Dallas Cowboys Authentic Jersey  Haiti/Société: L’affaire du Dr Frantz Bijoux, quand la victime devient bourreau. | CANAL+HAITI
Google

Haiti/Société: L’affaire du Dr Frantz Bijoux, quand la victime devient bourreau.

Written on:mars 26, 2014
Comments
Add One

P1330377Un simple accident de la route, le samedi 21 décembre 2013 et le drame d’un médecin de renom va commencer et l’espoir de toute une famille basculer. IL est écrit dans la Bible le livre des Proverbes: « La justice élève une nation, mais le péché est la honte des peuples ». « Tant vaut l’école tant vaut la nation ». Tout ceci pour illustrer l’histoire d’un homme que la mort ne voulait pas de sitôt .Le destin allait le mettre sur le parcours d’un jeune couple au volant d’une jeep.

Les faits comme si vous y étiez.

Nous citons ici les propos du Dr Frantz Bijoux, un homme meurtri dans l’âme qui doit de toute manière continuer à vivre et apporter un soutien moral à sa famille qu’il affectionne tant et doit faire face à tout, immobilisé depuis plus de 3 mois.

Chronologie de l’histoire: Samedi 21 décembre 2013 aux environs de 8h30 du matin.

Dr Frantz Bijoux pilotait sa motocross Honda 650 XR. Heurté violemment par une 4×4 Toyota Land Cruiser, une jeune femme au volant et un passager à bord, il eut la jambe gauche broyée.

Le passager de droite se fait passer pour le conducteur. Il change de place avec la conductrice et tente de prendre la fuite en disant avec suffisance « tout le monde me connaît, on sait où me trouver ». Sur la pression d’un Policier en civil arrivé sur les lieux pour porter assistance, il ne put partir avec le véhicule impliqué dans l’accident. Le couple fut conduit au Commissariat de Port-au-Prince. Le docteur Frantz Bijoux fut transporté sur une civière, à l’arrière d’un pick-up d’un de ses patients aussi sur les lieux, avec l’aide d’un de ses confrères bien connu et des brancardiers et une infirmière du centre hospitalier Saint-Esprit à la rue Capois. (L’hôpital le plus proche d’où revenait le docteur Bijoux tout juste avant son accident).

Environ deux heures plus tard, trois hommes se présentent à la salle de radiographie ou il se trouvait, sans l’autorisation des médecins, pour l’auditionner et l’obliger à faire des aveux… Ils annoncent qu’ils : » veulent régler cela vite ». Son avocat non encore sur place, il refuse de parler. Et, ces hommes dont deux se sont présentés comme étant le père et l’avocat de la conductrice en utilisant le nom d’un avocat bien connu de la place, membre de l’Ordre des avocats, et l’autre comme étant un juge de paix, ont été expulsés pour faire cesser ce qui s’apparente en tout point à de l’intimidation.

En début de soirée, la famille Bijoux apprend que le couple impliqué dans l’accident avait été libéré, et le véhicule, corps du délit, remis en circulation sur ordre d’une autorité judiciaire. Heureusement, les démarches auprès de l’Office d’Assurance des Véhicules Contre Tiers (OAVCT), entamées dès le jour de l’accident, ont pu être poursuivies 2 jours après, le lundi 23 décembre.

Et, l’OAVCT a pu dépêcher selon les règles un inspecteur à l’hôpital pour recueillir la déposition de l’accidenté qui était bel et bien immobilisé avec un tibia complètement broyé sauvé par des confrères compétents après environ 7h en SOP (Salle d’Opération), une greffe osseuse, et l’installation d’un fixateur externe.

31 Décembre 2013 : Lancement d’un avis de recherche contre le véhicule de marque TOYOTA impliqué dans l’accident. En effet, l’OAVCT devait faire le malheureux constat que les numéros de téléphone et adresses données étaient fausses.

3 janvier 2014 : Requête au parquet de Port-au-Prince contre les auteurs de l’infraction et pour permettre à la police de pouvoir récupérer le véhicule là où il était gardé. En effet, stationné sur le parking d’un cabinet d’avocats, le véhicule devient alors intouchable! Et c’est la loi. Néanmoins, cette démarche fut vaine dans la mesure où on eut le temps de le faire disparaître encore une fois.

7 janvier 2014 : Requête au parquet de Port-au-Prince pour récupérer la moto. Ce qui fut fait avec peine malgré le document légal émis par les autorités judiciaires. Il faut rappeler que le corps du délit, l’arme du crime, la Toyota Land cruiser avait été remis en circulation le soir même de l’accident.

14 février 2014 : Exécution d’un mandat d’amené contre le couple impliqué dans l’accident, la conductrice ainsi que son passager, qui s’évertue à dire que c’est lui qui était au volant malgré les déclarations de la victime et des témoins.

Il est intéressant de noter que, selon le Dr Bijoux, ces deux citoyens, après avoir failli tuer un homme, pris le temps de faire toutes sortes de fausses déclarations et ne s’être jamais présentés auprès de la victime, même pour des excuses, ont eu le sang froid de se présenter devant un prêtre et recevoir la bénédiction pour leur mariage la même semaine.

17 Février 2014 : Présentation au parquet des occupants du véhicule 4×4 où les avocats ont pu exiger que l’on sorte le véhicule de sa cachette.

19 février 2014 : Les prévenus ont été relaxés sans aucun signe d’entente, ni palabre avec les avocats de la victime, ni aucun désistement de la part des plaignants.

Nous avons cités les propos que nous a communiqué le Dr Frantz Bijoux et son cabinet d’avocats afin d’être édifié sur l’institution judiciaire haïtienne qui dit-on est indépendante, impartiale et délivre justice à qui de droit. Quelle ironie !

Il est un fait important à signaler : la Justice que l’on prône, agira-t-elle en toute équité, celle qui souhaite faire démarrer ce pays et rendre pérenne la loyauté.
Parler de démocratie ne demeure que dans l’imaginaire, le respect des valeurs, des normes établies… L’abus de pouvoir semble bien réel…

3 mois après, la route semble encore très longue. Les hommes de loi se battent contre un système qu’ils peinent à défendre au quotidien.

Dr Frantz Bijoux et sa famille doivent vivre bon gré malgré, heureusement la chance de retrouver l’usage de son pied gauche augmente de jour en jour.
Que dire à la population?

Un peuple en quête de justice! L’est-elle pour tous…
Qu’elle image a-t-on de l’estime de soi en Haïti?
Comment se sent-on lorsque l’on nie ses responsabilités dans des situations aussi graves, aussi accablantes et vitales ?
Etre chef, posséder le pouvoir… Où tout cela nous mène t-il ?

 

 

Crédit: Peterson Hercule, Journaliste-Reporter/Presscaraïbes.

 

One Comment add one

  1. Sanon says:

    C’est vraiment malheureux et ça fait pitié.
    Ça pousse les gens à faire justice eux même.
    Si le docteur était mort sa famille n’aurait eu
    de choix que le venger illégalement.
    L’injustice pousse aux crimes.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Kenny Britt Jersey