Google

Les réflexions de Djeanane-4: Les femmes Haïtiennes et notre Bicolore

Written on:mai 16, 2017
Comments
Add One

Le « Réseau CANAL+HAITI » s`est toujours fait le devoir de mettre la femme Haïtienne en évidence dans son programme « Hommage à la femme Haïtienne«  et c`est dans cet ordre d`idées qu`aujourd`hui j`écris ce texte.

           Depuis la nuit des temps quand nous parlons de notre cher bicolore, nous avons toujours tendance à imaginer nos vaillants guerriers sur les champs de bataille en train d`affronter courageusement l`ennemi. Nous oublions trop souvent celles qui, dans l`ombre, ont également participé à notre libération. Je tiens à rappeler, en ce jour, à tout un chacun, le rôle déterminant joué par ces épouses, ces mères, ces sœurs d`esclaves, d`affranchis et de petits blancs qui tenaient coûte que coûte à rompre les chaines de l`esclavage. Elles aussi ont droit à un hommage bien mérité. En effet, leur détermination et leur courage n`ont-ils pas insufflé aux hommes la volonté de se rebeller contre l`asservissement? Elles nourrissaient en eux la soif de la révolte. En pleine guerre, elles ne manquaient jamais l`occasion de leur remonter le moral sur les champs de bataille, leur apportant à boire et à manger et leur disant des mots d`encouragement. Tandis que nos hommes essuyaient les feux nourris de l`adversaire, le cœur déjà meurtri de ces femmes courageuses et intrépides saignait à la pensée de ceux qui tombaient. Angoissées, elles n`hésitaient pas à se jeter dans la mêlée pour aller porter secours à nos blessés. Aujourd`hui, nous nous devons de citer  les noms de Marie-Jeanne, Claire-Heureuse, Henriette Saint-Marc, Catherine Flon, Défilée La Folle afin de les camper en ce 214e anniversaire de notre drapeau aux côtés de nos héros. Pas une statue n`a été érigée en leur honneur sur la place des héros, exceptée celle de Catherine Flon, qui est réappropriée par le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), ce mardi 16 Mai 2017, aux « Champs-de-Mars »???!!! Pourtant elles étaient toutes présentes, actives, leur pouls battant au rythme des coups de canon. Ces femmes de 1803 se serraient les coudes, unissaient leurs efforts pour assister nos combattants, peu leur importait leur couleur et leur rang social en ces durs instants. Elles avaient un idéal commun : la victoire sur le camp adverse. C`est cette leçon que nous avons à tirer de ces femmes célèbres et que nous n`arrivons toujours pas à réaliser 214 ans après : l`unité de toutes les forces vives de la nation face à la déchéance sociale et à l`instabilité économique qui bouleversent notre Nation. Nous autres, femmes de 2017, devons pouvoir nous unir  en faisant abstraction de nos appartenances politiques, de notre classe sociale pour, dans un coude à coude fraternel, montrer aux hommes la voie à suivre, car nous aspirons toutes à vivre dans une Haïti régénérée qui permettra à nos enfants de s`épanouir sans avoir à immigrer pour assurer leur avenir. Nous devons abolir la dictature et la tyrannie, forme d`esclavage morale, et devons pousser les hommes à mettre de côté leurs ambitions personnelles et leur rancune afin qu`ils s`entendent pour aboutir à une solution qui ne lésera qui que ce soit.

            Animées de la même volonté impavide de ces femmes de 1803 mais avec en plus un esprit déterminé, les Haïtiennes actuelles  sont décidées à renouveler la geste de nos héros pour obtenir satisfaction. A la manière de Capois-La-mort, elles brandissent la bannière du féminisme car elles ne veulent plus jamais être des soumises ni avoir à élever leurs enfants dans un pays miné par l`avidité de dirigeants corrompus et immoraux.   Croyez-moi, elles atteindront leur but car ce que femme veut Dieu le veut.

Crédit: Djeanane Arty avec CANAL+HAITI ONLINE NEWS & DIASPORAMA-HAITI

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*