Google

Suisse/Haïti/Marche de l’espoir: Les Genevois marchent pour les enfants d’Haïti.

Written on:octobre 14, 2012
Comments
Add One
Genève, Suisse, ce dimanche 14 octobre 2012. Départ de la traditionelle Marche de l'Espoir. (Crédit photo: Magali Girardin)

Genève, Suisse, ce dimanche 14 octobre 2012. Départ de la traditionelle Marche de l'Espoir. (Crédit photo: Magali Girardin)

«Anaïse a vu ses parents mourir lors du tremblement de terre en Haïti en 2010.» L’histoire a frappé Caroline, dix ans, et l’a décidée à participer à la Marche de l’espoir. «C’est très important de se mobiliser pour l’avenir d’enfants qui n’ont pas les mêmes chances que ceux d’ici», déclare sa marraine, Christine Sturdza. Comme elles, des milliers de participants ont choisi de consacrer quelques heures de leur dimanche à une promenade sympathique dont les bénéfices seront reversés par Terre des Hommes Suisse à des enfants défavorisés en Haïti.

Rose, orange, vert, violet, jaune et blanc: des milliers de ballons s’envolent au-dessus du quai du Mont-Blanc. Gouttes de couleur dans un ciel gris, ils donnent le coup d’envoi de la Marche. Il est 11 heures. Vitantonio Pascale accompagne sa fille Mara, 10 ans. A ses côtés, son ami Stéphane, père de Sarah, bientôt 9 ans. Des habitués de l’événement. «On associe le sport à une bonne cause. Tout le monde y trouve son compte», sourit Vitantonio, enchanté par la bonne organisation, le caractère familial et ludique de la Marche. «On le fait pour s’amuser et peut-être avoir des amis», ajoute Sarah.

Le trajet relie le quai du Mont-Blanc au Jardin botanique. Chacun le parcourt autant de fois qu’il le veut, faisant valider les kilomètres d’un coup de tampon apposé par des bénévoles. Après la Marche, les participants s’engagent à remettre à Terre des Hommes une certaine somme d’argent par kilomètre parcouru. «Nous menons une vaste opération de sensibilisation dans les écoles; 90% des participants sont des enfants et des jeunes», explique Souad von Allmen, responsable de l’information à Terre des Hommes Suisse. «Ils se font parrainer par leurs parents, des voisins, des amis, ou les commerçants du quartier.» L’an dernier, près de 400 000 francs ont été recueillis.

Cette année, les fonds récoltés iront soutenir cinq projets de Terre des Hommes Suisse en Haïti, où le tremblement de terre de janvier 2010 a tué entre 250 000 et 300 000 personnes et démoli une grande partie des infrastructures. L’association s’emploie à aider les orphelins, les victimes d’abus sexuels, les enfants travaillant dans la domesticité et les jeunes en formation. «En tout, 2700 à 2800 enfants», assure Souad von Allmen.

 

Credit: Sophie Davaris.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*