Google

Haiti/R.D./Pub: Tonton Bicha n’a pas la baraka avec le Bakara…

Written on:novembre 8, 2013
Comments
Add One

Loi de la concurrence, libre compétition ou pas, il est triste de constater que ce sont encore des Haïtiens-Levatins qui s’associent à un certain secteur d’affaires de la République Dominicaine pour inonder le marché haïtien de produits (souvent de qualité douteuse comme le salami) dont le pays peut bien se passer.

Qui pis est, ces négociants autochtones auto-vassalisés–tchoul et restavèk–au lieu de chercher à percer le marché voisin (qui protège farouchement ses fabricants Bermudez, Brugal, Barceló, Cubaney, Presidente) en y introduisant notre Barbancourt, notre Labbé ou notre Prestige, préfèrent jouer le rôle de cheval de Troie en s’alliant avec les hommes d’affaires dominicains pour déverser en Haïti tous les ersatz de la République de l’Est qui nous hait tant.

Le rhum haïtien quelqu’il soit (Barbancourt, Labbé, Nazon) et la bière haïtienne (Prestige) ne sont pas débités en République Dominicaine qui en interdit l’importation pour les raisons sus-mentionnées.

Mais comme nous le savons tous, le big business n’a pas d’états d’âme et ne s’embarrasse point de considérations nationalistes et patriotiques. L’important est de faire du fric (des miettes, car la part du lion revient toujours au plus gros investisseur, dans ce cas, Bakara) et peu importe que ce soit au détriment de l’intérêt national et de la culture locale.

De tous temps, ces commerçants Levantins ou d’ascendance « libano-jordano-syrienne n’ont jamais su créer une bourgeoisie d’affaires nationale qui participerait au développement économique de leur pays d’adoption. Dans leur grande majorité, sauf quelques rares exceptions, ils se sont toujours cantonnés dans l’importation et le commerce de gros et de détail.

La grande propriété, les grandes exploitations agricoles locales, n’ont jamais fait partie de leur stratégie de développement, si stratégie de développement ils en avaient, s’ils en ont. Voilà qui explique pourquoi vous ne voyez en Haïti aucune grande usine de fabrication et de transformation de produits orientée vers l’exportation. Ils font plutôt office de sous-traitants, d’agents de firmes et de filiales de firmes étrangères qui perçoivent leurs commissions et royalties pour leurs bons services. Quant à consentir à faire eux-mêmes de grands investissements créateurs d’emplois bien rémunérés et générateurs de richesses dans leur pays, bliye sa !

Un avocat du diable, a parlé plus haut de « publicité comparative », subliminale (Pa banm Kou) l’allusion est claire, le Barbancourt est visé et il n’y a aucun doute là-dessus.

L’énormité, l’abérration, est le « rhum culturel ». Comment le rhum/un rhum et encore moins un rhum dominicain participe de la culture et à la culture nationale ? J’aimerais bien que l’entrepreneur nous le dise et nous l’explique en termes clairs car ses gymnastiques intellectuelles sont loin d’être convaincantes. La seule culture attachée, associée au rhum est la culture de la dépendance appelée aussi « alcoolisme » avec ses tous ses corollaires et ses conséquences sur la jeunesse et la société en générale.

Ce rhum dont le nom rappelle trop celui de baka a de quoi faire peur. La preuve, cet alcool frelaté a déjà obnubilé l’esprit et les yeux de Ton Bicha au point qu’il a perdu tous ses sens et ne réalise pas qu’il a introduit ce cheval de Troie dans notre lakou, dans notre humfort… et nul loa ne viendra à son secours parce que les loas ont été trahis, saoulés par le Bakara (pas la porcelaine) procuré par Bicha et son commanditaire Levantin. Mais quand ils se réveilleront, lè je yo klè, hummm, manman pitit, se mare vant…
Le moins que je puisse dire est que Bicha tap kabicha, yo siprann e vòlè bon anj li. Ah, il n’a pas vraiment la baraka, notre pauvre Bicha, avec le Bakara.

https://soundcloud.com/stemarx/spot-tonton-bicha-fe-pou-rhum

 

Crédit: Jacques Jean-Baptiste

2 Comments add one

  1. robens says:

    Mwen tande anpil pale anpil kap fèt sou publicité tonton Bicha fè pou rhum BAKARA ki ta vle fè kwè ke Bicha pa patriote et li ta derespekte religion Vaudou, mwen penser ke se très méchant pou nou vle detrui yon gro comedien nan trempe Tonton BIcha konsa ,moun sa yo map di nou Maladie nou soufri a se li menm pou nou di Docteur a, pou nou konprann kilès moun sa yo ye fok nou al tande yon musique groupe NU LOOK fè ki rele COMPETITION : depi’n gen konesans lakay pa janm wè’l fè sans pou consommateurs genyen choix ,se yon ki group de moun ki toujou vle genyen monopole » nou renmen HAITI konsa men lè’m voyager avec nou mwen wè kote nou ale tcheke nan immigration an li ekri : US RESIDENTS and US CITIZENS,nou pa janm tcheke nan US VISITORS, madanm nou toujou ale accoucher à l’Etranger, menm taxes nou pap peye pou HAITI mache, nou di nou pa renmen Dominicain men lè nou ale club SAXO Petion Ville se pou fanm Dominicaine nou mande ,alors nou pa manje pistache men nou manje Manba????? Week end nou se PUNTA CANA nou pase yo men nou pa renmen Dominicanie, depi kilè nou te Patriote konsa????, bann ipokrit ,nou toujou ap financer moun pou kreye instabilité politique pou HAITI rete stagner nan yon marasme economique pou nou fè Contrebandes, kouniea se PAUVRE TONTON BICHA NOU trouver ki pa Patriote!!!! a la mechan!

  2. gregory jadotte says:

    C’est un faux debat,Heineken a achete Prestige

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*