Google

Haïti/USA/Politique: Modification potentielle du calendrier électoral, selon Thomas Adams.

Written on:mai 22, 2015
Comments
Add One
Thomas C. Adams (Image: Courtoisie US Department of State)

Thomas C. Adams (Image: Courtoisie US Department of State)

Le conseiller spécial du département d’état américain pour Haïti, Thomas Adams, a jugé mercredi opportune une modification du calendrier relative aux élections législatives, municipales, locales et présidentielles  annoncées pour avant la fin de l’année 2015 dans le pays.

Il est prévu, en effet, des élections à 3 tours, cette année. Ce calendrier  suscite donc des inquiétudes de la part de plusieurs secteurs de la société qui estiment qu’Haïti n’a pas les moyens financiers suffisants pour y faire face. Thomas Adams qui s’entretenait avec un groupe de journalistes haïtiens qui séjournent à Washington, dont Kendi Zidor, Directeur de l’Information à Radio Solidarité, a dit comprendre le sens des préoccupations exprimées à ce sujet. Il a cependant affirmé que ce sont les Haïtiens qui ont le dernier mot, avant de souligner qu’une telle décision permettrait d’économiser environ 30 millions de dollars et donnerait au CEP un peu plus de temps pour préparer les opérations électorales.

 M. Adams s’est déclaré toutefois  convaincu que les élections auront lieu, coûte que coûte, cette année, et a rappelé que son pays contribue financièrement à la réussite du processus.

 Réagissant par ailleurs, sur la lenteur qui  caractérise  la reconstruction d’Haïti, après le séisme dévastateur  ayant frappé le pays, le 12 janvier 2010, M. Adams estime qu’elle   est imputable à un manque de coordination de l’aide étrangère sur le terrain.

Le conseiller spécial du département d’état américain estime cependant  que des progrès ont été réalisés dans la situation globale du pays, au cours des années post-séisme.

 Il a fait savoir que si plusieurs projets financés par les Etats Unis tardent à être réalisés, c’est en raison notamment de conflits terriens. Il a cité, à titre d’exemple, la construction d’une prison pour femmes à Port-au-Prince, qui n’est toujours pas achevée.

 Thomas Adams soutient que le taux de croissance annuelle de 3 à 4%  que connait le pays, n’est pas suffisant pour l’aider à éradiquer la pauvreté.

Avec de bonnes décisions économiques, Haïti mettra environ 25 ans pour atteindre un niveau moyen pareil à celui de la République dominicaine voisine, a-t-il indiqué.

 Le conseiller spécial du Département d’Etat américain  pour Haïti juge opportune, une modification du calendrier électoral :  Thomas Adams  estime par ailleurs que la lenteur qui caractérise la reconstruction d’Haïti est imputable à un manque de coordination de l’aide étrangère sur le terrain.

    Crédit: CANAL+HAITI avec AHP

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*