Google

Haiti/Politique/Santé: Jean-Bertrand Aristide, s’évanouir, au moins pour la 2e fois, au cap haïtien, le saviez-vous…

Written on:septembre 17, 2016
Comments
Add One
pra

Pradel Henriquez

Savez-vous que Jean-Bertrand Aristide ex- Président de la République d’Haïti, selon la petite histoire, s’est déjà évanoui une fois …DEVINE OU CELA…C’était ou d’après vous, et d’après la légende… He ben, c’était bel et bien au Cap-Haïtien…dans le Nord d’Haïti, au Collège Notre Dame du Cap-Haïtien. C’est la d’ailleurs, au Collège Notre Dame du Cap-Haïtien, que Jean Bertrand Aristide avait passé une bonne partie de sa jeunesse, au moins en tant qu’étudiant.

Cette année- la, en 1987, Haïti vit à l’ère d’une terreur militaire sans pareil. Les mouvements de soulèvements socio-politiques qui avaient basculé Jean-Claude Duvalier du pouvoir, le 7 février 1986, ont comme encore garde leur ferveur, pour se transformer en 1987, en soulèvements, cette fois, contre le régime militaire qui ont hérité du pouvoir le jour même du 7 février 86 et qui ont décidé de régner sans pitié à la tête de l’Etat. De fait, le 7 février 1986, les militaires instaurent un couvre-feu a quasiment midi, juste au moment au le pays entier semblait vouloir faire la fête suite au départ en exil de Monsieur Jean Claude Duvalier l’ex- président, de sa famille et de certains de ses proches. L’Amérique latine, les Philippines, vivaient alors, à l’ère des grandes dictatures.

Image de courtoisie

Jean-Bertrand Aristide, évanoui, est transporté d’urgence@Image de courtoisie

En 1987, Jean-Bertrand Aristide, absolument Prêtre, et curé de l’Eglise de Jean Bosco, au Boulevard la Saline, à la Grand Rue, se trouve ouvertement en guerre contre les Militaires au pouvoir. Le prêtre Aristide étant alors accompagné de l’artiste chanteur engagé, Manno Charlemagne pour l’une de ses prestations à succès et justement engagées, discours virulents à l’appui.

En 1987, au Cap-Haïtien, collège Notre Dame du Cap, ce jour-là, l’armée d’Haïti débarque avec rage, frappe tout ce qui bouge et tire tout aussi rageusement des gaz lacrymogènes. On compte alors beaucoup de victimes et parmi ces victimes …Jean-Bertrand Aristide qui s’évanouit et qui a du être transporté d’urgence par ses compagnons politiques de l’époque, jusqu’au retour en cachette vers la capitale, Port-au-Prince du Prêtre.

Jean-Bertrand Aristide a l'Hopital Justinien du Cap-Haitien@Image de courtoisie

Jean-Bertrand Aristide à l’Hopital Justinien du Cap-Haitien@Image de courtoisie

Rappelons que ce besoin de rappel intervient au moment où ce vendredi 16 décembre 2016, dans le cadre de la campagne présidentielle 2016, Jean-Bertrand Aristide accompagné sa candidate à la présidence, Maryse Narcisse, après un succès foudroyant à Cabaret, dans l’axe Cabaret- Arcahaie, route nationale menant vers le Nord, s’est d’abord retrouvé à affronter certaines difficultés d’abord au Gonaïves, dans l’Artibonite. Puis au Cap-Haïtien, chaque région, chaque ville à sa manière. Y aurait-il eu aux Gonaïves déjà, ce vendredi 16 septembre 2016, des gaz lacrymogènes, malgré un contexte sécuritaire totalement différent pour l’ex-prêtre de Saint Jean Bosco, mais des gaz lacrymogènes, cette fois, rien que pour évacuer les foules et permettre ainsi au cortège de bouger vers le Nord. Y a t il eut des gaz lacrymogènes dans le Nord aussi au Cap-Haïtien, pour les mêmes raisons que Gonaïves…gestion de foules et sécurité de la campagne électorale en elle même,

Toutefois, si 1987 ressemble un peu à 2016, par ce malaise coté santé, à diagnostiquer sérieusement, une chose est sure, entretemps, c’est que l’ex-Prêtre de St Jean Bosco, qui reste et demeure un véritable monstre sacré de la politique contemporaine haïtienne, avec un record de près de 40 ans sur la scène politique, et trois mandats présidentiels charcutés, n’a plus 33 ans, la force de l’âge …

 

Crédit : Pradel Henriquez

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*