Google

Haïti/Réflexions: Là où René Préval a peut être échoué…

Written on:mars 10, 2017
Comments
Add One

preva1L’ ex-Président de la République (1996-2001) (2006-2011) qui est décédé récemment de manière brutale, bénéficie véritablement d’une véritable reconnaissance post mortem illustrée fort souvent par des éloges diverses qui concernent a la fois l’homme . Et par moments, sa gouvernance. Dans un pays ou , depuis plus de 200 ans, tout donne l’impression d’avoir lamentablement et collectivement échoué, il devient donc délicat dans la foulée, si l’on veut développer un regard critique a ce niveau, de distinguer , par exemple, René Préval , sans prendre d’abord, du recul par rapport déjà, à l’Histoire d’Haïti globalement. Voire, ensuite, sans le juger dans l’immédiat, sur ce qu’il a fait , ou n’a pas fait durant ses deux mandats. Même si du premier au deuxième mandat, il existe déjà des pistes possibles de progrès politiques.

J’ai bien envie , comme d’autres, de ne faire que son éloge , moi. Etant donné que le rapport que j’ai réussi , moi personnellement, dis-je, à établir avec lui, comme président de la république, alors que j’ai été régulièrement Directeur général des médias d’Etat, sous son règne, et jouissant de la plus totale liberté d’orientation de ces médias, me laisse en définitive, très peu de marge pour le critiquer ou le détruire à l’instar de certains qui pourtant lui étaient incroyablement proches. J’implante , entre 2006 et 2011, à la barbe de René Préval, tout un système de médias de service public dans le modèle occidental même. Je trouve souvent des moyens matériels afin de faire mon travail comme DG. J’entame avec le support du trésor public , la couverture nationale quoique éphémère, de ces médias d’Etat, ce qui est bien une constante classiquement du service public. Je reçois comme je veux à la radio et à la télévision nationales d’Haïti, toute l’opposition politique en face carrément du gouvernement coiffe des Premiers Ministres acquis à René Préval, très souvent.

 J’ai des ennemis tres lourds dans ses propres gouvernements différents, mais je suis capable de compter sur le support moral à distance du président de la république qui se moque parfois des coups de langue et des tractations. Rien que parce qu’il me reconnait une certaine compétence professionnelle. Préval est ouvert, tolérant en apparence, mais il ne fait pas de cadeau. Je verrais mal de le violenter ici, comme en profitent d’ailleurs, pour faire ses détracteurs avec raison parfois, eux qui ont du vivre avec lui certainement une toute autre expérience négative. Car René Préval, n’avait rien d’un ange, à mon avis. Sa puissance d’action à froid , est énorme et extrêmement efficace , selon des objectifs que lui seul se fixent parfois en tant que chef d’Etat.

Toutefois, je lui fais ce reproche dans cette réflexion critique, comme j’aurais pu le lui faire en face et lui ne m’aurait nullement tenu rigueur. Il a échoué. STRUCTURELLEMENT. René Préval a échoué comme tout le monde donc. En devenant en 2006, Président de la république, sans tenir compte de ce qui est arrivé dans ce pays, en 2004, et parce qu’il a essayé justement de diriger un pays sorti des ruines de 2004. Je le lui ai dit élégamment un jour, comment pouvez -vous gouverner un pays déchiré, un peuple divisé, démoli, avili, sans laisser sa peau. Il faut tout recommencer. Un peu ce qui arrivera plus tard à son successeur, Michel Martelly, puis a Jocelerme Privert dans un contexte bien différent. Ce qui arrivera, qui sait, à Jovenel Moise. On n’en sait rien.

Pradel HENRIQUEZ

Pradel HENRIQUEZ

Je vois mal ce pays sortir du trou profond dans lequel il s’est mis, avec le temps, sans proposer un instant qu’on s’arrête un peu….et qu’on tente du coup, de tout recommencer. Ce qui un bilan collectif. Une manière de distanciation critique. Une capacité certes de dialogue national, mais surtout de rupture, de tolérance intellectuelle et morale. Or , René Préval élu en 2006, a foncé tout droit dans le mur parfois en s’installant confortablement dans une certaine tradition. A coté du fait d’ailleurs, en passant, que le séisme massacreur de 2010, offert a ce pays dévoyé, comme sur un plateau d’argent, ne lui a rien inspiré en ce sens, non plus . Entre 2011, année de la fin de son mandat, à nos jours, mars 2017, on se rend compte encore que si René Préval avait su profiter des catastrophes de 2001, 2002, 2003, 2004 à 2006, catastrophes socio humanitaires, catastrophes socio intellectuelles, et morales, jamais vues dans une société où il y a des femmes et des hommes, pour « rebrasser » les cartes, peut-être qu’on n’en serait pas là aujourd’hui à l’ère post Martelly , à porter douloureusement des modèles qui ne servent plus et ne serviront jamais pour faire un pays comme il faut…

Crédit: Pradel HENRIQUEZ

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


Warning: fopen(call.txt): failed to open stream: No such file or directory in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 115

Warning: fgets() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 117