Dallas Cowboys Authentic Jersey  Haïti/Québec/Diasporama: Maux et mots – 8 …Mèsi, Merci, Gracias, qui es-tu? | CANAL+HAITI
Google

Haïti/Québec/Diasporama: Maux et mots – 8 …Mèsi, Merci, Gracias, qui es-tu?

Written on:juillet 12, 2015
Comments
Add One
Madeleine Bégon-Fawcett

Madeleine Bégon

Toi le sans – patrie, le sans – papier

Ta machette est ta source d’inspiration,

ton compagnon de vie et de mort

La raison de ton existence.

Dans le silence et le bruissement des feuilles de cannes – ciseaux

Ta mélopée s’égraine tel un chapelet de carême

 

Le sort en est jeté les contrats négociés

Les poignées de mains échangées

Complices de ton pauvre sort scellé derrière les portes closes

des bureaux lambrissés ovales ou carrés…

Ta souffrance est la somme

des sourires entendus de mafieux aux poches gonflées

du sang de mes frères infortunés

 

Et… trônent l’ombre hideuse de ceux qui ont initié sans pudeur

cette négoce de malheur.

Caïn, Caïn…tu bois jusqu’à la lie le sang de tes frères

offert aux bacchanales sur l’autel du voisin.

Nos rêves de peuple libre sont tombés en lambeaux…

dans les champs de canne

et ton âme est devenue canne

ton âme se débat,, se confond aux feuilles qui transpercent ta peau. Tes plaintes se perdent dans la nuit

de ta solitude…rentable à ceux qui t’ont vendu

et ceux qui vont t’user jusqu’à la corde…

Qui es-tu toi au sourire figé?

Toi qui penses à ta terre comme un impossible rêve?

Les pieds suspendus dans le vide…

ta vie ne vaut pas plus qu’une corde.

Immense est ta souffrance

Nuit et jour… nuit après jour, sans cesse et sans respect

résonnent tes soupirs vendus par tes frères.

 

Enfants sans prénom, sans nom…génération sans avenir

Conchita ou Rose-Marie, tu gis dans la non – existence

tes cris perdus dans le vide de ta vie déniée.

 

Tes bras épousent la forme des feuilles cinglantes,

qui tranchent ta peau ridée desséchée par les flèches assassines

des rayons du soleil de plomb.

 

Tes mains s`écorchent et tu suces pour ne pas perdre

une goutte de plus, une goutte de trop

et tu tombes…et tu succombes…et tu tombes.

 

À quoi penses – tu  quand au loin,

loin de ta peau grugée par les fourmis

s’échangent, se célèbrent des noces de sang,

se signent les ententes fratricides scellées pour ta sueur

en ton nom toi qui gis au fond des bateys?

 

Tes larmes se mêlent au jus de ta canne-repas

Qui es-tu…Cécilia ou Thérèse?

Poignées de mains autour de ton existence balayée

Le signal est donné, Ils se disputent sans pudeur

Les dépouilles de ta mère – patrie,

trahie comme toi, fille-pesos

homme-bras…canne à sucer jusqu’à la moelle…

 

Qui vivra verra le destin des saboteurs s’écrire dans les sillons

des larmes et du sang des innocents.

La trahison et l’inconscience laissent toujours des traces

Raboteau…Cité Soleil, les bateys assassins et sans lendemain

portent vos noms en lettres de sang,

Eclipseurs de vies.

Autour et en-dessous de la table d’hypocrisie

Chacun se réserve la part de lion du Pays – gâteau.

Ils se disputent le squelette des enfants abandonnés

Entre la puanteur et la noirceur.

ILS, EUX, les maîtres de ces sinistres ententes

Nous qui gardons encore le silence complice.

Charognards et cannibales partageant

ce qui reste d’Haïti…

houm! Haïti adye houm!

Kote Desalin ta sòti…Jou va, Jou vyen.

 

 

 

Crédit: Madeleine Begon/CANAL+HAÏTI

Email : canalplushaiti@yahoo.fr

©CANAL+HAÏTI Copyright All Rights Reserved, Tous droits réservés Mars 2013

One Comment add one

  1. Romain Christian says:

    Toutes mes félicitations à Mme Begon

    Je me sens heureux d’apprendre de ses brillantes
    nouvelles .

    Je me suis installé à Genève depuis 33 ans , je lui communique mon numéro de téléphone 001141223498479
    et mon adresse E-mail : cromain@bluewin.ch
    Avec mes sincères salutations

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Kenny Britt Jersey