Google

Haïti/Sud-Sud: Discours de la Ministre Eunide Innocent, au Forum Crans Montana Maroc-2018.

Written on:mars 24, 2018
Comments
Add One

Mme Eunide Innocent, Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes, au Forum Crans Montana à Dakhla, Mar oc

MINISTERE A LA CONDITION FEMININE ET AUX DROITS DES FEMMES MCFDF FORUM DE CRANS MONTANA SUR L’AFRIQUE ET LA COOPÉRATION SUD-SUD Du 15 au 20 mars 2018 Dakhla (Royaume du Maroc) « L’ÉMANCIPATION DES FEMMES DANS LES CADRES POLITIQUE ET ECONOMIQUE »

 INTERVENTION DE LA MINISTRE EUNIDE INNOCENT

 Mesdames, Messieurs de la Fondation Phosboucraa,

 Mesdames, Messieurs les représentantes et représentants d’organisations internationales et régionales,

 Mesdames, Messieurs les représentantes et représentants des États du monde

  Distingués invités,

 

La République d’Haïti, un État du continent américain et de la Caraïbe francophone, une partie de l’Afrique  en terre lointaine, par mon organe se félicite de sa participation à cette Quatrième Édition du Forum de Crans Montana sur l’Afrique et la Coopération Sud-Sud sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

 Ce forum qui regroupe plusieurs représentants et représentantes d’États et d’organisations venant de différents continents du globe, démontre que les nations au-delà de leur différence d’histoire, de langue, de race, de culture et voire d’antécédents de conflits ou de passés douloureux pour certaines, sont surs. Car leurs préoccupations pour leur propre survie et celle de l’humanité, sont multiples et communes à toutes, en témoigne notre présence ici et de la diversité des thématiques de ce forum dont une est matricielle et transversale aux autres : « L’émancipation des femmes dans les cadres politique et économique ».

 Mesdames, Messieurs,

 Les dernières décennies du 20ème siècle et la toute première du 21ème sont marquées par un accroissement à l’échelle quasi planétaire de la lutte et de l’engagement pour l’émancipation des femmes notamment par des plaidoyers pour leur participation dans les processus décisionnels au plus haut niveau des pouvoirs de l’État et des politiques visant à accroitre leur autonomisation économique. Pourtant, les femmes comme celles de mon pays continuent de faire face aux méfaits et conséquences néfastes des stéréotypes sexistes sociohistoriques et culturels s’érigeant en obstacles majeurs à leur épanouissement.

 A vrai dire beaucoup d’efforts ont été déployés et de résultats significatifs obtenus par l’implication des institutions internationales, régionales et subrégionales pour promouvoir et garantir l’autonomisation des femmes dans les cadres politique et économique à travers des fora et l’engagement des États qui se veulent sensibles à l’émancipation des femmes en signant et/ou ratifiant les conventions internationales et régionales relatives aux droits des femmes.

 Malgré que le chemin pour arriver à l’égalité femmes-hommes, est long à parcourir, le continent africain devrait s’enorgueillir en matière d’émancipation politique des femmes d’avoir la République du Wanda en tête du monde avec 64 % de sièges occupés par des femmes. Ensuite, viennent le Sénégal, les Seychelles et l’Afrique du Sud en comptent plus de 40 % chacun, et le Mozambique, l’Angola, la Tanzanie et l’Ouganda les talonnent, 35 % des sièges parlementaires étant occupés par des femmes. Par contre l’autonomisation économique des femmes demeure non pas seulement pour le continent africain, mais pour le monde à l’exception faite des pays scandinaves du continent européen comme la Norvège et la Suède, un enjeu et un défi de tailles puisqu’il s’agit de l’accès aux ressources et aux moyens de production pouvant générer la richesse encore la chasse gardée des hommes.

 Les avancées dans mon pays sont très timides, seulement une femme au Sénat et quatre à la Chambre des Députés, mais le gouvernement dans lequel je siège comme Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes, se montre de plus en plus sensible à l’émancipation des femmes sur tous les plans, et déterminé à travers le ministère que je dirige à définir et à mettre en œuvre des politiques visant à renforcer les acquis et à aller de l’avant. Il s’agit de renforcer comme acquis le droit de vote conquis depuis 1950, le principe du quota de 30% de femmes à tous les niveaux de la vie nationale reconnu par la constitution amendée de 2012, les politiques incitatives à la participation politique des femmes de la loi électorale et d’avancer en termes de perspective vers la proposition de législations favorisant l’entreprenariat féminin, l’accès au crédit et l’encadrement des femmes dans les milieux ruraux et urbains.

 Je dois vous rappeler que l’état haïtien a adopté depuis 2014 la politique d’égalité femmes-hommes sous le gouvernement MARTELLY-PAUL. L’actuel Président , son Excellence Jovenel MOÏSE a promis lors de son investiture de mettre HAÏTI sous les rails du développement en faisant de cette politique d’égalité un axe important dans son gouvernement.

 Mesdames, Messieurs,

 L’engagement des États, des organisations internationales, régionales et « subrégionales, la mobilisation des organisations de la société civile et surtout la combativité sans relâche des mouvements et leaders féministes pour l’autonomisation des femmes dans les cadres politique et économique des femmes, sont la voie la plus sûre vers l’égalité femmes-hommes, la seule pouvant conduire à la « dé-masculinisation » des espaces décisionnels et à la ‘dé-féminisation » de la pauvreté extrême.

  Promouvoir et garantir ainsi l’autonomisation politique et économique des femmes, sont la voie la plus sûre vers l’égalité femmes-hommes, la seule pouvant conduire à la « dé-masculinisation » des espaces décisionnels et à la « dé-féminisation » de la pauvreté extrême.

 Promouvoir et garantir ainsi l’autonomisation politique et économique des femmes, c’est travailler à la construction de la cohésion sociale, de la stabilité politique et de la paix dans les sociétés et les États du monde.

 Promouvoir et garantir ainsi l’autonomisation politique et économique des femmes, c’est freiner le risque de déshumanisation de l’humanité ; c’est d’œuvrer ensemble et sans frontière aucune de continent, de territoire, sans discrimination de toutes sortes, à l’émergence d’une nouvelle humanité pour l’humanité en ce 21ème siècle dont la Coopération Sud-Sud pourrait y servir de catalyseur.

 

 

Merci !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


Warning: fopen(call.txt): failed to open stream: No such file or directory in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 115

Warning: fgets() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/content/77/7635177/html/canalplushaiti/wp-content/plugins/g-translate/g-translate.php on line 117