Google

Paternité/Santé: La paternité tardive comporte des risques graves.

Written on:août 23, 2012
Comments
Add One

D’après une étude islandaise, les enfants de pères âgés ont plus de risques d’être autistes ou schizophrènes. Explications.

Une paternité tardive augmente le risque de voir se développer des troubles autistiques ou une schizophrénie chez son enfant, selon une étude qui avance pour la première fois des explications sur le mécanisme en cause. Selon l’étude publiée par la revue scientifique britannique Nature, les mutations génétiques spontanées (non héritées des parents), dont certaines passent pour être impliquées dans ces maladies, augmentent en effet rapidement avec l’âge du père à la conception. Les mutations spontanées (ou de novo) sont l’une des causes principales de l’évolution des espèces, mais elles peuvent également générer diverses maladies.

Pour évaluer l’importance des mutations, la chercheuse islandaise Augustine Kong et ses collègues ont étudié le génome de 78 enfants atteints de troubles autistiques et de schizophrénie et de leurs deux parents. Ils ont découvert que la majorité des mutations spontanées retrouvées chez l’enfant provenaient du génome transmis par le père et que l’âge de ce dernier, lors de la procréation, jouait un rôle primordial dans leur augmentation. Chaque année supplémentaire du père à la conception se traduit par deux mutations spontanées supplémentaires, soit un taux de mutations paternelles qui augmente de 4,28 % par an.

Deux fois plus de mutations

Pour résumer, explique Kari Steffansson, l’un des auteurs de l’étude, « un père âgé de 40 ans transmet deux fois plus de mutations à son enfant qu’un père âgé de 20 ans », ce qui peut être « une bonne chose » pour la « diversité » mais pas lorsqu’il s’agit de mutations entraînant des maladies génétiques. Des études épidémiologiques avaient déjà établi un lien statistique entre l’âge du père à la conception et le risque d’autisme et de schizophrénie, tandis que d’autres études avaient lié ces maladies à certaines mutations génétiques.

Interrogé, Kari Stefansson a estimé qu’une « part substantielle » des nouveaux cas d’autisme diagnostiqués ces dernières années pouvait être liée à l’âge des pères à la conception qui, après avoir baissé jusque dans les années 70, a recommencé à augmenter depuis. « Prélever le sperme de jeunes hommes adultes et le congeler pour pouvoir l’utiliser plus tard pourrait être une solution individuelle avisée », ajoute pour sa part Alexey Kondrashov, de l’Université du Michigan dans un commentaire.

Credits: LP

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*