Google

Haïti/Scandale/Spoliation: Wilson Jeudy, Le tyran de Delmas !

Written on:janvier 8, 2013
Comments
Add One

N.D.L.R.- Article paru le 7 novembre 2012 dans les colonnes du journal « Haïti Liberté », sous la plume du journaliste  J. Fatal Piard,  concernant le scandale de spoliation des terrains appartenant aux familles Placide-Vilmé/Limontas par l’actuel Agent Exécutif Intérimaire de la banlieue de Delmas (A.E.I.) , l’ex-maire, Wilson Jeudy.

 

L' Agent Exécutif Intérimaire, Wilson Jeudy (image d'archives)

Le despotisme propre au macoutisme a la vie dure diraient ceux et celles qui ont fait foi au respect des droits fondamentaux de la personne humaine. Si les masses populaires ont arrosé de leur sang le long et périlleux chemin de la lutte pour le respect de leur dignité, le tyran Wilson Jeudy ne l’entend pas de cette oreille. Dépourvu d’état d’âme, il ne se passe un jour sans qu’il porte des préjudices aux riverains de Delmas soit en violentant les étalagistes soit en les expropriant.

Profitant de ses accointances avec le pouvoir Tèt Kale, ce maire de facto a juré par tous les saints de persécuter tous les habitants de cette commune à qui il se complait à rendre la vie dure. Jean Robert Limontas, au cours d’un entretien avec le journal, ne nous a pas caché les violences physiques infligées à sa cousine Madame Surprise Placide par Wilson Jeudy et ses sbires programmés à cet effet.

« Le mercredi 31 octobre dernier, je visitais la propriété familiale à Delmas 75 comme j’ai l’habitude de le faire à chaque fois que je rentre au pays. C’est à ma grande stupéfaction   qu’un individu écumant de colère a débarqué sur le site. Accompagné de ses sbires, eux aussi écumant de rage, ils se sont jetés sur moi à bras raccourcis. L’indompté m’a sauvagement giflé sur les deux joues. Ensuite, un policier en uniforme s’est saisi de mon ipod ainsi que de mon sac à main contenant des pièces importantes», a fait savoir Madame Surprise Placide, qui six jours après porte encore les stigmates de la sauvagerie de ce Jeudy.

La victime de Wilson Jeudy intervenait le lundi 5 novembre au cours de l’émission de nouvelles de 4 heures diffusée sur Scoop FM, une station de radio qui émet depuis Pétion-Ville. Madame Placide a renchéri pour dénoncer le fait que cet imposteur fait courir le bruit qu’il est un pasteur. Ce qui l’a amené à se demander si ce titre de pasteur qu’il s’est affublé l’autorise à escamoter les biens d’autrui.

Celle qui était la proie du despotisme inqualifiable de ce tyran de Wilson Jeudy a poursuivi pour faire part à l’opinion publique du calvaire vécu sous les griffes aciérées du maire de facto de Delmas. Réagissant au témoignage émouvant de Madame Surprise Placide Vilmé, l’homme de droit bien connu Fritzo Canton a intervenu par téléphone pour étayer avec des preuves patentes les agissements inconvenants de ce Jeudy.

«Je tiens à faire part de mes félicitations à Madame Vilmé pour son courage exemplaire. C’est rare que des gens victimes de si criantes injustices soient aussi braves pour les dénoncer publiquement et avec des thèmes véridiques. Pourtant Haïti est le seul pays où les autorités sensées placées pour protéger les propriétés privées s’arrogent le droit de s’en approprier comme bon leur semblent » a soutenu Maitre Canton qui a tenu à porter à la connaissance de Jeudy que la loi n’admet l’expropriation que pour cause d’utilité publique.

