Google

Usa/Vatican: Rencontre Barack Obama pape François.

Written on:mars 27, 2014
Comments
Add One
le papeParenthèse bienvenue pour le président des États-Unis, au milieu d’une tournée délicate en Europe et en Arabie saoudite, que cette première entrevue ce jeudi 27 mars, au Vatican avec un pontife populaire dans son pays, dont Barack Obama espère aussi des retombées pour sa politique intérieure. Les deux hommes partagent le credo de la réduction des inégalités.

 L’entretien s’est déroulé dans la bibliothèque du palais apostolique. « C’est merveilleux de vous rencontrer », a déclaré M. Obama au pape, dont il s’est dit un « grand admirateur ». Souriant, François lui a répondu en anglais : « Bienvenue, monsieur le président. » La rencontre, en présence de traducteurs, a duré une heure, plus longtemps que les entretiens habituels avec d’autres chefs d’Etat et de gouvernement.

 Le pape semblait grave mais très cordial, au début comme à la fin de l’entrevue. Les deux hommes se sont quittés sur une longue poignée de main, M. Obama partant comme à regret.

 PLUSIEURS SUJETS ABORDÉS

 L’audience devait être suivie par le traditionnel entretien avec le secrétaire d’Etat, chef de la diplomatie vaticane, Mgr Pietro Parolin, pour aborder les sujets plus en profondeur. Les crises au Moyen-Orient, en Afrique — en particulier en République centrafricaine —, l’environnement, l’immigration également entre Amérique latine et Amérique du Nord, devraient être abordés.

 M. Obama avait dit venir « écouter le pape », dont « la pensée est précieuse pour comprendre comment remporter le défi contre la pauvreté », selon un entretien au Corriere della Sera jeudi.

 Le pape a aussi défendu « le droit à la vie » et « le droit à l’objection de conscience » pour les catholiques américains confrontés à des demandes d’avortement, selon un communiqué du Vatican.

 « PROFITER DE L’AURA DU NOUVEAU PAPE »

 Pour Jeremy Shapiro, de la Brookings Institution, sise à Washington, Barack Obama cherche à « profiter de l’aura du nouveau pape ». Selon lui, « ce n’est pas vraiment une étape consacrée à la politique étrangère ». Même si de son côté le Vatican est de retour sur la scène diplomatique, particulièrement sur la Syrie, pour laquelle François s’était opposé en septembre à une intervention américaine.

Dans le volet italien de sa visite, Barack Obama verra le chef du gouvernement, Matteo Renzi, et le président de la République, Giorgio Napolitano, sans oublier un crochet par la Rome historique, où il effectuera une visite du Colisée. Dès 13 heures, les forums impériaux et les alentours de l’amphithéâtre Flavien seront fermés aux touristes par mesure de sécurité. Les relations entre l’Italie et les Etats-Unis sont étroites, même si Rome est soucieuse de ménager Moscou à propos de l’Ukraine en raison de ses intérêts économiques et énergétiques.

 Le président des Etats-Unis s’est dit, dans son entretien au Corriere, convaincu que Matteo Renzi réussira, lors du semestre de présidence italienne de l’Union européenne qui débute le 1er juillet, à « rendre cette période très productive ». M. Obama, saluant le fait que le premier voyage à l’étranger de M. Renzi a été en Tunisie, y a vu un « signe que l’Italie veut renforcer le leadership qu’elle exerce déjà en Méditerranée, du Liban à la Libye ».

Crédit: AFP/CANAL+HAITI

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*