes n’ont pas été en reste. Bien au contraire !


Naturellement, ces firmes n’auraient pas suffi à la tâche. Il a fallu faire appel à d’autres firmes, indépendamment de leur nationalité, taïwanaise, brésilienne, dominicaine, etc. L’important était leur capacité à se mobiliser rapidement pour exécuter dans les délais les chantiers. Là, il faut reconnaitre qu’en fonction de leur proximité géographique, les firmes dominicaines se trouvaient en bonne position pour obtenir des contrats.


Le séisme a occasionné, il faut le rappeler, des pertes énormes et engendré de nouveaux besoins pressants.


Il faut reconnaitre que les firmes de construction dominicaines étaient déjà présentes en Haïti bien avant le séisme. La compagnie Estrella, par exemple, avait des contrats avec la BID pour le compte de l’Etat Haïtien. Et la qualité des travaux fournis fait l’objet d’une appréciation unanime. Ce qui a valu au gouvernement de signer des addendas avec cette compagnie comme pour la réhabilitation du tronçon de la Nationale No 1 Saint-Marc-Gonaïves. Allez aussi au Bicentenaire actuellement, et on verra que les couches de revêtement sont sans commune mesure avec les travaux auxquels on était accoutumé.


Il est un dernier point que j’aimerais aborder. La thèse qui lierait la démission du Premier Ministre Conille à la formation de la partisane commission d’enquête mise en place par ses soins. Cette approche dépasse tout entendement humain. Elle est insultante non seulement pour moi mais surtout pour l’ensemble des institutions haïtiennes (Présidence, Parlement, Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif en particulier) qui deviendraient ainsi complices d’un refus de lutter contre la corruption.


Compte tenu que des flèches ont été dirigées contre ma personne à cause de ces contrats, j’attache le plus grand intérêt à voir éclater la vérité dans cette affaire. Je ne donnerai pas la possibilité d’assister, les bras croisés, à cette tentative ignoble de me faire porter un double chapeau de corrompu et d’apatride dans le dessein de procéder à mon assassinat politique.


J’ai constitué un conseil d’avocats pour réviser les différentes déclarations qui ont circulé dans les médias de la capitale et ai demandé au Ministère de la Planification et de la Coopération Externe de bien vouloir faire toute la lumière sur les procédures et les conditions des contrats passés sous ma signature puisque je n’ai plus la capacité et l’autorité de consulter et d’utiliser directement tous les documents administratifs y afférents.


Je confirme par la présente que je reste à la disposition des institutions de mon pays pour répondre de toutes les accusations qui ont été proférées à mon endroit. Je ne me sens par contre nullement concerné par les conclusions d’une commission illégale et incompétente créée dans le seul but avoué de me nuire puisque sa mission se cantonnait à réviser uniquement les contrats signés par l’ancien Premier Ministre Bellerive. Les auteurs, tous amis ou collaborateurs du Premier Ministre démissionnaire, n’ont d’ailleurs pas eu le courage de signer leur forfait agissant ainsi en mercenaires anonymes et grassement rémunérés.


Je reste persuadé que l’ensemble des contrats, soumis à la vérification de la « Commission Conille »,sont des instruments, certes perfectibles, mais fondamentalement cruciaux pour le redémarrage de la vie nationale. La vérité finira par triompher. »


Jean-Max Bellerive

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*