Google

Venezuela/Crise: Des milliers d’anti-Maduro, menés par Juan Guaido, appellent l’armée à se rebeller

Written on:janvier 31, 2019
Comments
Add One
#Image d'archives

#Image d’archives

L’opposition vénézuélienne, menée par le président autoproclamé par intérim Juan Guaido, a défilé mercredi pour convaincre l’armée de tourner le dos au président Nicolás Maduro, qui tente de serrer les rangs.

Des milliers de personnes ont manifesté, mercredi 30 janvier au Venezuela, tapant sur des casseroles ou faisant sonner des cornes de brume et ont crié leur soutien à Juan Guaido, l’opposant qui s’est auto-proclamé président.

Entouré d’une foule de journalistes et de militants, Juan Guaido, portant une blouse médicale qu’on lui a offerte, a défilé au côté de patients et infirmiers. « Nous avons retrouvé une majorité puissante qui peut changer le pays », en plein naufrage économique, s’est-il félicité.

Peu avant cette mobilisation, ce député de 35 ans et chef du Parlement contrôlé par l’opposition, a reçu les encouragements par téléphone de Donald Trump. Selon la Maison Blanche, les deux hommes « se sont mis d’accord pour rester en contact régulier afin de soutenir le retour vers la stabilité du Venezuela ». « Le combat pour la liberté a commencé! », a tweeté le président américain dans la soirée.

L’opposition vénézuélienne a tenu des réunions clandestines avec des représentants de l’armée et des services de sécurité du pays, a déclaré Juan Guaido dans une tribune publiée mercredi soir par le site du New York Times. « La transition va nécessiter le soutien de contingents clés de l’armée », écrit Juan Guaido. « Nous avons eu des réunions clandestines avec des membres de l’armée et des forces de sécurité. Il est crucial que l’armée prive Maduro de son soutien pour permettre un changement de gouvernance », ajoute le chef de file de l’opposition.

Nouvelles manifestations samedi

De nouvelles manifestations sont prévues samedi, tant dans l’opposition que dans le camp du gouvernement. « Nous allons nous échauffer dans la défense de la patrie, pour nous préparer à de nouvelles batailles et de nouvelles victoires », a clamé le numéro deux du chavisme, Diosdado Cabello.

Soutenu par Pékin et Moscou, Nicolás Maduro a rappelé mercredi que le Venezuela reçoit « chaque mois » de l’armement russe, « le plus moderne au monde ». Supervisant des manœuvres militaires à Caracas, le dirigeant socialiste a appelé l’armée à l’unité face aux appels à la rébellion des États-Unis et de Juan Guaido, qui leur a promis l’amnistie. « Vous voulez que gouverne une marionnette des ‘gringos’ au Venezuela ? », a-t-il lancé ensuite dans un meeting face à des jeunes Vénézuéliens, qui lui ont répondu en choeur : « Nooooooon ! »

Juan Guaido exige la mise en place d’un gouvernement de transition puis des élections générales libres, soutenu en ce sens par les États-Unis ainsi qu’une grande partie de l’Amérique latine et de l’Europe.

Journalistes français arrêtés

Soucieux de trouver une solution pacifique, l’Uruguay et le Mexique ont annoncé l’organisation d’une conférence des pays « neutres » à Montevideo le 7 février. De son côté, la Colombie, en pointe de la pression diplomatique, a interdit l’entrée à plus de 200 personnes, qualifiées de collaborateurs de la « dictature » de Nicolas Maduro.

Neuf jours de mobilisations se sont soldés par une quarantaine de morts et plus de 850 arrestations, selon l’ONU. Dans cette ambiance tendue, deux journalistes français étaient mercredi en détention depuis 24 heures tandis que deux reporters chiliens étaient sur le point d’être expulsés après 14 heures de détention.

Credit: CANAL+HAITI Avec AFP et Reuters

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*