Google

Haïti/Québec/Diasporama: Maux et mots-3… Chimères, nos enfants !

Written on:janvier 25, 2013
Comments
Add One

Madeleine Bégon-Fawcett

Madeleine Bégon-Fawcett

Ils n’avaient alors que cinq ans Ce matin où, sous le soleil brûlant de la Pelouse, leurs père et mères, avides d’espoir et de paix ont bu à plein goulot tels des moutons de Panurge, l’élixir de la violence …

Ils n’avaient alors que cinq ans Insouciants et confiants dans les choix de nos dirigeants Lorsque de la voix du Grand frère est venu le message de haine et de destruction qui a fauché l’enfance et la jeunesse l’avenir et la vie même de ces jeunes perdus dans les méandres de la violence, de la peur et de la souffrance de vivre sans exister. …

Ils n’avaient alors que cinq ans Nous leur avions appris à se détester, à se haïr, à s’entre-tuer à se renier, à détruire leur reflet dans le miroir qui déforme leurs frères de sang, fils d’une même terre. Dans leur cœur, dans leurs veines NOUS, les heureux inconscients de notre devoir de modèles, animés par nos pulsions animales, nous leur avions injecté le venin de nos échecs, nous avions insufflé la haine de l’autre.

Ils n’avaient alors que cinq ans impitoyables, nous avions déformé leur esprit Nous, démagogues sans pudeur, leur avions volé leur enfance, et transformés en entités sanguinaires ils nous ont suivis dans notre délire, dans notre folie meurtrière, Nous les fratricides ki gen yon tas kafe pou nou bwè ak chak lòt. Nous, bergers-loups dénaturés sans pitié, sans vergogne Nous, les avions maintenus dans les noirceurs de l’ignorance, les vapeurs d’alcool, d’héroïne et des défoulements carnavalesques. ils sont devenus prostitués, banques d’organes enfants – soldats – crève – la – faim enfants – tueurs, enfants – violeurs, enfants violés chair à canon euthanasiés minusthasiés Ils n’avaient alors que cinq ans…aujourd’hui ils en ont trente ceux qu’on nomme aujourd’hui Les chimères…

Ce sont les enfants qui nous ont été confiés à NOUS, gardiens de la liberté, de la terre-nation trahie, avilie, piétinée sous nos pas de vautours Ce sont NOS enfants – chimères… Ceux que nous avions abandonnés à leur sort depuis 30 ans Ils ont été condamnés à mort, à la prison, pour avoir suivi le mot d’ordre de ce fameux matin de février sur la Pelouse Laissez filer Barrabas…

Massacrez les enfants martyrs du peuple bafoué, faites la chasse aux ventres vides, aux sans-métier, aux san manman surtout les plus affamés bay kou bliye, pote mak sonje, kreyon bondye pa gen gòm, Jodi a, NOU nan prizon dèyè gwo barikad nou, YO ak pitit YO nan la ri a…toujou

Au nom du Père…Ainsi soit – il !

 

N.D.L.R.- Cette chronique hebdomadaire est sponsorisee par l’ « Académie Canado-Haitienne »...

Crédit : Madeleine Bégon/CANAL+HAÏTI

Email (courriel): canalplushaiti@yahoo.fr

©CANAL+HAÏTI Copyright All Rights Reserved, Tous droits réservés Mars 2013

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*