Google

Haïti/Technologie: La presse haïtienne parle de tout, sauf d’elle-même, passage au numérique, compte à rebours !

Written on:mars 18, 2015
Comments
Add One
Crédit:AFD

Crédit:AFD

15 MARS-15 JUIN 2015, PASSAGE AU NUMERIQUE DANS LE DOMAINE AUDIOVISUEL, LE COMPTE A REBOURS COMMENCE:

LA PRESSE HAITIENNE PARLE DE TOUT
SAUF D’ELLE MEME…

On est le dimanche 15 mars 2015, soit à exactement trois mois (3) mois du fameux 15 juin 2015, (un lundi 15 juin 2015) qui représente la date butoir pour la passation au Numérique dans le domaine de l’audiovisuel dans le monde.

Certains disent 15 juin, d’autres disent plutôt 17 juin 2015. Importe peu, 15 juin ou 17 juin (date officielle) . Ce qui est sûr, c’est qu’à partir du 15 juin, c’est désormais une affaire d’heures. Une toute petite affaire de 48 heures pour que toutes les télévisions du monde , surtout celles fonctionnant en UHF, s’alignent dans la technologie numérique tel qu’imposé par l’OIT…Un expert africain s’adressant à son pays, eut à déclarer et je cite « VOUS NE POUVEZ PLUS EMETTRE EN UHF CE SERA IMPOSSIBLE , LE 17 JUIN 2015 ». Bref.

Je ne sais qui parlait de drones (waou) et de technologies, récemment, dans un débat sur la couverture médiatique au carnaval haïtien de février dernier, pour montrer, pour argumenter que nos télévisions en Haïti, font des progrès et sont désormais à l’avant garde, à l’avant pointe de la technologie. He ben, mon ami…Voila, on y est cette fois, ou l’on disparait. Avant ou sans nos drones. To be or not to be. C’est l’OIT (l’Organisation Internationale des Télécommunications) qui fait ses/ces exigences.

Mais, Seigneur, ou est ce que l’OIT sort- elle cette affaire de numérique. C’est simple, disons entre autres, que l’OIT, au delà des pays qui étaient déjà en numérique bien avant 2006, applique ici une recommandation issue de la conférence de Genève de 2006 au cours de laquelle, tous les pays (J’imagine Haïti aussi, il est un pays…) ont décidé ensemble du passage de l’analogique au numérique. Parce que d’après les discussions de cette conférence de Genève, les fréquences se font rares. Waou…Entre temps, des séminaires ont été organisés pour tous ces pays du monde afin de maitriser ce concept de numérique. Ainsi que son implication pour l’audiovisuel en général qui entre bientôt dans une ère nouvelle.

C’est ainsi le 17 juin 2015, la date du « SWITCH OFF » pour les televisions en particulier, pour l’audiovisuel en général. Qui dit « Switch Off » en radio ou en télévision. Le jargon est clair, on « ARRETE », On éteint. Le cadran. L’écran devient tout noir, comme par la magie du mot, « switch off », pardon, des mots…Ho ho. Pas tout à fait vrai, cela, je caricature ici.

D’abord, Haïti par exemple, peut tout toujours marronner, ou mentir comme nos dirigeants savent traditionnellement si bien le faire. Nos élites aussi. En passant, regarde…nos patrons de presse , (ANMH, AMIH, AJH, RNDDH, tous les H, et autres medias non alignes) entre nous, s’amusent à parler de tout à la radio, à la télé, Ils parlent de Duvalier, de Aristide, de Martelly, de Préval, ils parlent de liberté de la presse, de bonbons sirop et de chats chauds, Mais jamais de ce qui va se passer avec ce juin 2015, leur existence même, leur avenir même, leur avenir propre, leur destin, 17 juin, date-repère important (e) dans l’histoire de l’audiovisuel à travers le monde et… chez nous . Un pays comme le Benin, autre exemple, a déjà demandé un sursis pour 2020, sursis seulement pour ses télévisions en VHF…Au lieu de plumer la poule et de l’empêcher de crier, faisons un petit ouf avec le Benin, nos ancêtres d’ailleurs, N’est ce pas.

