Google

Haïti/République Dominicaine : Sonia Pierre vit en nous pour toujours.

Written on:décembre 6, 2012
Comments
Add One

Sonia Pierre

Un an est déjà écoulé depuis que Sonia Pierre nous a laissés et ce 4 décembre nous reste une date indélébile. Ses détracteurs pensaient en avoir fini avec ces revendications pour le respect du droit à l’identité de ces milliers de personnes d’ascendance haïtienne, nées sur le sol dominicain, suite à la migration de leurs parents pour faire fructifier les usines sucrières dominicaines.

Ils se sont bien trompés. La lutte de Sonia n’est pas enterrée avec elle. Tout au cours de l’année 2012, nous avions entendu ici et là les retentissements de sa voix, à travers celles de plusieurs groupes de jeunes venus des bateys, des quartiers populaires de Santo Domingo, de San Pedro de Marcoris, de Puerto Plata pour réclamer les mêmes droits que Sonia ne cessaient de revendiquer. Certains ont été arrêtés, humiliés, emprisonnés. Des jugements sortis en leur faveur on été tout bonnement ignorés. Mais sur les traces de Sonia, ils continuent la lutte, car ils refusent ce génocide civil où un Etat les dépouille de leurs documents d’identité, tout simplement parce que leurs ancêtres venaient d’un pays qui s’appelle Haïti.

Désormais, ils sont plusieurs à prendre la parole et ont pu mobiliser certains secteurs dominicains qui se sont montrés solidaires de leur lutte.

Sonia n’a pas lutté en vain. Sonia n’est pas morte. Que son engagement aux côtés des minorités, des marginalisés, nous contamine. Que sa lutte pour une société plus juste et plus humaine devienne aussi notre lutte !

Sonia Pierre ou Solange Pierre (1963-2011) est une avocate haïtienne défenseuse des Droits de l’homme et du citoyen haïtien ayant vécu en République dominicaine.

Sonia Pierre ou Solange Pierre est née en 1963 en République dominicaine de parents haïtiens. Elle était une des treize enfants de cette famille installée dans un batey, sorte de campement où vivent les coupeurs de cannes à sucre. À sa naissance l’administration dominicaine a mal orthographié son prénom, inscrivant le prénom de Solain. Elle fut prénommée depuis Sonia ou Solange[1].

Cette militante des Droits de l’Homme combat en République dominicaine l’anti-haïtianisme que manifeste régulièrement une partie de la population dominicaine envers les émigrés haïtiens.

En 1976, à l’âge de 13 ans, elle organisa une manifestation de cinq jours avec les travailleurs de la canne à sucre sur un des bateyes de la République dominicaine, qui conduisit les autorités dominicaine à son arrestation. Toutefois, la manifestation attira suffisamment l’attention du public pour que les revendications des travailleurs, à savoir, des locaux d’hébergement peint, obtenir de meilleurs outils et des augmentations de salaire, furent atteints.

En 2005, l’avocate madame Pierre demanda à la Cour interaméricaine des droits de l’homme de statuer sur le cas de deux enfants d’origine haïtienne qui se sont vu refuser un certificat de naissance dominicain. La Cour interaméricaine a confirmé les lois régissant les droits de l’homme et interdisant la discrimination raciale dans l’accès à la nationalité et à la citoyenneté. Le tribunal a également ordonné au gouvernement dominicain de fournir les certificats de naissance[].

En 2007, Sonia Pierre est elle-même menacée d’être déchue de la nationalité dominicaine. Le département d’inspection de la junte centrale électorale dominicaine ayant demandé par voie judiciaire l’annulation pour vice de forme de l’acte de naissance de Solain Pierre dite Sonia Pierre en raison de l’erreur sur son patronyme.

En 1981, Sonia Pierre fonde le « Mouvement des femmes dominicano-haïtiennes » (MUDHA) (en espagnol « El Movimiento de Mujeres Dominico-Haitiana« ), une Organisation non gouvernementale qui contribuera à éveiller la conscience de l’opinion publique dominicaine et internationale sur le sort injuste et les conditions inhumaines réservées aux membres de la communauté haïtienne vivant en République dominicaine.

 

Pour son travail opiniâtre pour la défense de ses concitoyens haïtiens et plus généralement pour son combat pour les droits de l’homme, Sonia Pierre a reçu pour elle-même et pour son organisation (MUDHA), le Prix Robert F. Kennedy des droits de l’homme en 2006[]. Le prix lui fut remis par le sénateur Ted Kennedy qui déclara à cette occasion : « Avec certitude, je peux affirmer que Sonia est l’une des plus dévouées, courageuse et compatissante des êtres humains de ma génération. Sonia est tout en haut de ma liste d’héroïnes. »[]

Elle coordonne son combat avec une autre militante des Droits de l’homme, Colette Lespinasse, journaliste, conférencière, humanitaire, militante des Droits de l’homme et coordinatrice de l’organisation non-gouvernementale haïtienne Groupement d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR).

A woman raised in a migrant worker camp who has fought discrimination against poor Dominicans of Haitian descent received the Robert F. Kennedy Human Rights Award on Friday.

Sonia Pierre’s activism began three decades ago at the age of 13 when she was arrested for leading a march to demand rights for sugar cane cutters. More recently her group has battled to secure education and citizenship for ethnic Haitians living in the Dominican Republic.

« I find inspiration in the life of Mr. Kennedy because I believe that our efforts and his are part of the same fight for equality and justice, » she said during the awards ceremony on Capitol Hill.

Pierre, one of 12 children raised in a one-room portion of a dirt-floor barrack, was praised as a fearless and big-hearted advocate for an oppressed minority in the Caribbean nation.

« With certitude, I can affirm that Sonia is one of the most selfless, courageous and compassionate human beings of my generation, » said Kennedy’s brother, Sen. Edward Kennedy, D-Mass. « Sonia is very near the top of my list of heroines. »

Walky Louis

An estimated 500,000 to 1 million ethnic Haitians live in the Dominican Republic, many in isolated village slums.

Haitians fleeing poverty provide cheap labor for the Dominican economy, particularly during the sugar cane harvest, Kennedy noted. Many face abuse, harsh living conditions and the constant threat of deportation, he said.

« Because of Sonia, this neglected, impoverished, downtrodden community has greater rights and greater hope for a future where equality and justice are not just ideas, but reality, » the senator said.

Pierre is the 23rd recipient of the award given in honor of the former senator, U.S. attorney general and presidential candidate who was assassinated in 1968.

Credit : Walky Louis

 

 

Références

Blog de GARR, Colette Lespinasse

Wikipedia

Washington Post

Sonia Pierre, Le Lauréat du Prix RFK

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


Warning: fopen(call.txt): failed to open stream: No such file or directory in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 115

Warning: fgets() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 117