« Le terrain en question appartenait à mon arrière grand-mère et ce depuis 1850. Et ma mère âgée maintenant de 89 ans en est l’actuelle propriétaire légale. Si ce Wilson Jeudy rien que sur la base de son poste, s’en est approprié aussi injustement ce n’est que sur la base de sa complicité avec le pouvoir Tèt Kale. Ironie du sort, ce Wilson Jeudy, lui aussi briguant le poste de la magistrature suprême du pays s’en prenait vertement à son rival Michel Martelly qu’il qualifiait de délinquant et d’interverti ». Ainsi, le cousin de la victime, Jean Robert Limontas a témoigné contre les actes arbitraires de ce despote qui sème la terreur à Delmas et a aussi promis de porter l’affaire par devant les plus hautes instances juridiques du pays.

L’on aurait cru que toutes les victimes de ce Wilson Jeudy s’étaient donnés rendez-vous à pareille heure sur cette même fréquence. C’est ainsi que le député des Anglais, Me Lisma Aurélus a ajouté la goutte d’eau qui allait renverser la vase de contestations :

«Je suis intervenu pour dénoncer publiquement les menées malhonnêtes de ce Wilson Jeudy qui fait tout pour persécuter les contribuables en séquestrant leur propriété privée. Dans mon bureau d’avocat, nous avons déjà reçu plus d’une quinzaine de plaintes contre le maire de facto de Delmas qui se croit autoriser à agir comme bon lui semble. Au niveau du parlement nous allons adopter des dispositions visant à freiner les menées dictatoriales de ce despote notoire ayant pour nom Wilson Jeudy », a confirmé le parlementaire.

« Je n’arrive à comprendre que le gouvernement fait appel à des investisseurs étrangers et qu’il lâche parallèlement ses sbires aux trousses des propriétaires pour les exproprier. Alors quelle garantie leur donner qu’ils ne seront pas victimes du terrorisme d’Etat de ces maires qui priorisent la délinquance municipale ?», s’est indigné Monsieur André Limontas, le cousin de la victime de Jeudy.

De toute évidence le prévenu avait droit à une réponse. Etant donné qu’il n’a pu déceler de justification appropriée pour justifier l’injustifiable, ce violateur notoire de droits humains, a tenté de ridiculiser sa victime. Au tout début, en bon aigrefin qui se croit intelligent, Jeudy a tout bonnement nié avoir rencontré sa victime. Mais croyant pouvoir jouer à l’autruche et sur insistance du présentateur, il va s’armer de toupet pour tenter de se disculper, mais en vain :

«Par coïncidence, je passais à Delmas 75 le mercredi 31 octobre dernier. J’apercevais une dame drôlement vêtue d’un pantalon blanc et d’un corsage rouge avec un bâton en main. Je croyais que c’était un « guédé ». Craignant pour la vie des riverains, et je suis allé à leur secours au cas où elle voulait les agresser. Ainsi les agents attachés à mes sécurités l’ont maitrisé, se sont saisis de son ipode et de son téléphone portable avec lesquels elle nous photographiait », a élucubré le bourreau de Madame Placide. Wilson Jeudy “pran tout moun pou makak menm jan ak li”.

Mais, l’on doit demander à ce Jeudy depuis quand les Guédés étaient-ils violents au point de déployer tout son arsenal de Gorilles pour en maitriser un seul qu’il s’est complu à gifler aussi férocement. Nous devons cependant reconnaitre que l‘objectif primordial de cet intégriste religieux qui se fait passer pour un « pasteur » consistait essentiellement à ridiculiser notre culture pour plaire à ses tuteurs de l’occident fondamentaliste.

Depuis 2006 que ce Jeudy a investi la municipalité pour un mandat de 4 ans, il s’est taillé un renommé d’escrocs, de bandit-légal de grand chemin exproprie les habitants pour satisfaire ses «ti zanmi ». «Konsa, Wilson Jeudy ap kale tèt tout moun Dèlma a yo Tèt Kale. Wilson Jeudy se chèf Tèt Kale l ap sèvi ak yo tou Tèt Kale». Alors, aux victimes de se mobiliser pour obtenir justice et réparation. « Tout bagay ki monte gen pou l desann. Alòs se pa Wilsonn Jedy ki pap ka desann ».

 

Port-au-Prince, 7 novembre 2012

 

 

 

 

 

Crédit : J. Fatal Piard/Haïti Liberté

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*