Le CONATEL (Conseil national des télécommunications) chez nous, en Haïti, vous dira par pudeur ou par peur, que le numérique est une question de qualité de sons, de qualité d’images. Et autres bla bla bla. Tandis d’aucuns savent, en outre, que la transition vers le numérique est TOUTE AUTRE CHOSE de moins prosaïque. C’est un facteur qui empêchera la multiplication des chaines de télévisions fonctionnant en dehors des NORMES. C’est également, une façon d’empêcher les différentes chaines de télévision de faire le piratage…Wi foot. Le hic c’est cela. Normes et Piratage. Je comprends maintenant pourquoi en Haïti, on fait, la presse fait, du NUMERIQUE, carrément, un sujet tabou. Comme si en faisant silence sur le sujet, le numérique n’arrivera jamais à nos portes. La date du 15 juin, pardon, du 17 juin 2015 sera ainsi conspuée…Qu’on l’enlève donc de l’almanach de 2015, une fois pour toutes, cette foute date butoir de l’OIT.

Pire, on se fout de ma gueule. J’ai lu dans un article du Nouvelliste une fois, question de mémoire, que déjà, en 2005, je crois, le Conatel avait prévenu que le cadran était saturé, il n’y avait plus de fréquences télé disponibles. Right. Puis je lis toujours dans le même Nouvelliste (date plus récente cette fois), que le Conatel avant 2010, avant le terrible séisme de janvier 2010, avance le chiffre 33 chaines de télévision en UHF, et de 7 chaines en VHF, parlant de l’aire métropolitaine. Mais récemment, j’ai eu aussi le chiffre de 112 chaines de télévisions fonctionnant à travers le pays contre près de 500 radios. Une augmentation dans le milieu télévisuel surtout, ressentie paradoxalement durant ces 3 dernières années, comme une vraie course contre la montre, et comme si de rien n’était…

En juillet 2012, le DG actuel du Conatel avait annonce à l’Université Roi de Limonade au cours de je ne sais quel séminaire, que le numérique serait une réalité en Haïti dans les délais de trois 3 ans qui restaient à cette date du 12 et du 13 juillet 2012, Un article du Nouvelliste date du 16 juillet 2012, relate vaguement en ces termes le Conatel annonce pour moins de trois 3 ans, la concrétisation de ce projet chez nous…On en sommes nous en ce dimanche 15 mars 2015, à 3 mois de la date butoir du 15 juin 2015 de l’OIT.

Quels sont les grands modèles TECHNIQUE, JURIDIQUE ET ECONOMIQUE, retenus pour notre passation vers le numérique, à nous en Haïti. Comment poser la question infrastructurelle liée au passage vers le numérique. La question commerciale. La question de la formation. Le paysan a- t- il demandé à passer au numérique. Y aura t -il de la télévision pour lui ou non quand on sait que les signaux de télévision seront automatiquement payants à moins que l’état décide d’accompagner le consommateur en général , le paysan en particulier. En amont, le cout du numérique étant énorme, qu’est ce qui est prévu en aval par rapport au consommateur qui devra avoir un décodeur pour capter le numérique. Qui aura ce décodeur , qui ne l’aura pas . Des pays ont mis 20 ans pour passer au numérique, combien de temps mettra Haïti, entre ce 15 mars 2015 et ce 15 juin 2015. Le cout de production numérique de la TNH ayant été évalué en 2011, 2012, à 12 millions de dollars , par des experts français qui ont accompagné d’autres pays africains et européens, en ce sens, 12 millions de dollars, sans le système de retransmission et autres dépenses connexes. Enfin, quel sera le poids du chômage dans ce secteur audiovisuel avec le numérique. Quelle vérité a-t-on dit. Bref.

La presse chez nous a acquis, à force de luttes parfois mortelles, entre le 7 février 1986 et ce dimanche 15 mars 2015, une telle liberté d’expression qu’aujourd’hui elle en arrive à pouvoir parler de tout sans problème. Pourquoi ce silence autour du NUMERIQUE à venir. Pourquoi…

 

Crédit : Pradel Henriquez/CANAL+HAITI

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*