Google

Haïti/Réflexions/Diasporama: «Lamentations»!

Written on:mars 16, 2013
Comments
Add One

Me Serge H. Moïse av.

NDLR.-   Né en Haïti, un 22 août, Me. Serge H. Moise fit ses Études primaires chez les Frères de l’Instruction Chrétienne (F.I.C.) à Pétion-Ville et ses Études Secondaires au  Collège Max Pénette de sa ville natale et au Lycée Anténor Firmin de Turgeau (Port-au-Prince).

En Octobre 1962, sous le régime de « Papa Doc » Dr François Duvalier, il partit pour l’exil au Canada où il entreprit de brillantes études universitaires  à l’École Polytechnique et à  l’  Université de Montréal. Il  effectua également  une expérience professionnelle enrichissante au « Perchoir d’ Haïti », Restaurant Dansant de Montréal, en tant que Manager.

Le mal du pays aidant, advienne que pourra, Me. Moise retourna au bercail après la chute du « Président à Vie », Jean-Claude Duvalier, en 1987. Tout de suite, il se remit à l’ouvrage, il s’inscrivit à la    Faculté de Droit et des Sciences Économiques de la capitale haïtienne, Section Juridiques. Actuellement, Avocat de profession, il est Membre, en règle, du barreau de Port-au-Prince, il fut Membre du Conseil de l’Ordre des Avocats de 2002 à 2004. Il a été Directeur Général de l’Industrie au Ministère du Commerce et de l’Industrie « MCI »  de 1992 à 1994. En 2006, on le nomma Directeur des Affaires Juridiques au Conseil Électoral Provisoire ( C.E.P.).

En l’an de grâce 2013, Il continue de professer dans le monde de la basoche, son Cabinet éponyme se trouve au No. 15, Ave Panaméricaine, Pétion-Ville. Sa passion pour les « Belles Lettres » le pousse à écrire souvent de très belles et profondes capsules poétiques que vous retrouvez souvent dans plusieurs médias écrits du web, dont CANAL+HAÏTI (www.canalplushaiti.net) et DIASPORAMA-HAÏTI (www.diasporamahaiti.blogspot.com).

Nous vous invitons à partager un autre chef-d’oeuvre de notre illustre ami et partenaire littéraire : Me. Serge H. Moise:

« Lamentations »

 

Ayons pitié de ceux-là

Qui se meurent déjà

Avant même que de naître.

Qui suffoquent lentement

Dès la première bouffée d’air

Hélas péniblement inspiré

II

Ayons pitié de ceux-là

Dont la triste existence

N’est que désolation

Dans l’indignité la faim

L’insomnie et le deuil.

III

Ayons pitié de ceux-là

Qui subissent leur destin

Sans chanter ni danser

Car ils sont des sans voix

Sourds – muets – amorphes

IV

Ils croient tout entendre

Mais ne comprennent rien

Ils vocifèrent à l’occasion

Mais n’expriment rien

Ils souffrent atrocement

Et n’osent même pas pleurer

Leurs sourires grimaçants

Transforment leurs visages

En des masques qui font peur

V

Ayons pitié de ceux-là

Qui du matin au soir

S’en vont ici et là

Sans but ni objectif

Suant sang et eau

Toujours en quête

D’une quelconque croûte

De n’importe quoi

Et qui reviennent toujours

Les mains vides

Et le ventre creux

VI

Ayons pitié de ceux-là

Qui ont l’air de vrais fantômes

Pourtant nos frères en vérité

Méprisés opprimés zombifiés.

Ayons pitié de nos sœurs et frères

Car, aujourd’hui c’est eux…

Demain ce sera peut-être nous

VII

Nous, privilégiés, qui demeurons

Insensibles à leurs lamentations

Nous qui ne leur avons pas tendu

Cette main chaude et fraternelle

Qui aurait pu les sauver

Eux et bien sûr nous aussi

VIII

Ceux-là qui ne font que prier

Avec la plus grande ferveur

Et qui se demandent perplexes

Si leurs dieux les entendent.

Ayons pitié de nos sœurs et frères

Avant qu’il ne soit trop tard.

Aujourd’hui, c’est eux

Demain – demain qui sait?

Ce sera peut-être nous… !

 

 

Crédit : Serge H. Moise  (SHM) av. /CANAL+HAÏTI

email(courriels): canalplushaiti@yahoo.fr / cabinetmoise@gmail.com

©CANAL+HAÏTI Copyright All Rights Reserved,Tous droits réservés Mars2013


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*