Google

Haïti/Réflexions : La Traite Négrière !

Written on:août 24, 2013
Comments
Add One

Me Serge Moise

NDLR.CANAL+HAITI-   Né en Haïti, un 22 août, Me. Serge H. Moise fit ses Études primaires chez les Frères de l’Instruction Chrétienne (F.I.C.) à Pétion-Ville et ses Études Secondaires au  Collège Max Pénette de sa ville natale et au Lycée Anténor Firmin de Turgeau (Port-au-Prince).

 En Octobre 1962, sous le régime de « Papa Doc » Dr François Duvalier, il partit pour l’exil au Canada où il entreprit de brillantes études universitaires  à l’École Polytechnique et à  l’  Université de Montréal. Il  effectua également  une expérience professionnelle enrichissante au « Perchoir d’ Haïti », Restaurant Dansant de Montréal, en tant que Manager.

 Le mal du pays aidant, advienne que pourra, Me. Moise retourna au bercail après la chute du « Président à Vie », Jean-Claude Duvalier, en 1987. Tout de suite, il se remit à l’ouvrage, il s’inscrivit à la    Faculté de Droit et des Sciences Économiques de la capitale haïtienne, Section Juridiques. Actuellement, Avocat de profession, il est Membre, en règle, du barreau de Port-au-Prince, il fut Membre du Conseil de l’Ordre des Avocats de 2002 à 2004. Il a été Directeur Général de l’Industrie au Ministère du Commerce et de l’Industrie « MCI »  de 1992 à 1994. En 2006, on le nomma Directeur des Affaires Juridiques au Conseil Électoral Provisoire ( C.E.P.).

 En l’an de grâce 2013, Il continue de professer dans le monde de la basoche, son Cabinet éponyme se trouve au No. 15, Ave Panaméricaine, Pétion-Ville. Sa passion pour les « Belles Lettres » le pousse à écrire souvent de très belles et profondes capsules poétiques que vous retrouvez souvent dans plusieurs médias écrits du web, dont CANAL+HAÏTI (www.canalplushaiti.net) et DIASPORAMA-HAÏTI (www.diasporamahaiti.blogspot.com).

Aujourd’hui, nous soummettons un autre excellent texte de Me. Serge H. Moise à votre appreciation:

« La Traite Négrière »

L’esclavage cinq cents ans après

Cela semble si loin et si près

Les séquelles de ce génocide

Cette expression morbide

De la cruauté humaine

Incrustées de manière certaine

Dans la mémoire collective

De ces populations chétives

Ces dérives de l’existence

Interpellent les consciences

II

Le fauve dans la jungle sauvage

Ne s’est pas ravalé avec rage

A commettre ces odieux crimes

Contre d’innocentes victimes

III

Ils étaient des millions d’âmes

Stigmatisés pour êtres infâmes

Nés seulement pour la servitude

Le cardinal l’a dit avec certitude

IV

Dieu est vraiment trop bon

Un corps couleur du charbon

Ne saurait avoir une âme

C’eut été un bien triste drame

V

Ce mot une fois bien lâché

Et avec tant de solennité

Le destin du Nègre enchainé

Était d’ores et déjà tracé

VI

Il sera alors pourchassé

Persécuté et traqué

Maltraité et troqué

Dans tous les bons marchés

Où l’humain au travail

Ferait mieux que le bétail

VII

Les femmes sans cesse violées

En hommage à leur beauté

Et leur étonnante sensualité

Font le bonheur de ces colons

Se comportant tels des cochons

VIII

Privés de leur statut d’homme

Assimilés à des bêtes de somme

Les esclaves ont sué sang et eau

Laissant au besoin leur peau

Parfois pour bien paraître

Aux yeux du puissant maître

IX

Les temps ont changé aujourd’hui

Dira-t-on avec pudibonderie

Grâce aux petits nègres-de-service

Il y a maintenant moins de sévices

X

La longue nuit des ténèbres

Des humanoïdes sans vertèbre

Semblent  peu à peu disparaître

Pour ne jamais réapparaître

XI

Serait-ce pour les agneaux

Enfin libérés de leurs poteaux

Dépouillés de leurs oripeaux

Le début des temps nouveaux

XII

L’humanité se relève lentement

Pour contempler le firmament

Caïn et Abel ni noir ni blanc

Tournons la page et en avant

XIII

Il y a encore beaucoup à faire

Des réparations forfaitaires

Même sur une base volontaire

Pour cette fraternité à refaire

XIV

Combattons l’indifférence

Source de notre déchéance

Cultivons l’amour du prochain

Pour un meilleur lendemain

XV

Que les frères-ennemis d’hier

Qui ne sont plus aussi fiers

Se recueillent en toute humilité

Afin de pratiquer la solidarité

Seule et unique voie de salut

Pour les rescapés du scorbut

 Credit: Me Serge Moise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*