Google

Népal/Séisme/Dernier bilan: Le séisme au Népal a fait plus de 7 000 victimes.

Written on:mai 4, 2015
Comments
Add One

epicentre-du-seismeLe puissant séisme survenu le 25 avril au Népal a fait plus de 7 000 morts et des milliers de blessés, selon un nouveau bilan provisoire communiqué dimanche 3 mai par le Centre national des opérations d’urgence.

Précisément 7 200 personnes environ ont péri à ce jour et 14 000 autres ont été blessées dans le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé le pays himalayen. Des chiffres qui « devraient s’aggraver », selon un responsable de l’agence gouvernementale.

Le ministre des finances népalais a également insisté sur le fait que « le bilan humain définitif sera beaucoup plus élevé ». « Il reste des villages que nous n’avons pas encore pu atteindre, mais où nous savons que toutes les maisons ont été détruites », a-t-il expliqué, soulignant que les répliques étaient « incessantes ».

Plus d’une centaine de personnes ont par ailleurs trouvé la mort dans la catastrophe en Chine et en Inde. Plus d’une semaine après le séisme, le gouvernement népalais a annoncé samedi ne plus croire en la possibilité de retrouver des survivants dans les décombres, et les secours se concentrent sur les populations coupées du monde dans les régions les plus durement touchées par la secousse.

De nombreux Népalais dorment à la belle étoile depuis le jour du séisme, et les rescapés ont peur de regagner leur logis en raison des violentes répliques. Des tentes ont été dressées dans le stade principal de la capitale Katmandou ainsi que sur le parcours de golf de la ville, une promiscuité qui fait craindre aux autorités le développement d’épidémies.

La priorité est d’assurer des abris avant que la mousson, qui doit commencer dans les semaines à venir, ne s’ajoute aux difficultés déjà rencontrées pour distribuer l’aide humanitaire. Une partie des secours destinés aux survivants peine à arriver car elle est bloquée sur le seul aéroport international, où les services des douanes sont débordés.

Au milieu de la dévastation, un survivant de 101 ans

Alors que des régions dévastées du Népal restaient toujours inaccessibles dimanche, huit jours après le séisme qui a fait au moins 7.200 morts, un survivant de 101 ans a été extrait des décombres de sa maison par les sauveteurs.

Seulement légèrement blessé, le centenaire Funchu Tamang a été tiré samedi hors des ruines de son habitation dans le district de Nuwakot, au nord-ouest de Katmandou, et transporté à l’hôpital, a annoncé dimanche la police.

Par ailleurs, des agences d’alpinisme ont annoncé dimanche qu’elles annulaient leurs expéditions de printemps sur l’Everest, pour la seconde année consécutive, après l’avalanche déclenchée par le séisme qui a tué 18 sherpas et alpinistes le 25 avril.

« Avec les répliques et les secousses actuelles, nous ne pouvons pas continuer les expéditions », a déclaré à l’AFP Dawa Steven Sherpa de l’agence Asian Trekkers. « Il n’y a de toute façon plus rien en place pour les alpinistes.. plus de cordes ou d’échelles… Il est inutile de continuer la saison ».

L’agence américaine International Mountain Guides et son homologue népalaise Seven Summits ont exprimé des inquiétudes similaires, tandis que le leader du marché Himex a indiqué avoir annulé ses expéditions en cours.

Le plus haut sommet du monde avait fait l’objet d’une fermeture totale inédite en 2014 après qu’une avalanche meurtrière avait coûté la vie à 16 sherpas népalais. Aucune mesure similaire pour cette saison n’a pour l’instant été prononcée.

Au moins 7.250 personnes ont péri et plus de 14.000 ont été blessées dans le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé le Népal le 25 avril, dévastant sa capitale Katmandou et les régions de l’épicentre à 70 kilomètres de là.

Un responsable du Centre national des opérations d’urgence a indiqué dimanche que le bilan humain allait « s’aggraver », tandis que le ministre des Finances prévenait que le chiffre définitif « sera beaucoup plus élevé ».

« Il reste des villages que nous n’avons pas encore pu atteindre, mais où nous savons que toutes les maisons ont été détruites », a expliqué Ram Sharan Mahat, soulignant que les répliques du séisme étaient « incessantes ».

Selon la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCR), « certaines villes et des villages dans les districts les plus durement touchés près de l’épicentre ont connu une dévastation presque totale ».

Or l’accès à ces zones reste très difficile. Les gravats, l’altitude et la météo réduisent les possibilités d’atterrissage pour les hélicoptères, et les routes sont presque toutes impraticables.

Plus d’une semaine après la secousse, les autorités népalaises n’ont quasiment plus d’espoir de retrouver des rescapés dans les décombres. Des centaines de personnes sont toujours portées manquantes.

– Aide américaine –

L’Unicef a exhorté à tout mettre en œuvre pour éviter l’émergence d’épidémies dans les zones les plus touchées, à quelques semaines de la mousson.

« Les hôpitaux sont débordés, l’eau est rare, des corps sont toujours ensevelis sous les gravats et des gens continuent de dormir dehors. C’est un terrain parfait pour la prolifération de maladies », a dit Rownad Khan, adjoint au représentant de l’organisme spécialisé de l’ONU pour l’enfance.

Des avions chargés de vivres et d’équipements affluent Sur le petit aéroport de Katmandou en provenance du monde entier.

L’aide humanitaire devrait être stimulée par l’arrivée dimanche dans la soirée à Katmandou d’un avion de transport militaire américain C-17 et de quatre hélicoptères Ospreys à rotors basculants.

« Ils vont faire une différence immédiate », a déclaré le général de brigade américain Paul Kennedy.

« Nous avons des équipes de recherche et de secours attendant de pouvoir se rendre dans les zones reculées, nous avons du matériel humanitaire, notamment des abris », a-t-il ajouté.

La patronne des opérations humanitaires de l’ONU Valerie Amos a regretté les lenteurs de l’administration népalaise pour effectuer le dédouanement de l’aide humanitaire étrangère et indiqué avoir demandé au Premier ministre Sushil Koirala d’alléger les formalités.

Le directeur de l’aéroport de Katmandou a fait valoir que de gros porteurs avaient été interdits d’atterrir de crainte que l’unique piste ne soit endommagée et ne puisse supporter leur poids. « Tout avion dépassant un poids total de 196 tonnes ne sera pas autorisé à se poser à l’aéroport de Katmandou », a expliqué Prasad Shrestha à l’AFP.

« Il n’y a pas de fissures visibles sur la piste, mais les répliques ont été si nombreuses que nous devons prendre des précautions », a-t-il ajouté.

 

Credit:CANAL+HAITI avec AFP et Reuters

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*