Google

Haïti/Scandale Oxfam s’excuse auprès du peuple et du gouvernement haïtiens

Written on:février 21, 2018
Comments
Add One

 

Le ministre haïtien de la Planification et de la Coopération externe, Aviol Fleurant, s’est longuement entretenu avec le directeur régional d’Oxfam pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Simon Ticehurst, ce lundi. Ces pourparlers, tenus durant plus d’une heure à la salle de conférence dudit ministère, a été l’occasion pour les deux responsables d’évoquer le scandale sexuel dans lequel sont impliqués plusieurs fonctionnaires de cette organisation. A l’issue des discussions, le directeur régional de l’ONG britannique, Simon Ticehurst, a présenté les excuses de l’institution. « Nous avons parlé au ministre. Nous exprimons notre honte et nos excuses au gouvernement et au peuple haïtiens », a-t-il déclaré.
Le haut fonctionnaire a également fait savoir que l’organisation a déjà pris plusieurs mesures pour améliorer et sécuriser leurs pratiques à l’interne. « Nous avons tenté de fournir les meilleures explications à propos de ce qui s’est produit en 2011 et nous sommes prêts à collaborer avec les autorités », a-t-il assuré.

En plus de l’audition des responsables de l’Oxfam, un projet de résolution signé par les deux parties était à l’ordre du jour. Dans un premier temps, le ministre Fleurant avait indiqué que la résolution avait été soumise et devait être cosignée après analyse d’un conseiller juridique d’Oxfam. Après une suspension et une reprise de l’audience, le titulaire du MPCE a assuré que les deux parties ont finalement signé la résolution. « Le conseiller légal d’Oxfam Alain Lemithe était là, ils ont finalement signé. Maintenant on va solliciter des rapports d’audit, des rapports financiers, successivement dans un souci de reddition des comptes, ce conformément à la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement. Le cas échéant, on entendra à nouveau le directeur régional aux fins utiles de droit et pour le bien de la République », a-t-il fait savoir.

En revanche, le conseiller juridique de l’ONG, Alain Lemithe, a indiqué qu’il n’y a pas encore de résolution signée par les deux parties. « Il s’agissait d’une audition. Nous sommes au stade de questions et de réponses. Ils veulent avoir plus d’informations sur ce qui s’était passé en 2011. On est toutefois sur le point d’obtenir une résolution puisqu’Oxfam est disposée et disponible à aider la justice à éclaircir ce dossier. Oxfam n’endosse pas les actes qui ont été commis, il les condamne. Cela ne fait pas partie de notre politique. Pour l’instant, on ne peut pas vraiment dire ce qui ressort de cette rencontre. Il y aura d’autres auditions. On aura à soumettre d’autres documents, d’autres éléments. À partir de là, le ministère prendra une décision », a-t-il indiqué. Questionné sur l’atmosphère de la rencontre, Alain Lemithe indique que c’était détendu. « On était à la recherche d’une coopération. Oxfam ne se trouve pas en confrontation avec le gouvernement. Nous sommes aux côtés des autorités pour élucider cette affaire », assure-t-il.

Par ailleurs, Aviol Fleurant a indiqué que les responsables de l’Oxfam ont clairement admis l’utilisation de prostituées dans les locaux de l’organisation en 2011. « Il y a eu une cascade de révocations et de démissions. Les autorités haïtiennes n’étaient jamais informées de ces crimes. Est-ce une obstruction à la justice ? On ne sait pas encore. Il s’agit d’une première phase. Nous allons leur écrire pour qu’ils nous envoient d’autres rapports. Parce que nous allons établir le lien entre l’aide humanitaire et la prostitution qui a eu lieu. Si ce lien est clairement établi, des mesures que de droit seront prise contre Oxfam », menace-t-il, soulignant toutefois que pour le moment, on ne peut que s’en tenir à une responsabilité pénale individuelle.

Credit: Jean Daniel Sénat/LN

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*